CHARDON_BLEU_DES_DUNES__CORSE_

 

A la dune qui se défend et qui  en  de si nombreux  endroits se meurt, aseptisée, déposédée de ses moyens de lutte  contre l'érosion, rognée, souillée, dévastée,   condamnée  à disparaître sous les gravats et le tuf, les parkings, à ces pans de Terre  insulaires que nous connûmes radieux, étincelants  et qui ne sont plus  que recouvrements et accaparements

Je saisis mon appareil photo et me pose sur le sable, entre deux bords. J'ai sous les yeux un ravissant parterre de chardons bleus des dunes en fleurs. En arrière plan, une longue ganivelle en  bois de chataignier délimite la dune   et le maquis littoral. Des hommes,  respectueux de la Nature,  l'ont ainsi préservée, protégée, réhabilitée ; un modèle qui devrait  faire école et essaimer tout autour de notre île, là où le béton a  dénigré les noces de la terre et de la mer. 

La chaine de Cagna canalise  le Ponant   qui  souffle en grand frais et ne rafraîchit guère l'atmosphère. Le soleil est au zénith, darde  ses rayons mordants. Une lumière radieuse  inonde  le grand sud de l'Île de Corse, un domaine   désormais vierge,   ouvert au large. Tableau de maître ! 

Ces plantes  juchées sur le  sable  brûlant traversent les longs mois de l'été en assurant leurs besoins en eau. Miracle, mystère, la vie   pourtant foisonne, rayonne.

Nous voilà en présence de l'herbier des sables, vivace, à l'instar des lis maritimes , ( Pancratium maritimum ) . Etonnant reflet,  accolade  de l'herbier sous-marin de posidonies à son homologue terrestre. De nombreux insectes, des lézards   semblent y loger. Les guêpes et d'autres pollinisateurs s'affairent, virevoltent, se posent, goûtent le pollen   puis s'envolent vers le maquis, d'autres corolles. Ainsi de leur forêt ! 

Une floraison généreuse, un sens du  détail  sidérant la raison, un réseau de nervures et de feuilles farouchement défendues et, cette délicatesse qui nous rappelle à la beauté de la Rose, aux questions du petit Prince :  _  " Dis, pourquoi les roses ont des épines  "  ? 

Un instant, un regard suffit à l'évocation spontanée de  quelques pans de désert finissant à l'orée de  l'océan, du grand bleu. Relativité de l'espace - temps   dont il importe de saisir au vol toutes les facettes de l'étant. Si l'immensité fait défaut, alors,  sachons la déceler en toutes choses, sous d'autres proportions,  pour le plus étonnant des voyages, vers l'infiniment petit !  

Je  me promène en suivant   un long cordon sablonneux ; une frange de rochers contient  l'érosion, retient le temps. L'eau, les vents en   apportent   sans fin les nobles   constituants. Vagues et marées de tempêtes  parfont l'ensemble. La belle dune reprend en amont de l'ampleur, dévale la pente et vient  souligner de splendides mares temporaires que l'hiver  abreuve. Jardins aquatiques, oiseaux limicoles, oyats, maquis et printemps  odoriférants jouxtent le grand domaine que berce le champ des  rouleaux, le chant  général du maquis

 

- MARIN  - 

Naturellement  Nôtre -  Evocation 

2 ème Ecriture le 02.07.2021 - Mille excuses pour  les fautes ! 

PRESERVATION_DES_DUNES__A_ETENDRE__EN_CORSE_

______________________