POZZINES_MARINES_

 

 

" ...   Ma jeunesse s'est éteinte avec pleins de convoitises ;

Avec tant de faits que je croyais éternels ;

La vie m'a appris que rien n'est éternel. 

Tout s'en va ; ne reste que souvenance ; ou allons nous ?

Je m'interpelle souvent ;

Pas d'amour comme avant, pas de connaissances.

Et lorsque me viennent des souvenirs d'antan, mes pensées réclament à mon coeur l'affection que je savais tant donner

Mais plus maintenant ..." 

TAMIKREST  -  Timtarin

 

 

 

LA_JONCHAIE_REGARDE___LA_MER_

 

 

 

 

Je marche   

comme je pense

Je nage   vogue et     navique

 Et puis               j'écris

en voyant                 en oyant 

plus loin que les choses

assis sur la frange des mondes 

denses et éthérés

 

Longue  distance

aquatique 

Brassées  coulées 

avides  d'espace  et de  temps

en toute relativité 

L'ombre portée  des flots 

écaille le fond sablonneux

comme je bée aux châtoyants  dessins  de la  baie  

 

Kaléidoscope lumineux 

L'illusion  fractale  brasille sans fin

regagne  les confins  familiers 

animés d'espérance 

et de merveilleux

 

La vie est  souffle  

é-vent              provisoire

que les eaux tourmalines  accordent 

au prisme  d'une brève apnée

au règne  du silence

qui sait attendre

 

Sur la grève         alanguie

clapotis et vaguelettes  déposent 

de petits tas d'heures mélodieuses

savamment apprétées 

La moire grisâtre contraste  

comme la nue d'orage sur l'azur iroise

 

Un doux zéphyr 

gagne l'ouvert de l'anse  et  s'étire

Les terres enfin  soupirent 

en louant le  lent décours de l'été

Un  voilier décroche  un rêve

au portant 

se  libère du corps-mort

affouille l'horizon

les ailes papillon

 

Paraphe de l'hiver

le trait de côte  et de pierres polies

se perd dans la souvenance des  vagues 

Je  vois

les yeux clos

qui m'enclot 

un vague ballet

 

Amont   la lagune asséchée

figure de  lointains chotts

une échappée sahélienne 

Doum*    driss *  et  drinn ***

se rappellent  à la dune 

où essaiment quelques fragments 

de jonchaie à fleurir

 

Ainsi de ces moments révélés  

cueillis à vau l'eau

entre lavis de ciels  

et pensées aquarellées 

 Manteau  d'algues  odoriférantes 

que les tamaris obombrent

en dérobant  le  chemin

 

Dieu que le songe est  pur 

quand il naît  de la moire

de l'étang   de la Nature

de la  scande  obstinante  

des  saisons

des lunaisons

  ! 

 

***       Doum  Diss et Drinn  sont des herbes du désert 

 

COMME_UN_PETIT__CHOTT__

 

-  MARIN - 

A  Terre 

1 ère Ecriture le 08 Septembre 2021 

 

PIERRE_ALIENE_OU_LA_RUCHE_DU_TEMPS_

 

ECAILLES_DE_MER__

________________________________