samedi 7 octobre 2017

LA MUSIQUE / CHARLES BAUDELAIRE...!

        La musique souvent me prend comme une mer ! Vers ma pâle étoile, Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther, Je mets à la voile ;   La poitrine en avant et les poumons gonflés Comme de la toile, J'escalade le dos des flots amoncelés Que la nuit me voile ;   Je sens vibrer en moi toutes les passions D'un vaisseau qui souffre ;  Le bon vent, la tempête et ses convulsions   Sur l'immense gouffre Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir De mon désespoir ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:28:11 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 27 avril 2015

MERVEILLEUSE ALLEGORIE ! ...

Immensités, océan, moutonnement, rêve, vague, exotisme, idéal, bonheur, imaginaire, temps, senteurs, port, etc ...! la sémantique marine ne laisse plus  de peupler ce merveilleux poème de C. Baudelaire ; il en est tant d'autres ...   LA CHEVELURE XXIII   Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure !Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscureDes souvenirs dormant dans cette chevelure,Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !La langoureuse Asie et la brûlante... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:08:12 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 21 juin 2010

LA MER L'EAU AVEC BACHELARD ET BAUDELAIRE

  " La brise et l'eau chantent au loin leur chanson de sanglots heurtée "Les Fleurs du Mal - C . Baudelaire..."  La mer fabule le lointain " Gaston Bachelard .
Posté par marin56 à 07:45:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 5 juin 2007

" L'HOMME ET LA MER " ...

L'HOMME ET LA MERHomme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est ton miroir, tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa lameEt ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.Tu te plais à plonger au sein de ton imageTu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœurSe distrait quelquefois de sa propre rumeurAu bruit de cette plainte indomptable et sauvage.Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets ;Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes ;O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,Tant vous êtes jaloux de garder vos... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 10:30:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,