SAUDI_ARAMCO__GISEMENTS_GAZ__BAS_CARBONE_

Saudi Aramco - une usine plaquée Or ! Bonjour le Climat

 

https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20220612-le-qatar-s-associe-%C3%A0-totalenergies-pour-exploiter-le-plus-grand-champ-de-gaz-naturel-au-monde

 

https://www.confluences.fr/2020/02/gaz-naturel-energie-propre/

 

https://www.ouest-france.fr/environnement/rechauffement-climatique/climat-l-energie-verte-bat-des-records-mais-ne-croit-pas-assez-vite-bea28cfc-eca8-11ec-9b9f-57df627a087b

 

Notre modèle de société est à revoir de fond en comble, de façons radicales et sans plus aucun compromis ! 

Exit les prébendes, les collusions, les dessous de tables de la géopolitique et des  accords  internationaux bilatéraux, les investissements désormais caduques et inadaptés que l'ordre patronal entend  amortir  massivement sur le long terme tout en différant  majoritairement  l'innovation et la transition durable ...

Les industriels  tardent, ne parlent plus de la même voix, exigent des moratoires, repoussent  les échéances  à 2035  au niveau de l'UE concernant les moteurs thermiques ! Une pure folie  ...

Le rapport actuel  au temps libre et contraint  doit  également changer de braquet, s'étaler, baisser les cadences et le rythme infernal  de l'offre sur  tous les marchés. L'algorythme Production - Consommation -  Ressources est à reconsidérer à l'aune des exigences  climatiques majeures.

Mais l'ordre mondial, la concurrence, la compétitivité  ainsi  et depuis longtemps  institués  ne cèderont pas un pouce relatives à  toutes les opportinités restant  à exploiter  du côté des énergies fossiles, gaz naturel et de méthane  compris.

Les accords auxquels  nous assistons témoignent, désolent, inquiètent, se renforcent autour de l'acquis. Il resterait   pour plus de 50 années de consommation mondiale de sources d'énergies  fossiles. Machines avant toutes ! 

Les politiques aux commandes  ne sont en définitive  que les excécutants  des  pontes de l'or  noir et de la haute  finance internationale.

On ne peut courir deux lièvres à la fois ! Infernale dichotomie, dilemne insoutenable ... Comment résoudre une équation quand  la raison et le bon  sens  s'avèrent incapables ou  se refusent  de traîter au quotidien les  termes fondamentaux, à savoir : 

Produire et consommer propre, durable, modérèmment, équitablement, en situations d'équilibres planétaires ?

 Poursuivre  ces principaux objectifs,  ce qui suppose de produire moins tout en diminuant  les impacts collatéraux  engendrés par  l'outil actuel de production - consommation - échange commerciaux.

 

Ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre ! En effet, si l'industrie détruit le milieu à grande vitesse, il est du devoir impérieux des politiques de ralentir et de décélérer sur le plan de la croissance, en dépit des garanties financières et des coûts exigés  par les grands organismes bancaires.

Quel ordre de priorité  fixer ? C'est là un préalable, une condition sine qua non

LE DEVELOPPEMENT DURABLE 

DANS LES FAITS    AU QUOTIDIEN    DES DEMAIN ET PARTOUT

 

Les politiques publiques cadrent et suivent  depuis des décennies les lois de l'offre et de la demande, veillent  aux équilibres  financiers induits par différéntes grilles économiques  qui auront été possibles et viables, quelqu'en soient les coûts, les sacrifices consenties. 

En serait-il de même lorsque notre Planète court de grands dangers  ? Financer la sauvegarde ne doit poser aucun problème, bien au  contraire et figurer parmi la ou  les priorités des Etats - Nations.

Extirper des rouages juteux de la surproduction  la cupidité et la quête récurrente de profits gigantesques et détournés du circuit monétaire.

   Stopper les mécanismes pernicieux et sales de notre grille de Civilisation à l'aune des besoins, des nécessités, du potentiel naturel  jusqu'ici  si peu sollicité, grandement affecté. 

Si le mix énergétique  semble  mis en avant de nos  jours,  le maintien de la manne  fossile  est assuré, ne serait-ce que pour  " accompagner " la transition, une transition qui, hélas !  tarde, temporise, hésite entre le  tout renouvelable  et les quotas énergies  nucléaire  -  fossile.

Les guerres de chapelles et les désaccords achevant de brosser un sombre tableau pour l'avenir. Des retards considérables auront été  pris  face aux urgences climatiques et environnementales afférentes !

D'aucuns concluent  et entrevoient des  conditions de vie effroyables dans certains pays, des régions et des territoires  entiers ! 

Tristes  scènes  d'un théâtre médiatico - politique de campagne où l'on est  face à la surrenchère  partisane alors que  l'unité  nationale s'impose plus que jamais, au-delà de tout, face à une guerre qui  promet d'être  totale, généralisée, aux conséquences dévastatrices.

Qu'adviendra - t - il de régions entières quand elles seront  privées d'eau, soumises à des températures non viables  pour l'homme et le régne animal.

Qu'adviendra - t - il  de la ruralité  livrée à la désertification végétale, à l'asséchement des sols pollués  des campagnes ? 

La Science progresse à  grand pas. Le politique, le technocrate  s'embourbent et traînent  dans les méandres et les arcanes d'une administration et d'une bureaucratie sclérosées, arc- boutées, assujetties et soumises  au grand patronat que l'on entend plus, qui surfe sur les mesures en marche ménageant avant tout les intérêts d'une croissance exponentielle, en dépit des  alertes et des  semonces de la Science, en tirant encore et toujours partie, majoritairement, de l'exploitation des énergies fossiles, fussent -elles davantage décarbonnées 

Le Réchauffement, le dépassement, le dérèglement, le bouleversement  climatiques  s'évoquent désormais au présent et ne se négocient plus ; ils s'imposent comme  nouvelle dominante politique et éthique de civilisation.

Irrésponsable et suicidaire seraient  toute  stratégie  visant  à désorganiser et à impacter le rapport  ressources planétaires et croissances dans un contexte dégradé d'émissions pérennes et  haussières de GES, de rejets et de déchets non recyclés. Il nous faut réinventer la  Civilisation, réorganiser l'usage du Temps, oeuvrer pour la  qualité et non la quantité, la sobriété et la mesure. Tout est possible, tout n'est que volonté politique planétaire concertée et drastiquement  équilibrée

 

CORSICA...GO56