CLARTE__VOL_FURTIF_DE_LA_WING__

4K //  Arrêt sur Image Vidéo 

4_K__

MESSAGE
Pour la Nature, les Grands Espaces
Quand j'évoque l'Alternative Virtuelle, je crains fortement le transfuge, la substitution et l'usurpation terrifiantes qui voudraient que électivement, sélectivement, les images numériques supplantent le réel, l'état de Nature qui en définitive décline, s'appauvrit, se transforme selon les menées destructrices d'un système vorace, cupide, irraisonné, démesuré !
Qu'il nous faille, alors et activement, contrer cette dynamique et ses dérives en témoignant précisément de l'Environnement originel, préservé, protégé, tellement harmonieux.
C'est ainsi que nos puissants outils numériques serviront la cause environnementale, notre destin, l'étant authentique et beau , notre Île de Corse ! ...
A bords de nos esquifs vélivoles mus par l'énergie magnifique des vagues et des vents, soyons à la hauteur d'une prise de conscience sans égale et salutaire pour témoigner de la fragilité des mondes et des vies en sursis ... Nous disposons de vires et de balcons exceptionnelles.

 

 ***

Sur la mer que les vents  froncent, la treille  des nuages vire au lumineux kaléidoscope. Les horizons insulaires  semblent en fuite. La houle et les vagues affichent un plissé unique et chatoyant. Je vogue, cerné de glacis, de cette enivrante moire dont  l'écume des rouleaux s'empare jusqu'au bout des rêves... Jeux de lumières, contrastes éblouissants, lames iridescentes fabulent quelques eaux de roches précieuses. Qu'il me faille, de retour,  relater, rapporter les préciosités  de l'harmonie et du grand bleu. 

J'insiste !  L'on évoque souvent et  à demi-mots,  le sentiment océanique, cette vague  intérieure qui submerge l'âme, forte en émotions, ressentis, pensées. Je viens  donc abonder cette  catégorie que je lui dédie et accorde dans la rubrique :  " Eperdument Marin  "

...

HARMONIE_

la montagne dans la mer entre  ses deux ciels 

15_03__21_PT__11

 

Je navigue dans les vagues. J'actionne selon les  circonstances la petite caméra embarquée que  je porte à l'avant du casque qui me protège. Au fil des bords, des minutes, des heures, je perds la sensibilité de mes doigts. Le froid  les engourdit. Il devient difficile de presser les différents boutons, de les discerner tactilement. Il m'arrive alors  de manquer de superbes  épisodes en planant entre les ondes, inversant  malgré moi ouverture et fermeture de la  caméra.

Cet  outil magique  vient  à ma rencontre !  Tel un  troisième oeil, aussi réceptif et sensible  que le  regard   que  je promène  tout autour de moi et qui mémorise la fluidité cristalline  des eaux. L'apothéose des vagues déferlées magnifie l'instant, l'intense  pureté que blanc et bleu, en camaïeux,  délivrent alentour, vers les champs mouvants de la mer houleuse qui ouvrage  aux rivages.

Rien de tout cela  n'aurait été possible  il y a quelques décennies. Puissent  nos fabuleux jouets en  rendent compte et servir  davantage  la cause de la Nature, de la pleine nature, des grands espaces où se jouent le devenir de notre planète, de nos rapports aux mondes vrais.

De merveilleux balcons versent mes pensées  sur l'azur, un  trait de côtes sinueux et sublime. Je loue une  " montagne dans la mer "  nommée jadis :  " Kallistê ".

Il est cependant  à craindre que l'image Ultra Haute Définition, -  (UHD  - 4 - 8 - 16 K ) -,  supplante, masque ou redore un réel virant  à la déliquescence, outrageusement  défiguré, faussant ainsi et numériquement  la gravité  des sévices que l'évolution anarchique  impose à l'étant, aux choses, aux  perpétuelles métamorphoses. Les images vues du ciel ne révèleron jamais les multiples formes de la pollution aux plastiques.

Et s'il devait un jour nous rester que l'expression d'un patrimoine virtuellement mémorisé, à l'instar de ces musées de l'homme  réalisés et conçus sur le  vivant au fil des  époques, afin  d'initier la grande bibliothèque figée,  cryogénisée du futur en mesure de pallier les tragiques et cruelles dispartions d'espèces, de contrées primaires, de faunes et de flores endémiques.

Le génie humain produirait alors  des images plus vraies que Nature alors que Celle-ci périclite sous nos yeux ; insoutenable  paradoxe

- MARIN - 

 Eperduement Marin 

SPOT__CORSE_IMAGE_4K__EMBARQUEE__SUR_SEQUENCE_VIDEO

____________________________________