vendredi 12 décembre 2014

LE PORT _ CHARLES BAUDELAIRE ...

  PETITS POEMES EN PROSE    Un port  est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L'ampleur du ciel, l'architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares, sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans jmais les lasser. Les formes élancées de navires, au gréement  compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l'âme le goût du rythme et de la beauté. Et puis, surtout, il y a... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:46:52 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 11 septembre 2014

LA SUPER LUNE DE L’ÉTÉ / FIN

  " Lune clair brillantA son premier croissantOu à son plein :Bons quarts pour le marin '  Dicton Marin        Combien sont-ils à avoir loué la Lune, à  lui avoir parlé  en silence  comme si elle avait été leur confidente ? Entre marins et poètes, de tout temps, la Lune aura été la Muse, l'inspiratrice, la grande consolatrice des coeurs en errance. Je connus une Petite Fille ; la Lune la fascinait, l'émerveillait ...  Elle était notre petite fille si proche ; La joie et... [Lire la suite]
dimanche 16 décembre 2012

" LA PEAU DU DIABLE " ...

" La peau du Diable " ; ainsi les anciens Marins dénommaient-ils la mer !...   " La mer est ton miroir, tu contemples ton âme. "  Charles Baudelaire   " La mer chante un chant à deux portées dont la plus haute, la plus superficielle, n'est pas la plus enchanteresse. C'est le chant profond qui a, de tout temps, attiré les hommes vers la mer. " Marie Bonaparte   " C'est par la mer qu'il convient de commencer toute géographie. "  Jules Michelet     
dimanche 9 mai 2010

LE VOYAGE, CHARLES BAUDELAIRE

IPour l’enfant, amoureux de cartes et d’estampes,L’univers est égal à son vaste appétit.Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !Aux yeux du souvenir que le monde est petit !Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,Le cœur gros de rancune et de désirs amers,Et nous allons, suivant le rythme de la lame,Berçant notre infini sur le fini des mers :Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;D’autres, l’horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,Astrologues noyés dans les yeux d’une femme,La Circé tyrannique aux... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:12:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,