IMAGES_A_TEXTES1

Grand Sud de l'Île de Corse 

 

Brume matinale,  brume  des songes ! 

deux cap, deux   pointes aux rochers polis et  acérés organisent  l'inextinguible  ballet des vagues. Le vent souffle fort, retient le temps en suspendant la lame, avant que le rouleau ne l'emporte en tonnant.

Où suis-je ? Que fais-je ici ? Où vais-je  en cet entre-antre-deux îles Sud et Nord  dont l'une affecte le synclinal houleux des millénaires, les strates métamorphiques  des  millions d'années ?

Splendide étrave tangant et plongeant  dans le coup de vent et la nuit d'un faisceau vital  pour le marin ...

En cet  immense platier, les fonds réinventent une lumière d'astres. Il me semble voler en planant  sur  les flots d'une vaste passe, un seuil corallien. Me voilà  seul,  avec mes pensées et, je vais sans crainte, m'en étant remis à la prodigalité, à miséricorde de  la mer  de Corse  et de Ligurie.

Point de non retour !  Une fois engagé loin de la côte, invoquer la clémence  des  dieux antiques dont le mythe occupe en voguant.

Des hameaux de pêcheurs jouxtent  l'écume des lointaines messagères venant  mourir au pied des tours et de quelques anciens petit comptoirs  littoraux où l'on commerçait, jadis, vers l'archipel Toscan, la Balagna, la belle Gallura ! 

Lieux, domaines terrestres et marins chargés de mémoire desquels se dégagent une indicible présence, une énergie étrange qui poussent ensemble le marcheur  et  le navigateur  à s'interroger, à quitter  un moment l'univers de la course et de l'épreuve cadrées que conduisent le résultat, le gain, la notoriété.

Ici, l'on se présente seul, démuni afin de renaître à la solennité de la beauté, de l'inattendu,  de la vérité des éléments qui  auront  façonné l'histoire des hommes et des terroirs, le visage de ces contrées  de souveraines  provendes.

Si l'aventure  extrême s'affranchit de la contrainte, en toute autonomie, il  lui faut regagner la terre, avant la nuit... En cela  découvrir et s'offrir aux opportunités de la  découverte que le  Solo  et les vents  forts égrenent en mer, en milieux inhabituels, hostiles, certes !  mais vis à vis desquels il convient de se présenter  en toute humilité, de mettre  en oeuvre  quelques garanties de prévoyance, de vigilance, de préparation.

Il m'est impossible de ne pas allier le cadre naturel et sauvage à la pratique qui est la mienne depuis des décennies, fussent-ils engageant, sans  concession ni compromis ! C'est un dialogue qui  s'instaure entre la vie, le silence, un vide sidéral ;  comprenne qui voudra !  Ainsi de l'absolu et de la passion que l'Amour  décline et récite, chaque jour qui passe, tel un bréviaire.

S'absenter, se distancer, s'offrir à l'unicité d'un tableau où le mouvement et l'énergie président et commandent  aux rennes de la destinée. Lui donner un sens, sans aucun prix qui vaille la donne engagée. On ne compte guère !  Vertiges  d'une folie : probablement !  Mais d'en avoir cerné parfois   les fabuleux contours, les rivages, le message des  horizons, bercé entre deux Îles.

Sentir que l'on aurait été accepté, toléré afin d'en  rendre  compte loin des lieux communs de  la déconvenue industrieuse.

Et maintenant  que les ans s'accumulent, chargent la cale, alors  que les yeux d'un regard océan peinent à lire la mer et la terre des Caps, il me reste le raccourci de l'image ;  décrire, relater quelques  sillages solitaires, participer encore et toujours  du chant de l'étrave en présence des  Puffins Cendrés. Vivre ces guises de  haute mer

!

- MARIN - 

Solo  Solos Extrêmes 

1 ère Ecriture le 30 Octobre 2021  /  En cours

En attendant  le dernier Solo

 

GO_PRO_Images__CAPICORSU

 Image / Caméra embarquée _ Go-Pro Collector  I  _ bâbord amure @ Cris

Extrême Nord de l'Île de Corse 

______________________________