LIEN  CORSE

 

Outre les températures suffocantes  que nous annonçions, - selon les lois simples de l'observation et de la logique, de l'interprétation des signes  du ciel, entre autres voies d'accès à la " connaissance du temps "  qu'il  fait  habituellement  sur notre Île, 

les brises surchauffent et affolent le thermomètre, le ressenti  devient extrême ; 

Les températures  diurnes ne baissent plus et vont de jour en jour  croissantes ; 

La mer se réchauffe en surface  mais aussi en profondeur  pour les zones  grand large - large et, surtout, littorale ;  

Les cours d'eau sont à leur plus bas  étiage et participent également  d'une certaine forme de pollution marine au regard de l'affleunce et de l'attrait  touristique qu'ils représentent ; 

Causes et effets  de pollutions multiples  se font dès lors plus virulents, engendrant dès lors de potentielles  aires de baignades infectées, ce qui autorise les maires des  communes à  interdire par  voie d'arrêté municipaux  la baignade sur des sites  remarquables et réputés, fortement fréquentés, malgré les activités professionnelles  et touristiques  en cours ; 

Mais au-delà de ces aléas, notons et relevons cette notion de  quotas relatifs à  la fréquentation insulaire estivale qui s'étale désormais du mois d'Avril à la fin des vacances de la Toussaint, sachant  que les pics des  mois de Juin - Août et Spetembre promettent de terribles  et d'inédites envolées.

A ce sujet, nous demandons aux élus de la CDC, au Préfet, s'ils comptent ainsi  caracoler vers  les 10 Millions de Toursistes  de passage et résidant sur un si petit territoire.

Une collectivité insulaire certainement pas préparé à assumer de telles affluences et concentrations eu égard au niveau de développement  et d'aménagement de nos deux départements et de nos agglomérations, du Hameau à la grande agglomération.

Sachant que les chaleurs extrêmes, la sécheresse aigue, le régime  des vents surchauffés  par l'effet Dôme de Chaleur et Canicule bouleversent notre quotidien, le milieu aquatique marin, - Canicule marine inquiètante -, la qualité des eaux de baignades de nos cours d'eau.

Enfin, gageons que les  conditions de sécurité  résultant de tous ces paramètres  endogènes et exogènes  que le réchauffement exacerbe ne sont plus réunies, exposent l'Île de Corse aux fléaux du feu, de la contamination par germes, de la pollution, de la surproduction de déchets et de matières fécales ( Loi du nombre et capacités  d'accueil et de  traitement des eaux usées, plus ou moins salubres, insuffisantes et exposées aux facteurs à risques ) .

 

Pour la petite et triste histoire, je ne reconnais plus le Grand Sud de l'Île. Le cliché vu d'avion continuera de faire recette mais, l'illusion devient incontournable. Il est interdit de se baigner sur les principales plages de l'un des plus beau golfe de Corse, classé Réserve !

Le phénomène  gagnera - t - il  en intensité, en étendue ? Se révèlera - t - il ailleurs au diapason de l'afflux massif des Aoûtiens ? Qui peut  rester  sur la plage, en bord de mer sans souffrir  de cette chape de chaleur  torride qui s'installe des semaines durant, portée  par des vents locaux que nous ne reconnaissons plus

- CORSICA...GO56 - 

Environnement  -  Insularité et Urbanisme - Nature