LA_DUNE_CONDAMNEE__A_COURT_TERME_

 

 

Voilà comment s'y  prendre  pour condamner une dune à disparaître, d'une part et, d'autre part, pour générer  querelles  et débats pléthoriques et houleux sur le sujet épineux de la bande  et de  la Loi  Littorales, où que nous soyons.

Ce mur long de plusieurs  dizaines de mètres, ancien, vient séparer l'espace dunaire en deux  parties inégales et en surcroît  le prive de sa  vaste zone  arrière régénératrice  et fixatrice  de tous les  types et substrats  végétaux et minéraux  qui la défendent.

Elle perd dès lors   sa  morphologie naturelle, sa déclivité originelle et ses capacités à  absorber les coups  de mer tout  en se reconstituant en amont.

Constat déplorable ! Coupée de sa moitié, de cet interface  primordial entre la  terre et la mer, c'est ainsi et pour de nombreuses raisons, que le  littoral  est sérieusement  menacé par la montée des eaux  mais plus encore  par des coups de mer  et des marées de tempêtes, des surcotes et des submersions  qui ne lui laisseront aucune  chance. 

Le problème est étendu, récurrent, critique, affectera  à très court terme l'ensemble des plages insulaires occupées, accaparées, déjà  très fortement impactées.

D'un point de vue mécanique et dynamique,  du fait de la perte de déclivité et de surface tampon  de la dune, les vagues deviennent  plus  voraces, percutent le mur et occasionnent  des phénomènes de ressac, de succion et de retrait et de renvoi  des eaux violents  en mesure de déplacer des    quantités considérables de sable, outre la force érosive  des courants latéraux qui finissent le travail   sous le vent, vers quelques autres dunes  exposées ! La pente alors sévit, s'enroche, la plage disparaît pour toujours ! Le mur, bientôt, s'effondrera.

Il est grand  temps de prendre  très au sérieux tous ces aspects de la géologie   littorale appliquée afin de redonner au trait de côte insulaire  toutes les chances de se reconstituer, de s'étendre, honorant   les termes  de sa beauté  et de sa diversité authentiques.

Aucune polémique, le  bon sens même, la logique des faits immémoriaux qui   nous auront ainsi gratifiés de la plus belle des Montagnes  dans la Mer. A méditer ... L'accaparement n'est pas la solution, l'endiguement  et l'enrochement ne sont pas la panacée, déplacent le problème plus qu'ils  ne délivrent de promesses

!

-  CORSICA...GO56  -  

Ghjorghju d'OTA 

DUNES 

_______________________________