dimanche 18 janvier 2009

EXTRAITS ...

"... Leurs voiles étaient molles de vent qui les avaient gonflées et, de la proue à la poupe, la courbure de leur coque semblait garder la grâce mystérieuse et flexible de leur sillage ..."MARCEL PROUST       " Ils s'en allaient errer leur âme par les soirs où s'évade la mer Brûlés par le poème et par le songe "       TAHAR BEKRI      
Posté par marin56 à 11:47:00 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 17 janvier 2009

GARCIA LORCA, EXTRAITS....

  Et la chanson de l'eauReste chose éternelle...Toute chansonest une eau dormantede l'amour.Tout astre brillantune eau dormantedu temps.Un nœuddu temps.Et tout soupirune eau dormantedu cri. Federico Garcia Lorca, Poésie I (1921-1922)    
Posté par marin56 à 10:24:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 9 janvier 2009

L' INTRANQUILITE, FERNANDO PESSOA, VIRGINIE HERRIOT....

  " ...C'est alors, sur la plage bruissant seulement de la rumeur des vagues ou du vent, passant très haut dans le ciel, tel un avion irréel, que je m'abandonnais à un nouveau genre de rêves - des choses informes et vaporeuses, merveilles de l'impression profonde, sans images et sans émotions, pures à l'égal du ciel et de l'eau, et résonnant comme les volutes déployées de la mer, se dressant depuis les profondeurs de quelque grande vérité; mer d'un bleu tremblotant, oblique dans les lointains, qui verdissait en approchant du... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:35:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 janvier 2009

LA MER ET LA PROSE...

  Meraux langues d'écume pleines de présagesroulesur le linceuljusqu'à ce que le soleil de nouveau sèmela douleur lancinante de la seconde.   NELLY  SACHS , Extaits, Exode et Métamorphose     Les vagues prisonnières ne respirent pas facilement sous un toit. Elles se décolorent, elles perdent leur chevelure d'écume et jusqu'à cette façon de ployer le torse. Mais malheur à qui fut assez adroit pour capturer une jeune vague, non point assez vigilant pour l'endormir. Un coquillage oublié dans la maison,... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 03:48:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 23 décembre 2008

LA MER, EXTRAITS...

La mer ensorcelle, la mer tue , émeut, terrifie, fait rire aussi, parfois disparaît, par moments, se déguise en lac ou alors bâtit des tempêtes, dévore des bateaux, elle offre des richesses, elles ne donne pas de réponses, elle est sage, elle est douce, elle est puissante, elle est imprévisible. Mais surtout la mer appelle. La mer, fait divaguer les vagues et les pensées et les voiliers et même ta tête elle aussi divague et les routes qui hier étaient là aujourd'hui n'y sont pas. C'est au point que je... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:49:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 18 décembre 2008

JACQUES BREL...

La mer pesante, ardente et libre, Qui tient la terre en équilibre ; La mer que domine la loi des multitudes, La mer où les courants tracent les certitudes. . JACQUES  BREL . Voilà que l'on se couche De l'envie qui s'arrête De prolonger le jour Pour mieux faire notre cour À la mort qui s'apprête Pour être jusqu'au bout Notre propre défaite Serait-il impossible de vivre debout .
Posté par marin56 à 08:07:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 18 décembre 2008

AU BORD DU QUAI...

    J'ai parcouru, sous des minuits de verre, Des courants forts qui font le tour de la terre ... La mer ! la mer ! ... La mer tragique et incertaine, Où j'ai traîné toutes mes peines !  Depuis des ans, elle m'est celle, Par qui je vis et je respire, Si bellement, qu'elle ensorcelle Toute mon âme, avec son rire Et sa colère et ses sanglots de flots ; Dites, pourrais-je un jour, En ce port calme, au fond d'un bourg, Quoique dispos et clair, Me passer d'elle ? La mer ! la mer !  Elle... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:04:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 3 décembre 2008

ENCORE...Extrait

 Je meurs dans chaque vague chaque jour.   Je meurs dans chaque jour en chaque vague.   Pourtant le jour   ne meurt jamais.   Il ne meurt pas.   Et la vague ?   Non plus.    Merci.     PABLO  NERUDA  
Posté par marin56 à 10:34:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 20 novembre 2008

LA MER ET LES AUTEURS....

  " La poésie ne verra peut-être jamais les îles promises, mais elle demeure au sommet du grand mât la vigie passionnée. Elle connait les vagues par leur nom. L'équipage s'endort. Elle veille. " Géo Norge   "Je t'ai nommée beauté, te commettant ce lourd cri d'ailes où tu passes Avec les mots qu'entasse en mon brasier l'égal tourment, je t'ai nommée Vertige, tu m'élis dans la clarté de tes paroles, sur la mer agonisant. Tu pris la vague dans tes doigts, laçant l'écume au ciel, faisant Naufrage de ces mots qui te... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:09:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 3 novembre 2008

FERNANDO PESSOA ....

HORIZON   Ô mer antérieure à nous, tes frayeurs Recelaient des coraux, des plages, des clairières. Forcés les secrets de la nuit, de la brume Serrée, des tourmentes endurées, du mystère, Le Lointain ouvrait ses corolles, et le Sud sidéral Resplendissait sur les nefs de l'initiation.Ligne sévère de la lointaine côte – Quand la nef se rapproche la falaise se dresse De tous ses arbres là même où le Lointain n'avait que du néant; La terre, de plus près, en sons et couleurs se déploie : Enfin, quand on débarque, il y a... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:47:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,