lundi 15 janvier 2018

LONGUE NUIT DE VEILLE !...

        J'emprunte comme une voie   J'entends comme une Voix enfin  et déjà     moins amer Des lointains lactescents monte l'azur d'un Blues à la fois dense et vaporeux Au plus étrange du camaïeu    des bleus émaux une voile diaphaneévanescente s'accompagne des lumières et du daisd'un théâtre     unique Ainsi    m'en remets-je aveuglément à la révolution astrale aux vagues aurorales d'un chant magistralet cristallin De... [Lire la suite]

vendredi 5 janvier 2018

CIELS GARANCE !...

Je sais l'incendie fatal, les mises à feu multiples, simultanées ou presque, donc volontairement, délibérément  assassines. Mes pensées, à chaque ligne, que la souffrance et le coeur me dictent, tentent de louer le don du Ciel dont notre Île témoigne, en tout instant, partout ; d'où le sens de ces écrits appelant à discerner l'origine, l'essence des choses, le patrimoine naturel imprescriptible qu'il nous revient de défendre, coûte que coûte, au prix même de la vie du criminel-incendiaire. A terme, il ne restera ici que... [Lire la suite]
lundi 11 décembre 2017

UNE ÎLE !...

  Le poème de la mer ne s'invente pas ! Il se vit au coeur de l'élément avant que de toucher le rivage. Puis il éclot. Regard océan, qui vague et muse !... Qu'importe la distance qui absente  quand les vents furieux, les hautes lames, les vrilles de la vagues, les brisants   convoquent la mort, l'invitent comme si elle se devait d'être, pérennel ballet des ombres  ?  Ce n'est certes pas les  hautes latitudes mais les solitudes ici  rudoient, rassemblent  les ténèbres. Oui, ce jour - là,... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:15:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 9 décembre 2017

VENT FROID ! ...

    L'automne  cingle, chemine vers le solstice. La course du soleil offre à la mer de chatoyantes luminances, comme si elle eût été par les fonds soudainement  éclairée. Ainsi de conter en passant l'éternel recommencement des vagues que le vent froid irise, diapre.  Tout n'est que silences et lointains habités ; le  ciel de traîne emmène et lève à l'envi la chevelure de vagues messagères déroulant vers le rivage  leurs épais manteaux de neige et d'écume. Magie d'une Île aux beautés... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:34:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 7 décembre 2017

PÉRIGÉE !...

    " ...  Et de se perdre comme sur l'océan,  ultime consentement allant par le dédale des cirques et de la tranquilité, comme un lointain rêve de pas, d'empreintes stellaires,  hors du temps, au terme de l'inconcevable, plus profondément  que de raison... "  Alpha LYRAE    Du croissant à la pleine et nouvelle Lune, voici Artémis, Séléné, Hécate ! Luna dans toute sa splendide rotondité, quasiment maternelle et bienveillante, qui nous accompagne, depuis la  nuit des temps et des... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:48:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 20 novembre 2017

FACE A LA MER !...

  DE LA PROSE  MARINE A LA DECOUVRANCE   Prends le temps de regarder la mer... Assieds-toi, pose-toi là, où  le vent ne passe plus et te laisse à l'envi scruter  la mer lointaine du coup de temps ! Ce que je te dis en prose  sera, qui sait, plus probant, tentant ; du moins, je l'espère, pour tant de rivages que cette invite révèle et qui attendent la migration des saisons dont tu renais. La mer, tantôt blanche écharpe, sitôt mélodieuse étreinte, si secrète en  son  rêve-immensité et ses... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:29:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 14 novembre 2017

HÖLDERLIN ÉVOQUE LE NORD-EST !...

    Il serait aujourd'hui comblé en regardant le ciel et la mer délirer du commun accord de la Tramuntana d'hiver, ce vent de secteur Nord-Est froid et parfois, si violent. Entre Mamatus et Virga, la lumière, les rais du soleil se fraient un chemin vers la poésie des Mondes, entre deux îles soeurs... Et Novalis le rejoindrait, lui aussi halluciné par tant de beauté et d'amour, assis face à l'éternité de la "  mer en allée ",  eau-delà des Ciels ...! . . MARIN  ... [Lire la suite]
lundi 13 novembre 2017

VENTS D ' AUTOMNE !...

    On le dit doux mais aussi      fou tellement lumineux lorsque halant le Suroît sans frein     il fraîchit au coeur de l'automneet ravit   ma souvenance Qui ne vient jamais seulabandonne aux songes comme  aux  îlesle désir  d'en pressentir le soufflel'haleine encore tiède aux senteurs d'iode et d'embruns tel un florilège de prémices  un cortège de messagers Ainsi du coucher de soleil que les nuages enrochenten gravissant   en coiffant les... [Lire la suite]
dimanche 5 novembre 2017

AUTOMNE !...

    Quelques mots esquissent l'automne ; un vrai temps d'automne, celui  que nous connaissions, antan. Des rivages aux sommets d'une Île devenue soudain immense, perdue dans les nuages, à nouveau disposée à rêver de voiles, en partance, Nature et éléments composent au fil des heures, avant la longue nuit  !  Et de  suivre du regard l'arc d'alliance qui eût rapproché  enfin ciel et terre, mer et ciel, dans les clartés et les bleuités  du vent d'Ouest, du Ponant ! Il aura abondamment plu... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 06:33:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 18 octobre 2017

LE VIEIL ADAGE DIT !...

   A Joss et à Gérard       Le vieil adage dit que tu gardes  la montagne, depuis toujours ; rien ne t'aurait tout là-haut déposé dans un équilibre si parfait. Une silhouette se détache sur les ciels, oscille dans la brume, vacille les jours d'orage sous l'arc diffus de l'éclair. Voici l'homme de Cagna, une présence, un regard, cent histoires, à conter à travers les siècles de transhumances ! L'érosion, les vents fous  et les pluies diluviennes ont eu raison de la crête sommitale,... [Lire la suite]