VENTS_VIOLENTS__CORSE__MARIN_

 

 

 

Que j'apprenne   à toujours  

de ces rivages vivifiants

 aux lénifiantes vires

sublimant  

 le terme  des alliances 

duelles

 

J'y décèle   

transcendé  

quelques pans de plénitude et de beauté 

une grâce que le printemps 

destine

comme un prélude

  aux  ciels

 

Etat  de nous  unitif 

sempiternels pérégrins

passagers 

du vent et des vagues 

danseurs  sur la mer

constellée de possibles rêves

 

J'eus tant souhaité ainsi 

parvenir à bon port

sans autre fortune   que le pur azur 

qui y mène 

Ainsi de mon unique viatique 

océanique

 

Inextinguible penchant

libre foi  pour ces tombants  aux  oiseaux-marins

on y danse    vole     joue et  plane 

jusqu'à la fin   

le  temps

de la   traversée

 

Hauts  regains de jeunesse 

que le Tout insuffle

et convie 

au commencement du monde 

en son choeur-océan

 

Ainsi      lointainement 

disparaître

en me  convoyant vers l'autre rive

 un  champ dont  l'étoile 

m'est destinée

 

Puissent ces vitraux de ciels

ne jamais ternir 

mais  donner  

Eau-Delà    Ailleurs 

telle l'âme qui se livre 

au Matin des Magiciens

 

Car il te faudra bien un  jour 

Marin

rompre à l'appel des flots

abandonner ta mue

voguer  

dans le silence des métamorphoses

 

- MARIN - 

Alpha Lyrae 

1 ère Ecriture de nuit, le 10 Mars 2021 

 

_________________________________