TESTA__ET_CRIS_

 

El si l'on fabulait la vague  sur eau plate  

TESTA 

est comme un cap, une pointe exposée. Les vents y sont  toujours +++ forts +++ réguliers, non déviés par le trait de côte

 

CRIS_ONE_HANDED__BACK_WIND_GYBE_

 

Un vent torride  balaya ce jour  l'intérieur des terres de l'Île de Corse  ! En Mer, un Combo, une  salsa  hybride, sérieusement altérés  s'imposèrent  dès le matin.

L'on trouvait des remontées d'air  chaud en provenance du Maghreb -  Péninsule Ibérique,  un léger courant de secteur SW à WSW, des poches  d'air  saturées en  CO2 et en gaz puants  que les navires balancent au-dessus des flots, sans oublier  les effluents de millions de véhicules  en mouvement, de milliers de jets  achevant de pourrir la vie de l'atmosphère en altitude, les nuées d'air brûlant  que des millions de moteurs en marche rejètent, portés  entre 90 et 110 ° C. Le chauffage central de l'humanité.

 

A cela s'ajoute le plantage  des Arômes frelatés, les écarts  systématiques  aux prévisions  encore et toujours fantasques ! En effet, alors  que M-F  et autres  ténors de la voyance iso-barique  s'arc-boutaient  sur des valeurs  comprises  entre 17 et 23 Noeuds, pour la zone Bonifacio - Pertusatu  / Senetosa, nous relevons  au niveau de la mer, - 5 Minutes  d'observation non - stop,  Anémomètre  digital très précis, au sortir  du Golfe de Vintilegna -,  un Grand Frais de secteur  WSW à SW  pour les rafales et un vent frais  établi à la force 5 / 6 Beaufort .

En outre et pour la zone marine littorale  considérée, Météo - France  délire avec un Force 2 à 4 Beaufort modèlisé ce matin  au bulletin de 6h15 ! Nous relevons  donc +++ de 32 Noeuds (  plusieurs fois 34 Noeuds sur TESTA   ) !  Bravo les modèles  et les Pétaflops

Depuis  la mer,  que de visions troubles, que de volutes  de GES ( Gaz à effets de serres  )  ! Les parkings bondés, -  Des tâches de bagnoles  garées ) -,  renvoient  les rayons ardents du soleil. Sur l'eau, le périphérique Lyonnais ou Parisien a  été comme reproduit, sature.  Mer et flots hachés, déchirés, encombrés, débloquent   à toute berzingue !  " mets  ton clignotant, fais - toi insulter sur l'eau pour ne  pas avoir regardé dans le rétro  ", voilà le tarif  citadin   s'arrgeant le grand bleu  ...

Il est plus prudent de rester au bord de l'eau, sous  un  toit de fortune. J'opte  pour  3 parasols en guise de guitoune ! Le Sahel n'est plus très loin. 

Vers le Nord, la chaîne de Cagna irradie  de clarté dans les transparences d'un air pourtant surchauffé à blanc !  En chemin, entre Figari et Sotta, - Vaste Dépression Thermique -, le thermomètre affiche  39 ° C ; cela ne fait  que commencer. La ronde des Canadairs  empli l'atmosphère, le ciel vibre ; dolent  grondement qui  plante le bourdon de l'été aux portes de la grand - messe, de la curée   ! 

Le monde vire à la folie consummériste. L'exode, la grande migration saisonnière  ne connaissent plus aucune mesure. La Terre pencherait  d'un côté !  Frénésies avant le prochain confinement de l'automne, déjà programmé, institué, validé par Jupiter le petit et ses noyaux rapprochés  de sbires, de séides, de décideurs de  circonstances ...

Mais l'on ne  joue plus avec le TEMPS. Il est impérieux, vital  de le préserver ! L'économiser, le respecter,  en étaler  avec  parcimonie  les périodes de  liberté auxquelles tous  les publics  ont droit, l'épargner afin de ne jamais plus le surcharger, le saturer, le cribler de dettes insolvables ! 

Je me suis alors  rendu vers quelques  rivages isolés, quêtant ces   pans de solitude,  de silence, d'abandon, d'allégeance au grand  Tout  que les grands magnats  dévastent impunément, incessamment,  sous nos yeux.  Seuls   les avions restaient  un court moment audibles. Les éléments  y tenaient, en avaient décidé  ainsi, pour  combien de temps encore. Rien  qui n'eut  un instant falli au pacte initial 

!

- MARIN - 

Journal de Bord - Board 

 

_________________________________