BOUCHES__BONIFACIO_

OURAGAN_FELIX___CORSE_

 

 

 

Terrifiante  et    si belle à la  fois

je la vis            je l'éprouve 

à l'intime de vagues duels

Antre de la peur et de l'émerveillement 

rêves ou  cauchemars 

La mer  _  veille     énigmatique 

 safre et cendrée

prend comme elle  dicte

 

Autre ciel    ici-bas       Abîmes 

que l'horizon lie  sans fin

aux étoiles

Beautés indomptées

Meurtrières fascinations

Que d'oxymores

suscite  la  " peau du Diable " 

" ces baves  d'écumes " 

la Légende des Siècles

 

Aux champs ondés  de la tragédie

que réfugie  pourtant l'océan lyrique 

que l'on oublie jamais plus 

depuis l'exil

vers l'espoir

Appareiller 

n'est-ce  pas déjà    mourir

à la mémoire de la mer

 

La solitude  

aux  transcendants  regards

tel  l'écho des lointains

m'ouvre ses fenêtres azurées 

où vivre  et partir   convolent

coudoient le fol  instant 

de nos retrouvailles

à desseins d'éternité

toujours recommencés 

 

Comme les doigts  de la  main

vont les  éléments      Harmoniques 

tour à tour           apaisants

bouleversants

Cet azur  dense

oscille    entre chaos et quiètude

depuis  les origines vitales 

de la Nuit Obscure

 

A ses  houles  de  couleurs 

de lavis   en camaïeux

châtoyants

D'entre le plain-chant  des  cieux

et la fresque marine  qui  obstinément se couche 

l'immensité  désertique  accourt 

s'enfuit  avec les vents

Vagues  dunes 

Je  vois un erg   mouvant

le  moutonnement de  l'infini

 

- MARIN - 

La MER

1 ère Ecriture le  03 Septembre 2021

à l'orée de l'automne, en redoutant le nouvel hiver de toutes  les ruptures

 

________________________________