ENTREE_DE_VILLAGE__GUISE_DACCUEIL_CORSE

 Cet exemple se multiplie par milliers ! Des domaines immenses couverts et jonchés de rebuts, de matériaux, aux  abords des villages, en agglomérations, à la  campagne, des hangars désafectés, visibles, altérant le cadre de notre environnement proche et  lointain, des étendues bien plus vastes et plus polluées

!

 

" Que voulez - vous dire "
nous demande le réseau social et, pour causes ! Tant de choses qui ne sauraient être tues et celées, parce que l'urgence et la priorité frappent et cognent lourdement à nos portes ! L'avenir, le futur, les générations sont engagées, fragilisées, en sursis. Alors, 
 
- Dire le don du ciel et la manne que représente notre Île, au coeur de la Grande Bleue ...
 
- Dire la qualité de vie que nous nous devons de maintenir, quoiqu'il advienne, tous milieux confondus, à ne pas négliger ni précariser au  niveau  environnemental et urbain ...
 
- Dire que le progrès aveugle, l'évolution sans mesure, la quête exclusive du profit bouleversent tout ; paysages, nature, littoral, communes, agglomérations souffrent d'un urbanisme tentaculaire, non maîtrisé, anarchique, sale et très rarement intégré ; ces faits avérés sont suicidaires...
 
- Dire qu'il nous faut penser aux agglomérations et aux habitats de demain, adaptés à tous les extrêmes que les formes  et les réactions en chaînes du dérèglement climatique déclenchent et engendrent, de façons de plus en plus virulentes...
 
- Dire que nos campagnes attendent une réelle politique de réhabilitation, adaptée, mesurée, éco biologique, diversifiée, soutenue...
 
- Dire le reboisement indispensable et systématique que les communes  doivent engager suite aux terribles incendies qui balaient nos terres ...
 
- Dire une gestion de l'eau prévoyante non axée sur des étendues inopportunes, disproportionnées et non circonstanciées selon les territoires et les besoins ...
 
- Dire l'urgence de la transition énergétique fortement accompagnée et soutenue socialement afin que celle - ci soit immédiatement efficiente. Le pari sur l'avenir se gagne selon le principe premier et prégnant du " Quoi qu'il en coûte " ! L'accaparement exponentiel de nos espaces naturels à des fins exclusivement mercantiles et industrielles menace le cadre de  vie  humain, végétal, animalier.
 
- Dire l'urgence littorale qui ne consiste pas à se défendre contre les assauts des vagues et des tempêtes mais à laisser la Nature reprendre ses droits selon une nouvelle bande marine que les éléments se réapproprient durablement, fortement ancrée, recomposée ; pour cela, lui redonner de l'espace, de l'envergure, afin de recouvrer quasiment à l'identique un nouveau trait de côte ... Sur le sujet, reconsidérer  l'occupation actuelle du littoral ! 
 
- Soutenir la Pleine Nature c'est également mettre tous les moyens destinés à la protéger, à la sauver, à la préserver durablement de la fréquentation de masse ...
 
- Dire l'extrême urgence  dans laquelle se trouve la Condition Animale qui ne laisse plus de révéler atrocités, cruautés, maltraitances, abandons, totale indifférence de la part des élus et des politiques en place ...
Un projet  reste à mettre en œuvre de la commune, du village à la grande ville...
 
- Dire la gravité de la pollution plastique qui finit dans la mer et l'ensemble des décharges ou points de décharges sauvages que notre île accumule chaque année ...
- Dire la très forte pollution visuelle qui tache et défigure la campagne, les abords des villes ( Publicité ), des villages et, en régle  générale, cette inclination, ce culte de la laideur  que  certains habitants, possédants, élus et patrons cultivent en usant de leurs domaines  comme  de décharges, d'entrepots de rebuts, d'entassements de carcasses, d'abris délabrés,  encombrés par centaines, de dépots d'engins d'entreprises, etc, un tout  exposés à la vue, guises d'infâmes comités d'acceuils  de nos villes et de nos villages, de nos campagnes. Cet état de fait est inacceptable ! Il faut y mettre un terme.
 
La liste s'allongerait chaque minute qui passe ! La crise environnementale signe l'aveu d'échec de la société telle que nous la perpétuons. S'il existe de sérieuses et solides initiatives en matière d'environnement et de développement durable, force est de constater qu'elles demeurent localisées, individuelles, non sujettes à extension régionale, non intégrées dans un projet d'ensemble au niveau duquel elles participeraient et auraient valeurs d'exemples à suivre et à généraliser.
§
CORSICA...GO56
_______________________________________