TOUR_DE_CUPABIA_

Cupabia 

 

 

 

J'irai    

 comme en poésie

ouvrir  une  dernière fenêtre  sur le ciel

 

Qu'importe le moment du partir

 l'inutile  viatique 

L' être aux mondes  

 à l'autre rive

se destine  

depuis  toujours     en partance

 

Plus léger 

en mon âme     sans conscience

que la raison  aveuglément     ici-bas

séquestre

L'interrogation  ne vaut - elle point   le détour 

au lent décours de l'irrévocable déchoir

de l'éphémère

 

Eternels rivages  

mirages 

de nous    de passage 

sans fins  bercés 

l'âme  y croise  

en doublant     enfin    le cap de la durée 

 

Que d'accords

fulgurantes   clartés

que ces lointains

nos madeleines 

Hauts  jeux radieux de l'eau   

de l'extrême

qui me consument     et me  plongent 

en abyme   

 

Quels encens       quelle essence 

fabulent  ensemble 

l'issue 

de la longue route 

Au-delà de  l'horizon  

L'Ether

Les ciels Empyrées 

 

!

 

- MARIN  -  

Palingénésia 

1 ère Ecriture  le 19 Janvier 2022 

 

_____________________________