samedi 20 septembre 2008

SILLAGE ...

  Mon âme Une île montueuse Aux tendres prairies d'écume La mer s'y étire Langoureusement Sous les champs de nuages Les cieux fraîchissent Effilés Comme les vents blancs Et la ronde des astres Commandent A l'onde et aux cimes Leurs mirages De rivages   Les vagues ont passée Belles et lascives Dans l'insouciance  Immémorée Des sables et de l'azur Et laissent au zéphyr Leur sillage de joie Un ballet de voiles La brise de terre Chaque nuit Délivre les arbres Emporte le souffle Des... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 03:13:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 15 juillet 2008

FRAICHEURS ...

    Sur la mer étoilée, les souvenirs d'un vent lointain perlent comme la rosée rafraîchissante de l'aube. L'océan a poli l'étrave d'un rocher et remplit inlassablement la vasque de l'eau lustrale des Cieux. Providentiel baptistère en ces lieux de dernières confessions, d'émerveillements et de révélations... De ce rocher neige tant de pureté. L'eau fredonne de vague en vague ses mélodies cristallines. L'unissonnance du flot s'élève en ce point unique, euphonique et mystérieuse  comme un accord de Harpe. Les larmes... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:07:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 26 mai 2008

EVEIL ...

La mer est poésie et les vagues déclament ses rimes, les stances mélodieuses de l'eau qui voyage. Les vagues tempêtueuses esquissent l'aurore, rejoignent le vol lumineux de l'oiseau dans le ciel. Elles comblent les rivages de blanvheur et de pureté. Dans l'azur amarante de l'aube, la mer matinale, empli des garances du levant, chaque vague est cascade, plain-chant, parchemin, cantique à la beauté, au mouvement et à la vie . Les nuages racontent une nuit chagrine et pluvieuse. Le soleil est bas, encore frileux, l'hiver s'illumine... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:04:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 22 mai 2008

ROSEE DU MATIN ....

    C'est l'automne Au soir de la vie La rosée le jeune âge A la source d'un matin Des cieux profonds et bleus Renaissent L'horizon comme les songes Une vague pensée Passent le temps Qui lentement S'étend et se couche Eclot au cœur De l'instant 2 ème Ecriture le 13.04.2012
Posté par marin56 à 06:18:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 29 avril 2008

SOLITAIRE : HOMMAGE !

Hommage à Éric Tabarly En souvenir de cet Homme et à  la Mer qui le portera toujours , comme son ENFANT , j'écris  ce texte , quelques pensées très modestes mais profondes comme chacune de nos vies précieuses et uniques que l 'Océan comble au prix du grand Don ... CRISTIAN le 29.04.2008   Un regard  suffit à faire le printemps  Ces matins   Aux promesses heureuses confiées à l’océan Le grand large demeure une aventure sans fin   Une histoire d’amour dont le temps... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 12:03:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 14 avril 2008

POUR ACCOMPAGNER L 'ARTICLE PRECEDENT ...

  Et la mer s'enroule, s'élance  infiniment ourlée, galbée vers des rochers qui prirent des visages affolés ... J'ose emprunter à Jacques Brel  sa merveilleuse métaphore  dans la Poésie et la Chanson des " Marquises" : "...Et la mer se retire Infiniment brisée Par des rochers qui prirent Des prénoms affolés ..." JACQUES BREL La vague ploie. Elle cintre lourde et terriblement puissante offrant avant de fondre son incomparable beauté. Au bord, c'est l'éclatement d'un printemps embrasé et ses mille... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 11:03:00 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 14 avril 2008

LE GARDIEN DES LIEUX ...

  Un rocher cyclopéen, un monolithe surgi de la mythologie et de l 'Odyssée, un inévitable amer posé sur la Terre  ossue des Anciens ! Je coudoie les aventures et le long  périple d'Ulysse. Une silhouette pré-hominenne, un visage anthropomorphe, simiesque et  étonnant qui veille de son  unique orbite cave ;  regard dont l'oeil scrute un site  que les tempêtes de secteur Ouest affectionnent  et visitent ; le Ponant, le Mistral y amènent une houle démesurée ! Quant au Libecciu, le vent doux et... [Lire la suite]