PIN_MARITIME__GRND_SUD__CORSE_

 

 

Deux poèmes signés  Max JACOB, ici, recueillis, réfugiés !  Une initiative qui  me tient à coeur  après avoir regardé le film bouleversant de sa  fin de vie, sous l'occupation, la collaboration ... Interprétations remarquables que celles de - Jean - Claude BRIALY - et de la petite fille de sa vie - Dominique BLANC -  qui le retrouve à l'orée du partir. Une dernière poignée de main bouleversante. Cette ode à la Liberté est fascinante

 

***

 

Je ne blâmerai plus l'alcool qui nous rend fou si c'est par la folie qu'on vient à
Vos
Genoux.
A vos ordres, mon
Dieu !... je suis à découvert car l'homme est un trésor caché par sa poussière mais l'ivresse est puissante sur nos décombres  l'ivresse met à jour les poids
qui nous encombrent.
Dites à ceux qui me croient mort que je le fus, que je le suis encore.
Partagez-vous mon bien, mes esprits et mon corps !
Soixante fois la vie m'a crucifié en vain.
Je n'ai pas fondu plus que la pierre au feu mais dans les toxiques, les alcools et le vin ma tête s'est fendue et j'ai visité
Dieu.
Prométhée dit à l'aigle : «
Tenez ! voici mon foie ! je ne pleurerai plus que des larmes de joie. »
L'aigle a répondu : «
Nage ! l'océan est à toi ! »
Comme
Noé fut ivre
Jonas sortit de la baleine.
Comment ai-je habité cet intestin moisi ?
Dehors chantait le coq du soleil dans la plaine et moi dans les volières d'anges bavards j'ai choisi.
Je préfère être ivre sur les branches d'un arbre que de sang-froid dans une villa de marbre.

 

Max JACOB 

Poésies d'Auteurs