GAELLE_DE__TRESCADEC__BRETAGNE_

Splendide et solennel / photographie signée 

Gaëlle de TRESCADEC 

 

Un site, un espace  Web   qui  s'engage et dénonce  est forcémment sous le joug de  la 

CENSURE 

 

( CORSICA...GO56 )! 

 

SUR  LE TERRAIN DE L' OBSERVATION 

Restons très Terre à  terre 

!

 

Mais adressons cette contribution  aux politiques, aux élus, aux maires, aux associations, aux  industriels, aux grands  commerçants, à toutes celles et ceux qui tirent profits de la Terre et ne lui accordent qu'ingratitude et irrespect, indifférence sur les terrains pollués  de la vente et  des profits...

Car c'est bien de cala dont il s'agit, chaque jour, de partout, des espaces vierges aux zones urbaines où l'on constate une insupportable saleté, dévastation, pollution  visuelle, accumulation, un développement et une extension anarchiques  faisant fi de toutes les règles préventives et durables  en  mesure de s'adapter  et de transiter vers un solutionnement ECO - LOGIQUE indéniable, irréfragable, vital.

Le coût de la modernité immaîtrisée 

 

JOURNEES  DE CI  ET DE LA    QU'IGNORENT LES DECIDEURS 

 

Grands coups de  pub et de com pour la journée de la Terre mais également des écarts  à la REALITE inacceptables qui témoignent de dysfonctionnements majeurs entre la base et le sommet, soit du village,  du hameau  à la grande ville en passant  par les  zones rurales et de montagne, sans oublier les abords des  cours d'eau.

Un  constat mettant en exergue des lacunes et des fossés immenses qui résident dans les circuits de l'information, qui impactent les objectifs des projets pour une Terre propre et durable, les moyens adéquats et déconcentrés nécessaires  pour y  parvenir.

Une volonté politique  absente, non suivie depuis  la base, un  vide juridique et organisationnel  évidents 

Enfin,  bien que l'analyse soit en grande partie incomplète, notons  l'incivisme collectif et individuel qui  font du geste sale passant la portière de la voiture  à l'entassement des rebuts et des déchets dans les propriétés, les parcs industriels, les zones industrielles, de véritables  déchetteries à ciels ouverts, des vides chantiers ignobles une pollution protéiforme.

Une récentes étude  faisait récemment  état de milliers de décharges  sauvages que l'on trouve en bords de rivières, en  forêts, en rase campagne, aux détours d'un chemin, en montagne.

Interpellons les élus, les maires, la population irrespectueuse qui font de la route et des bas-côtés   un dépotoire, une décharge, un  vide-ordure et cendrier dont  nous voyons, les jours de fortes pluies  les  charrois  se déverser dans les cours d'eau, filer tout droit  vers les baies, les golfes, la mer, les lagunes.

Au fil des mois du printemps, de l'été, de l'automne, le fléau s'accentue et  se répand.

 

EVOQUONS AU  TOUT VENANT  LES FORFAITS 

 

Evoquons ces coupes sauvages  perpétrées par  les braconniers du bois arraché aux forêts et revendus sur le marché, des forfaits commis la nuit, en  zones reculées.

Evoquons ces gigantesques  surfaces industrielles bétonnées, ces multiples  parkings   dont les maires et les affaires  s'accommodent,  dépourvus  d'arbres et de végétaux, le manque d'espaces verts  destinés à  contenir les  îlots urbains de chaleur, d'une part et, d'autre part, à permettre  l'absorption des eaux de pluies.

Evoquons ces  grands hangars rouillés, tôlés, éventrés, à l'abandon, visibles,  les réalisations récentes et  disproportionnées qui prolifèrent en mitant  campagnes et banlieues sans aucune  enceintes végétalisées !

 

REHABILITER L 'ESPACE  

 

La journée de la Terre  est  à mon sens l'occasion de reboiser, de repenser les abords des  hameaux, des villages, des bourgs et des grandes agglomérations.

C'est aussi  la maîtrise des espaces de constructions  que l'on se doit  d'intégrer aux paysages, aux milieux, à la culture et à l'architecture du pays, usant de matériaux adaptés à l'évolution de nos  climats.

C'est la végétalisation et le contrôle drastique des espaces à  vocation industrielle et commerciale qui s'étendent de façon exponentielle.

C'est la  fin de l'agriculture extensive et de la monoculture, de l'élevage intensif  au  profit  d'une ruralité recouvrée, réinventée, sobre, mesurée, diversifiée, artisanle, saine et propre, largement aidée par les régions, l'état ! 

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/rechauffement-climatique-agriculture-intensive-insectes-duo-mortel-alerte-etude_fr_626150dae4b0e900dcd2a234

 

C'est  l'arrêt de ces murs d'enceintes en parpaings et béton  qui lézardent  et défigurent  les paysages, les quartiers, les zones résidentielles ...

La Journée de la Terre  ce n'est pas  apprêter les zones  et les clichés à  fortes valences touristiques et  négliger les abords immédiats, s'arrêter  aux domaines et  espaces naturels qui  en sont éloignés.

C'est aussi porter toute l'attention qui se doit   à ces franges  urbaines sales,  laissées en friche, polluées, ces casses  et ces immenses parkings dont disposent des entreprises irrespectueuses de l'environnement qui entassent contre  toute règles  d'urbanisme.

C'est refuser  la  conquête   et l'accaparement de pans  littoraux sensibles, fragiles,  en sursis  où l'on y  flanque  caravanes, mobile  - home, murs et barbelés  à  tout va, diverses exploitations, le tout  fragilisant  ces zones arrières dunaires  en  mesure de se régénérer et de prévenir en s'adaptant la future et inéluctable montée des  eaux ! 

C'est laisser à la  TERRE les moyens de dialoguer et de composer   avec la Mer, l'Océan, le Ciel, l'Eau

C'est retirer toutes les  constructions que la montée des eaux menace sans  tenter de s'opposer au flux de l'eau, des marées, des tempêtes, en fait, redonner de l'espace à la Nature qui le demande et l'exige parce que nous aurons fauté, manqué à la puissance des éléments, à la beauté.

C'est reboiser densément, revoir l'habitat, reconsidérer la ville à l'aune  de températures caniculaires  qui deviendront de plus en plus virulentes.

Car Tout est lié ; parler de la Terre c'est aussi regarder le ciel, sonder mers et  océans, évoquer le cycle tutélaire de l'eau, à tous les  niveaux de l'investigation et de la préservation, de l'organisation des hommes en sociétés, de la biodiversité respectée

...

La Journée de la Terre  c'est l'occasion de ne plus participer à la souffrance animale, de la combattre, d'y remédier comme on vient  en aide aux déshérités, aux laissés pour compte de l'ultra -  libéralisme et de la  finance

Mais, hélas ! La Journée de la TERRE c'est aussi cela, lisez plutôt, découvrez cette inimaginable surenchère  en matières de  destruction massive, de paranoïa d'états,  d'usage et du commerce des armes

 

https://www.ouest-france.fr/europe/france/la-france-va-livrer-des-canons-de-155-mm-a-l-ukraine-d94045ea-c219-11ec-8207-1f0e356db714

 

Que ce  splendide et  solennel cliché réalisé par

Gaëlle de TRESCADEC 

illustre ce propos, cette contribution,  pour  la

TERRE

LA MER  

LES OCEANS 

LA VIE 

LA BEAUTE 

 

-  MARIN   - 

Environnement 

JOURNEE DE LA TERRE 

22 AVRIL 2022

 

 

JOURNEE_DE_LA_TERRE_2022