LA_POLYPHONIE___DES_PIERRES_ET_DE_L_EAU__SCANDULA__

 

 

 

Ne manque pas le coche

ces rendez-vous   ces folles  rencontres  

que l'azur consent  au flux aléatoire  des jours

des années    des décennies

que ton siècle embrasse  

 

Ainsi    jusqu'au terme de la traversée 

approche-toi   du  numineux

du sibyllin dessein des choses 

des métamorphoses

que le  Sablier   égrène

 

Océan-Mer  y pourvoit 

d'un commun accord 

tel un plain-chant 

en plein ciel

pour le  pèlerin 

 

Des oiseaux      des anges 

apprend le vol 

virevolte    enivre - toi

toi  qui   mime le  vertige

et l'émoi  sains

 

Qu'importe la pente

on ne chute  jamais sur la mer

on regagne les profondeurs 

de l'éther

en planant au plus haut  des cieux

 

Suis  la Voie 

la mer surseoit à l'envol

pour un soupçon de foi

l'antre viride  d'un regard 

Ô-céans        translucide

 

Tu auras été de passage 

l'hôte des houles lointaines

solitaire sur les flots mémoriels 

grevés de silences 

existen-ciels 

 

Plus rien ne t'échappe 

quand depuis les  vires  de vagues nuages 

  un  linceul d'écume  

dévoile 

l'envers des mondes meurtris 

 

Compatis

humblement marin 

passe le message

qui  donne des ailes

qui  rassérène  et qui apaise 

avant que de partir trop tôt

 

La mer reconnaît ses fidèles

ramène à la lumière 

la  forfaiture  le déni qui sommeillent

dans la mort et l'écocide majeurs

que perpètrent  tyrans et  conquérants 

qui l'auront trahie

 

!

 

-  MARIN -  

Poème de l'Intranquillité 

1 ère Ecriture le 29 Mars 2021   

 

_________________________________