CHUCHOTEMENT____CORSE__GRAND_SUD__PROSE_

 

 

CELESTIAL WHISPERS  /  EN HOMMAGE A 

VANGELIS  

 

UNE__LE____CORSE___GRAND_SUD___GOELANDS_EN_COUVEES_

 

Sous le vent de l'île, de chaudes risées froncent la Grande Bleue, lointainement chuchotent. L'azur,  aux champs si profonds, s'évade en s'offrant un jeune  parterre de pavots jaunes.

Ivresses des dunes qu'accueillent en clamant  quelques couples de goélands et leur couvée.

Un îlot  hérissé de rochers grenus  rassemble la  petite communauté. Une à une, trois ou quatre   sentinelles  s'envolent, viennent aux nouvelles, semblent nous interroger.

Longues courbes et  dessins  que les  flots de la nuit ont imaginés, linéamentés, riment fidèlement avec les desseins de noces pérennelles.

Le silence n'existe pas, qui jamais ne s'impose ailleurs  que dans la mort  !

La brise, le trille de l'oiseau marin, le fascinant  bruissement du maquis et de ses tombants arides, la rumeur de la mer travaillant  aux rivages s'enquièrent de l'instant dont je suis le passeur et participe. En révèlerais-je jamais assez les féeries, l'unicité, l'insondable diversité qui louent la Vie, ses métamorphoses ? 

Sublime traits de côtes aux multiples  facettes ! Je vois tout ce que la Nature recèle d'intelligence  et de  vérité. Rien ne se trouve qui ait été inutile, imposé, surfait ! A l'agression des vagues hivernale, les empilements d'algues fantasques  répondent en ceinturant de défenses l'échancrure de la  baie. 

La mer et la lagune se partagent l'épais  cordon littoral. Leur pelisse de printemps, pavots jaunes et mauves sauvages et vivaces,   courent à travers  la jonchaie. De jeunes pétrels volètent, dominent la mare  temporaire, alors  que l'aire naturelle prend déjà des teintes et des allures de Chott !   Elle qui fut mangrove et qui me ramène à mon enfance africaine et tant chaloupée.

Je voyage, à pieds, gagne  et traverse un à  un  une  foule de petits mondes habités. Mots et pensées fleurissent au diapason, à l'unisson des clichés  que je réalise entre Terres et Ciels. J'apprends à  chaque pas, au rythme du souffle de l'harmonie et de ces accords d'îles lointaines.

A la prose marine  que les grands espaces abondent sans fin. A la vérité qui en émane et qui me guide sur la Voie du respect et de l'éveil. A cette disposition philosophale qui submerge et qui étreint  l'être aux Mondes, à la solennelle beauté des plus simples  choses qui passent ett qui reviennent,  que l'on ne saura  et ne pourra jamais plus regarder.

Aux tristes lendemains des vanités et de  la cupidité. Que les mots me soient allégeance, alliance, amour  et non vain  manteau de paroles à la solde de l'éphémère et du mensonge

... 

-  MARIN  -  

Naturellement Nôtre - Evocation de la Nature 

1 ère Ecriture le  20 Mai 2022

A la sensibilité - A la beauté - à l'amour de la vie, à  la faim de Tout 

 

LAGUNE_

 Joncs, Tamaris, la lagune aux allures de Mangrove perd de son eau sous les très fortes  chaleurs