TEMPETE__CAP__CORSE____DERNIERE_SESSION__

 

Un grand merci à " Emmila  " pour  sa présence, son concours, sa patience  

J'ai  volontairement laissé le son de la Go-Pro  allant à l'unisson d'un Blues endiablé ! Cavalcades effrénées ... On appréciera, un peu plus près des ciels. La vitesse, parfois, deux envolées planantes, à bâbord, le finistère, à tribord : l'Île Verte ... Un repère, une limite, dernière chance  de se rattraper au cas où ! Mais traversons l'instant, la révélation des grands espaces, ce solo.

 

 

Il me fallut  choisir  un grand Blues pour  témoigner de ces  ciels denses et éthérés, rendre compte  de tous les accords, nuances et teintes safres  que les grands espaces Cap - Corsins  accordent au Solo hivernal, automnal !

Des  jours radieux, d'autres sombres et gris, monochromes comme l'angoisse et la crainte, la solitude et  le silence...

Je tenais à  réaliser cet humble  clip vidéo  composé d'images lointaines, panoramiques, en immersion ( Go- Pro  I  - Collector  ) !

Combien de  bordées aurai-je tirées vers  le sémaphore du Cap  Corse, juché à plus de cent mètres  des flots, à l'extrême pointe Ouest de l'Île, vers ce finistère  redoutable  qui affole  bien souvent le puissant Libecciu  et la mer de Ligurie qu'il remonte en fraîchissant  jusqu'à atteindre la violente tempête.

Je fus certaines fois  contraint de me coucher dans l'eau en tenant très fermement mon gréement ! Je craignis souvent de perdre  mon esquif, ma planche courbe ! 

Des vagues, oui, partout, dès lors que l'on s'échappe, que l'on ne pense plus au prévisions de la veille et à ces valeurs qui vous figent sur l'écran, vous dissuadent d'avaler des centaines de kilomètres de virages et  de tombants pour rejoindre le seuil d'une  folie.

Je m'en revenai parfois de Balagna. Longue et interminable route  de nuit,  tempête, travaux sur les routes ; angoisse de l'imprévu, puis, au petit matin,  l'île Verte qui surgit de l'obscurité, auréolée de son disque solaire auroral, embrasé. La houle battant et grondant au rivage, le vent hurlant à travers les câbles du vieux  téléphone et d'électricité. Les hirondelles perchées  sur un fil de fortune, fortement balancées  ! 

" Opara Marina ", avant que d'être une destination, cerne  une histoire, des récits, des pensées en mer, un fabuleux patrimoine,  une beauté à couper le souffle, des palettes d'un  bleu si profond qu'il irradie  le maquis mordoré, les strates de  schistes  du Cap qui ondoient au diapason de la houle. 

Le Mana  est ici omniprésent, du moins pour le pèlerin qui y  trace sa  route ! Un site, une contrée fortement chargée, habitée ; landes méridionales  qui ne déméritent pas face à celles  d'Irlande ou d' Ecosse ! Le Cap est unique. En faire le tour prend des  heures par la route, force l'arrêt et la contemplation...

Une Île fait sa route,  plonge dans la mer ; lourde  étrave soulevant ses nuages d'écumes et d'embruns par - delà  le phare et la vieille tour gênoise ! 

D'entre  la Terre - mère et l'Île Verte, une passe immense canalise  et lève leurs  ondes marines, à nulles autres pareilles ; elles viennent  briser le long de la côte, aux détours acérés  des pointes et des caps dans le Cap.

Sidérants balcons sur l'azur, les Îles de l'Archipel Toscan, les hauts monts du Cap Corse libérant des torrents parfois impétueux. Univers minéral, métamorphique, éblouissante diversité où la vie compose et l'inerte consent,  ose et imagine intelligemment  des sommets de beautés  et  de singularités sauvages.

Je vous parlerai des heures, des nuits d'un rêve 

" Opara Marina " 

L'Océane  Oeuvre 

 

- MARIN - 

SOLOS EXTRÊMES 

1 ère  Ecriture le  26 Mai 2022