MISE_A_FEU_SEVERE_A_SOTTA_

 

Commune de SOTTA  /  Corse du Sud  _ Une mise à feu qui aurait pu s'avérer tragique  par BMS et Avis de Coups de Vent en cours

 

EVITER UN  INCENDIE 

C'est éviter le désastre sur un territoire, la perte de milliers d'animaux, et de leurs niches écologiques exceptionnelles, la destruction d'un couvert végétal souvent endémique et précieux en ces temps de dérèglements climatiques avérés, insupportables, impactant notre quotidien,

c'est aussi défigurer une micro - région dont la balafre proche, terreuse, pierreuse, éboulée, éventrée défigure déjà tout un massif, aux portes du chef-lieu, à l'orée de lotissements et de vieux hameaux,

c'est acuitiser pour de longues années et de longs étés les effets torrides de la chaleur et des sols chauffés à blancs, c'est le spectacle de la dévastation, de la désolation  qui va à l'instar d'un bombardement tout raser, annihiler,

c'est la Terre de nos Anciens jadis propre, cultivée, entretenue, aimée, prodigue de fruits, de vergers, de champs de  céréales, de haies,  de potagers, de légumes, d'oliviers gras et splendides, de pins odorants et chantant depuis les cimes qui sombrent et qui se fige dans la noirceur d'une supplique calcinée, c'est l'enfer descendu sur Terre.

Ne laissons jamais plus le criminel mettre le feu à la Terre de Corse, veillons, le jour et la nuit, veillons, demain,  partout, nous aurons besoin de notre couverture végétale urbaine, champêtre, d'altitude pour lutter contre l'emballement des extrêmes et tous les points de ruptures climatiques

LA VIGILANCE EST NOIRE  

!

TRAITEMENT__MISE_A_FEU__SOTTA__VENT_FORT_

TEMOIGNAGE

http://marin56.canalblog.com/archives/2021/08/14/39094424.html 

 

 

Le vent de secteur Sud- Ouest souffle assez fort aux pieds de la montagne éventrée. La surchauffe des terres mises à nue est amplement perceptible. Le noble torrent de Cagna s'est terré, comme tari. Les derniers  jours de canicule ont comme blanchi les pierres  roulées du lit du cours d'eau. La vallée n'est plus abreuvée, depuis longtemps et la vie s'en est allée.

Nous roulons, destination côte ouest. Juste avant le stade de la commune,  " Emmila " me dit soudain : 

_ " Arrête-toi, j'ai vu de la fumée " ! Doute, je ralentis, puis m'arrête au carrefour  un instant. Hésitation,  nous faisons demi-tour en scrutant le maquis dense parsemé de pins, un maquis chauffé à blanc ... Toujours rien ! Nouveau demi-tour, lentement puis, soudain : 

deux volutes d'une fumée dense  s'élève de la végétation balayée par le vent chaud, deux nuages  s'élevant au rythme de ces signaux  que les Indiens d'Amérique entretenaient entre  eux pour communiquer. Présence ? 

Arrêt prompt du véhicule, nous bifurquons et nous nous engageons sur l'aire de stationnemment. Stop à 15 mètres  environ du foyer, contre un haut talus, au vent, par précaution.  A plus de  dix  mètres,  le crépitement du feu se fait entendre, la fumée s'épaissit. 

Je gravis  le talus et  caché, dans un petit espace bas, je découvre un amas, un dôme de braises ( 1.50 m de diamètre et environ 0.70 m de hauteurs ) ... 

Les arbousiers  et les cistes  brûlent déjà, au niveau des premières tiges et petites branches du bas, avec les premières  feuilles ; les cistes  menacent de tout enflammer... Questions de  secondes, les rafales rabattent la fumée au ras du sol et  soulève quelques  légères escarbilles !  Explosif ...

Je casse ces branches et les poses juste en bordure, afin qu'elles n'enflamment  pas la frondaison proche du sol de ces gros arbustes  qui lentement se consument  déjà. Le dispositif de la  mise à  feu est impressionnant, les restes d'un très gros feu qui aurait longtemps  couvé.

Je file au véhicule, interpelle les gens qui se sont arrêtés, leur demandant toutes les bouteilles d'eau disponibles, ce qu'ils font avec rapidité et  une grande solidarité. " Emmila " me remet les nôtres, en tout 12 petits litres à gérer au mieux.

De retour sur le gros tas de braises, j'aspèrge les ramures  en flammes avec  force, continue de briser ce bois  rougi et fumant,  ne laissant plus au feu de quoi provoquer  un  embrasement,   au - dessus et,  au-delà des  contours  des braises  que je mouille pour éviter une  propagation rase et rapide.

 

OBSERVATION / COUP DE GUEULE /  CONSTERNATION 

 

Une telle mise à feu requiert du temps, de la complicité, relève d'un certain  "  professionnalisme " ! En effet, comment pareille mise à  feu n'a  t - elle pas été détectée  avant,  eut  égard  à l'imposant  tas de braises fumant, en pareil endroit ? Parvenir à  un tel état et une telle quantité de combustion suppose du temps et de l'organisation 

?

Comment se dispositif a - t il pu être maintenu sans enflammer  les entours  ? Aurait - il été  recouvert  afin de constituer un brasier  tragique,  qui se serait  déclaré le soir venu, si près de nombreuses habitations.

Tout aura été fait pour signer un feu retardé, imparable...

Passionné de sports extrêmes, très proche des vents, de la météorologie de par mes formations, j'écris depuis longtemps et souvent sur  le sujet et, notamment sur  toutes les conditions et tous les facteurs  pouvant  conduire à des  scenarii catastrophes. Météorologie et manifestation du dérèglement climatique hélas ! bien visible sur toute notre Île de Corse.

Concernant cet épisode, nous avions appelé à la  plus grande  prudence quant à la traque et à la surveillance requises en amont, en surcroît en pareilles circonstances aggravées météorologiques et climatiques.

Nous dénonçons l'incivisme des automobilistes  jetant des milliers de déchets, de canettes, de mégots sur les routes, déchets  s'accumulant au  fil des semaines et aux portes  des  communes, des propriétés ! 

Nous déplorons  trouver dans le maquis, en bordures de villages,  dans les propriétés  sales des tessons de  bouteilles, voire des bouteilles de bierre et de vin  cassées !!! Eléments propices  à l'allumage accidentel  et invisible de feux de forêts.

Le maquis, les sols, la végétation ne sont - ils pas   en situations extrêmes de sécheresse ? 

Après la Turquie, la Grèce, Israël,  la Sicile, la Sardaigne, la Calabre, la Kabylie, la Tunisie, le Maroc,  qu'attendons - nous ? Que notre Île s'embrase, continue d'enténébrer l'arc méditerranéen,  alors que depuis des jours nous appelons à la plus grande vigilance et prudence, à l'approche de ces  BMS Côtes et Avis de vents forts prévus balayer notre Île, à l'avant d'un flux très marqué  SUD / SUD - OUEST remontant  ou dévalant toutes nos vallées, des vents bien plus  forts dans les terres et en montagne que  sur les côtes ! 

Nous le disons clairement, le feu  criminel est un acte de guerre qui se doit d'être appréhendé    comme tel et sans aucun compromis. Il y va de la vie des personnes, de la biodiversité, des animaux, de l'environnement, de la paix et de la sérénité, de la qualité de vie que nous sommes en droit d'attendre,  de notre avenir, de notre

TERRE DE CORSE 

Nous aurons, qui  sait, évité un terrible incendie qui se serait déclaré vers le soir, la nuit, occasionnant  le ravage d'une basse vallée  habitée, exposée à des vents annoncés  fraîchissants

Les Pompiers prennent le relais ; nous les avons appelés de suite. Ils interviennent 5 minutes après, rapides, efficaces. La gendarmerie se déplace, sur site une demi -heure  après notre appel au 18. Une représentante de l'ONF  est présente et constate.

Chaleureux remerciements  de la part des Sapeurs Pompiers de Purti Vechju  à notre égard et qui nous touche.

Merci aux touristes  qui auront vidé leur réserve d'eau bouteille,  affolés, très très concernés, cela fait chaud au coeur ! 

Nous disons et insistons !

Que le MAQUIS ouvre grand les Yeux de la Terre de Corse

AVA BASTA

 

- GHJORGHJU D 'OTA  - 

 

 

____________________________________