RENCONTRE__VOYAGEURS__TESTA__

 Au coeur de l'essaim

 

Une histoire pour les enfants, les petits et les  grands, celles et ceux qui n'auront  jamais  rompu avec la candeur et  les joies de la Terre de Giono,  des garrigues de Pagnol, des madeleines de  Proust, de cet  " Homme qui plantait des arbres " et qui ressuscita les sources, les racines du ciel...

Une pensée  au petit Prince qui posait à l'aviateur, au milieu  du Sahara,   tant de questions et, pour causes...

Un rappel de ce que  fut le Paradis des Oiseaux  raconté par Axel Munthe, vers les Îles Ischia - Capri, un ouvrage que l'on oublie plus jamais. Vers la " Légende Personnelle " de toute vie voulant vivre parmi les autres vies 

ESSAIM_DE_PIGEONS_VOYAGEURS___CORSE_CRIS_TESTA_

Merveilleux  petit essaim qui ne se détourna pas à mon approche ; vibration  commune

!  

 

Une fenêtre de vol  ouverte sur la belle azurée,  un Octobre profond  et lumineux  irradiant comme une promesse de migration que tient  le fascinant   Peuple Migrateur. Le Peuple des  oiseaux que l'on aura tant  chanté depuis nos choeurs polyphoniques et qui se meurt, fauché par des bales d'une autre  nature ...

A ces pigeons voyageurs, aux   beaux et grands Ramiers  qui  traversèrent  mon champ de cristal lors de l'une de mes échappées très solitaires. J'entendis battre  et claquer maints duo d'ailes  à mes côtés, allant à l'unisson  d'un coeur épris de foi et du  grand  Tout. 

Je sus  que cette île, la montagne dans la mer,  leur était   terre de provendes. Une  halte, une escale sur la longue route de la  transhumance millénaire. Au gré  de  longues marches en montagne, nombreux auront surpris mes rêveries solitaires en s'échappant  du chêne vénérable, de la dense frondaison, de la ramée qui  bruissait  à la brise de vallée.  Solitaires ou en couple, ils consacrent  la sérénité,  le perpétuel retour et le renouveau. Emouvant viatique des saisons et des lunaisons  qui nous convient au grand et  mystérieux voyage.

Apparition, rencontre, retrouvaille  en mer. Je ne pus espérer   plus haut et plus fort sentiment de liberté. Ainsi en est-il de mes nombreuses bordées partagées avec le Puffin Cendré, les jours  de coups de vent.

L'oiseau est lourd et dense, donne fortement de l'aile  et se propopulse sûrement. La gravité le rappelle aussitôt, après un  élan prolongé, puis il  reprend inexorablement cette palpitation aérienne au-dessus des flots, tout en maintenant  un vol bas.

Ils se suivent, se nombrent, s'attendent guidés par l'oiseau  de tête qui les emmènent, après  de longs mois d'absence,   vers le même arbre, là-haut dans la montagne, sous le vent de et à flancs  deversants,  à la lisière des hauts pins et des chaos, de la forêt primaire et toujours vierge.

Je les ai un court moment suivis, accompagnés, regardés ;  je fus  inquiet, angoissé. Il ne fit aucun doute que l'engeance et la cruauté les attendaient sur la  route d'un repos pourtant  providentiel et vital. Il n'en fut guère ainsi ; l'Île, malgré elle, ne put respecter le pacte d'alliance et faillit à ses nobles desseins, à son hospitalité. 

Ainsi, au terme du grand voyage, des hommes sciemment déployés et embusqués  dans le maquis les attendirent, fusils chargés. Et quand passèrent les pigeons voyageurs, sitôt  à la porté  des armes  reluisantes, les côteaux et les tombants du golfe répercutèrent  l'écho des détonations et de la grande  tuerie.

Je discernai  la terreur  de l'essaim au vol affolé et  dispersé de ces  petites créatures du bon dieu. Les Pigeons  tentèrent de s'échapper, volant en tout sens, revenant au - dessus du peloton d'exécution, effrayés, vulnérables, acculés  et voués à tournoyer et à mourir  jusqu'au dernier  sur leur Terre Promise.

J'eus comme un angoissant  et  redoutable sentiment de colère  et de révolte. J'assistai au parjure et à la trahison du destin, de l'idée d'une Île  que le poème et le chant ancestral   pourtant  élèvent si haut  dans le Ciel... 

Et  maintenant, chaque année,  je prie afin que  les vents,  la mémoire et la chance détournent  l'essaim de tous les oiseaux  migrateurs livrés à  la curée et à l'atavisme primaires  tenant  en joue  et  au bout du canon et du fusil, l'heureuse allégorie à la délivrance des âmes.

Je voguai, je naviguai par une claire après - midi  du mois d'octobre vers l'étrave  des terres et des  caps  insulaires. Une  volée chaleureuse  de pèlerins me donna l'accolade sans la moindre crainte et salua la probabilité  d'une âme à la  mer semblable à la leur 

!

- MARIN

Rencontre avec  nos Compagnons d'Aventure 

1 ère Ecriture le  28 Septembre 2021

2 ème Ecriture  le 29 Septembre 2021 - En cours   - 

 

à la veille d'autres carnages, afin de détourner tous les nobles  et beaux ramiers de l'holocauste perpétré à l'encontre des  êtres  non humains

 

CHAMP_DE_VISION_PIGEONS__VOYAGEURS____RENCONTRE__CRIS___TESTA_

 

Levant, Corse,  vent de terre et migration annuelle ; entre  nos ailes, de beaux messages à la Mer

_____________________________