DSCN2622

 

Quant à ce Nom

KALLISTÊ

tant galvaudé

que tu me pardonnes 

 

 

Qu'ont -ils fait de Toi 

de tes écrins de Lune

Ô  vénérable   Kallistê

Je te vois rompre  désespérément 

chaque  jour 

au  pacte d'alliances 

que l'on pensait  indéfectible

et qui celait jadis le mystère de tes beautés  

lointainement  révélées

 

Les éléments   ont été  vaincus 

L'air  cristallin

l'eau émeraudée 

la lumière du jour  

sombrent  dans  les arcanes de l'oubli 

virent  aux rangs des menées parjures

qui éprouvent et  blessent 

de pérennelles  noces 

 

A ces étranges nuées opaques

A ces bouffées acres et ces touffeurs hallucinantes 

qui  linceulent  l'horizon

l'aube et le couchant 

en  grimant  le précieux  filigrane des  saisons

que l'on disait immarscesible

comme de prime jeunesse

Je le confesse

 

D'entre le sursis et la mise à mort

la survie  et la cupidité

par-delà le bien    le mal 

qui aura raison 

de tes  souveraines et solennelles harmonies 

rayonnant et jaillissant   profuses 

sur l'autel de la Grande  Mer 

antique   

et des aèdes  à toujours  attiques 

 

J'ai  dans le coeur

qui voyage 

le choeur  d'une Île  vierge

que les vagues _  abondent 

le vertige d'une montagne 

et des vents 

qui voguent  sur le  grand bleu

des rêves d'enfants  et des amants 

réunis

 

A tes  almes métamorphoses 

succèdent le travestissement de l'apparence 

   l'accaparement de la vérité 

Et déchoir   échoit à tes visages

depuis  longtemps dilacérés 

Le temple des beautés appoliniennes 

vire au cauchemar 

de tes mondes rebelles et farouches 

KALLISTÊ 

désormais outrageusement  travestis

 

!

 

- MARIN - 

AU  PLAIN - CHANT   KALLISTÊ  D'ANTAN

1 ère Ecriture le  24 Juillet 2017 

Merci  pour la CENSURE 

 

_________________________________