VERGHJU___SANTA_REGINA__CORSE_

 

 La cime des pins d'Aitone, des cèdres de l'Atlas  s'élancent  vers l'Azur et décrochent une Musique, des accords  tombés du Ciel ! Le Soleil luit pour  

TOUS 

Les paroles figurent sur le Net - Traduction de la langue Kabyle  vers le Français.

Quant à TIDYANIN, l'écouter, un chant magnifique

https://www.youtube.com/watch?v=BfjIv8mhk8E

 

 

Afin d'illustrer  ce texte, l'être au Temps  -  autant  que je demeure à bord de mon Île, 

-  vacillant entre la géhenne du feu et les clartés  safres de la grande Azurée -

je choisi  ce  chant  abyssal  qui nous vient des montagnes embrasées de la Terre de  Kabylie. Ali AMRAN,  Artiste d'expression et de Culture Kabyle nous emporte à travers un voyage musical au profond lyrisme, emprunt d'amour, de nostalgie. Fils de l'Atlas,  dont les flammes des récents incendies auront enténébré  cet été les ciels de la Mer Méditerranée

 

***

Ils auront
- Je veux dire les tyrans, les rois, les  con - quistadors, les dieux -
failli aux desseins de Mer-Océan, des cours d'eau tutélaires, des grands espaces, des forêts   comme à ceux  des vents et des glaces immaculées !
 Les  saisons basculent sous la férule et le joug de l'outrage  infligé à la Planète. La forfaiture écocidaire, le pacte génocidaire comme une fatalité commanditée, un fléau, sévissent, dévastent, pillent, nient. 
Un siècle -  tragédies  s'en est allé, il y  a plus de 20 ans, déjà.
D'entre la géhenne du feu,  le déluge,  la fournaise, la soif  et la faim, l'exode et l'exil,
des décennies -  épouvantes  déjà s'annoncent et menacent.
 
Un Certain, ( A. Malraux ),pourtant,  nous annonçait le religieux en guise de nouvelle spiritualité, pour le troisième millénaire ! Nous avons  vécu  le grand saut, le passage, la transition : en vain.
L'âme  et le coeur à la mer, je vois brûler les  forêts de Kabylie, s'embraser  les plateaux de l'Anatolie, les  oliveraies de Judée, les versants des Îles de Sicile,  de Sardaine,  et de Crête, les champs  de la Grèce,  la Péninsule Ibérique, ces contrées de l'arc méditerranéen vouées aux gémonies d'un monde à la dérive et des  canicules hallucinantes où l'on tente d'ensemencer les nuages afin de générer la pluie.
Nouvelle ceinture de feu ! 
Au Nord de l'Île de Corse,  au-delà de la mer, Le massif des Maures  est en proie aux  flammes. Les volutes de  fumées poussées par un violent Mistral ont rejoint  et traversent  la montagne  Corse. Traîne âcre, ocreuse qui ajoute aux touffeurs  d'un terrifiant dôme de  chaleur.
________________________
.
.
REFUGE  ÎLOT  
.
.
 Au fil de l'eau, au plus près des choses, des métamorphoses, comme une dernière fois,  grave,  je regarde le ciel et ses lavis, la moire dense et azurée en sursis.
Rêver, transhumer au-delà du   réel, relater puis passer  la main, en esprit, en  recouvrant  le  Message essentiel.
Ecrire, recomposer l'existence, l'ensemencer avec générosité. Entre partages, liens  et fragments d'éternité, il est tant de voies qui mènent vers quelques points radiants ; ultime rencontre.
Garder espoir, enfin, croire ... 
Un accord, un  fil de mélodie, de lointains échos lyriques, le parfum d'un soir  d'été que l'immortelle encense sous les étoiles, un brin de brise marine, le chant des vagues, le moutonnement fleuri  des dunes, des vallons et c'est le ferment poétique qui  houle et  lève comme le pain des vieux fours.
Peindre, façonner, musiquer et solfier l'instant, l'aventure :  ivresse marine ! 
A cet  exil qui se royaume vers les rivages d'une Île
KALLISTÊ
la plus belle d'entre les Îles de Mare Nostrum que les aèdes et  la légende auront tant   clamée et dont je suis, humblement, témoin
.
-  MARIN   -  
ÎLES 
.
.
1 ère Ecriture  le 09 Septembre 2021 
A main levée, sur le piano, un pinceau à la main, de la glaise entre les doigts, de l'eau de source fluant  dans les paumes  d'une  seule main de supplique
.
.
______________________________