Le choix de cette photo n'est pas anodin :  Verlaine et  Rimbaud, deux géants de la poésie ! Les Poètes maudits, leurs Illuminations, cette transpoésie numineuse emplie de merveilleux, de rêve, d'un  mal être si profondément éprouvé et rendu... Mais avant tout une époque si riche où la poésie décolle pour ne plus jamais suspendre son vol, au-delà des mots, l'image et le chant, le vers libre, qui avec Apollinaire, trouvera sa consécration ! Nous aurions décidé d'étoffer cette Catégorie afin de rencontrer sur notre route ces auteurs, ces êtres de génie qui auront eu pour Muse, pour source d'inspiration la Mer, le Large, l' Eternité, l'Ivresse des grandes étendues et du sentiment vrai. Tellement de textes en prose, de poètes jalonnent notre mémoire collective ... Et puis, chacune, chacun d'entre nous percevra et recevra ces vers, ces extraits du plus profond de son âme pour voyager, migrer, partir on ne sait où, on ne sait quand, déjà sur l'autre rive.

A tous les Internautes, nous vous souhaitons bonne lecture, bonne traversée

Verlaine et Rimbaud-001

dimanche 15 octobre 2017

D ' ICI LE SOIR !...

  Une promessede livre,comme l'eau répandue et le perron de pierre,calcaire prend l'eau de pluie et son souvenir de merfait naître les mots-fossiles.Je t'offrirai plus que l'eau des livres,plus que les mots. Âme vive,elle est certaine et belledu retour menant au fond des merscomme une ancreprenant au sel sa densité.La mer est une terre de motset les îles entrent souterraines, alcalines ou solitaires,plus que la page, ce tournoiement des flots,ce tourbillon nos mots ?Ronde ondoyante, enceinte créneléetendue de toileoù nous... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 12:03:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 7 octobre 2017

L'ALCHIMISTE DE L'ATTENTE !...

    Il le reconnaît et l'appelle : " Ange-Puffin " ! Il est son Ami, dont l'aile est marquée du signe des mers rudes... Toutes les fois, solitaires, ils offrent un ballet  à l'azur, à l'étrange couleur bleue qui les rapproche et les confond ;  voyage aux confins de l'ivresse. GO   J'ai toujours rêvé d'une seule chose, avoir un oiseau sur mon épaule, je l'attends toujours, et toujours il n'est pas là, je ne désespère pas parce que je sais que mon rôle dans la vie est de l'attendre, je sais que mon bonheur... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:44:00 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 7 octobre 2017

LA MUSIQUE / CHARLES BAUDELAIRE...!

        La musique souvent me prend comme une mer ! Vers ma pâle étoile, Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther, Je mets à la voile ;   La poitrine en avant et les poumons gonflés Comme de la toile, J'escalade le dos des flots amoncelés Que la nuit me voile ;   Je sens vibrer en moi toutes les passions D'un vaisseau qui souffre ;  Le bon vent, la tempête et ses convulsions   Sur l'immense gouffre Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir De mon désespoir ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:28:11 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 5 octobre 2017

AVEC LES MOTS !...

  Les Poètes maudits     " Je crois à la mission de l’écrivain. Il la reçoit du verbe qui porte en lui sa souffrance et son espoir. Il interroge les mots qui l’interrogent, et accompagne les mots qui l’accompagnent.  Le chemin qui reste est donc celui des mots, le sable de tous les livres. Le livre n’est pas. La lecture le crée, à travers des mots créés, comme le monde est lecture recommencée du monde par l’homme."   EDMOND JABES      " ...  La poésie, c'est l'être... [Lire la suite]
mardi 15 août 2017

L’ÉPERVIER !...

  L'épervier, c'est le nom du filet que lance sur la vague – corps déjeté – le pêcheur de la côte. Un chalut de pauvre, une voile sans mât.   L'épervier, c'est un battement d'air, une envolée de mailles, des dentelles de sel que la lumière défroisse.   C'est le rêve d'aile qu'il déploie, l'épervier. Le geste répété, souvent plus grand que soi.     MICHEL BAGLIN « Les Chants du regard » éd. Privat
Posté par marin56 à 07:09:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 11 juillet 2017

INDECISO ?...

      Nousvoyageursà l'amble imprévisiblenous nageursluttant contre l'ombred'un ciel absentnous errantsdans l'éloignementn'avons que nos chimèrespour nous haler...Une flammeaussitôt cendreet ces mains toujours lassesd'un corps embrasé.On craignait l'arythmiede cet autrequi incendiait nos mots.Sur la morsurede longs échos reviennentdéformésgrimaçantsOn craignait son regardd'écorchéson ignitionet sa bouchedans l'impostured'un sourire crissant.Le rêve closnous laisse nusle coeur naufragé.  . AGNES SCHNELL ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:06:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 14 mai 2017

UNE JARDIN SUR LA MER !...

Peinture Henri MORET   St-Guenolé - Pen March . . . . Je sais un lieu de haute lice Où la livrée du matin joue À robinsonner sous les lys Près des falaises d’amadou Où le déhanchement des îles Grise la Manche qui s’exile Sous son chapelet de Corfou . Je sais un lieu de haute sphère Où les sternes vont poinçonnant Le nonchaloir évanescent D’un archipel bagué de mousse Où la veine bleutée du vent Sur les voiles des barcaroles Jette la clé de ses vingt ans . Je sais un lieu d’étreintes folles Où... [Lire la suite]
jeudi 4 mai 2017

SI PRES DE LA DÉLIVRANCE !...

. . . Ferme les yeux et perds toi dans l'obscurité sous le feuillage rouge de tes paupières. Enfonce-toi dans ces spirales du son qui bourdonne et tombe, et rêve là bas, lointaine, jusqu'au site du tympan, comme une cataracte assourdie. Plonge ton être dans les ténèbres, noie-toi dans ta peau, et plus profondément, dans tes entrailles ; que l'os, livide éclair, t'éblouisse et t'aveugle, et entre des cimes et des golfes sombres qu'ouvre son panache bleu le feu follet ; Dans les ténèbres liquides du sommeil ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 10:21:00 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 31 mars 2017

MER ROUGE ?...

    .   Les yeux ensanglantés de pourpre et de carmin, Cette nuit j'ai noyé le spleen qui me consumeDans les flots cramoisis d'un océan de vin. J'ai bu. Pour me soûler j'ai bu jusqu'au matinLe bourgogne entêtant dont la vapeur embrumeLes yeux ensanglantés de pourpre et de carmin. Et voici qu'ivre-fou, liquide pèlerin, Mon corps danse au hasard, fouetté de rose écume, Dans les flots cramoisis d'un océan de vin. Point de bords. Un ciel rond qu'interrogent en vainDans la viduité de sa vaste... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 11:00:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 17 mars 2017

SIGNES D'EAU !...

 Je me retrouve au coeur de cette Folie, de ce poème azuré   qu'il me semble partager... Folie si souvent évoquée, soeur de ma solitude ! Ah, signes d'eau, que de fluidité  dans les mots _ ô  infinies caresses d'eau !   PHENICIES     Je découle de l'arithmétique du poisson : l'eau fut mon empire,  le sel mon alter égo. Longtemps, je fis chambre commune avec la  mer et j'eus vocation de faire jouir l'azur grace au double jeu de ma  présence et de son reflet. Il m'arrivait de... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:38:00 PM - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,