jeudi 5 juillet 2018

CHANSON DE L' ADIEU !...

      Arbres de crisJamaisLa nuitJamaisL'oiseauNe chantera.Ah ! c'en est faitDe notre ciel.MarinierVogueLa joieEst morte.Monde en dérive Fumées de cris Fendent le ciel. Adieu village. Dieu vieilli Je pars, Je ne suis plus Que l'ombre claire D'un inconnu. ! Georges - Emmanuel CLANCIER ______________________________________________________________________________
Posté par marin56 à 08:13:00 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 15 mai 2018

DROIT DANS LE MUR !...

    D'une rive à l'autre en rade c'est de bonne guère mais quel banal      ne fonces-tu pas déjà   droit dans le murDu moins  le simules-tu ici - bas   en ricochant Fausserais-tu  compagnie au large    à l'espoir des libertés fauchées d'avance Malgré l'évidence frontale le cours obstinément léthal des habitudes con-figurées Quitte le golfe glauqueles baies surfaites d'agréments et d'aisances Elance-toi      distance la rengainela gestuelle... [Lire la suite]
samedi 10 février 2018

RUPTURE !...

  Oeuvre Vincent VAN GOGH      Que n'écris-je d'autreQue traduis-je        ici et las sinon l'ineptie    le non-sens-bipolaires'esseulant à la dérive de l'angoisse  psychotique Que je me résume          pas à pas humble expressionpeine tangiblevraie foliereclus Reste-t-il en mer de ce lointain destin quelque dessein animé qui me rattache à l'inexistenceau silence   Depuis les pans d'une geôleà part où l'homme ne parvient plus à... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 09:59:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 30 janvier 2018

PAUVRE PÉCHEUR !...

   La clarté  est dans le reflet ; ainsi pense le roseau  ... !     On apprend    à survivre chaque jour      un peu plus seul affranchiLes saisons     les années se débarrassent des travers en marche qui situent et décalentmalgré soidans le tourbillon des vanités en vogue et des sordides cloaques Comblée en esprit          L'âme que les feux d'artificesque les feux la rampe épargnentsur le chemin des étoileslorsqu'il lui faut... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 06:15:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 19 janvier 2018

ULTIME RÉCLUSION !...

        Laisses-toi guider petit             Suit la Voix  claire  et lointaineCar au plus profond des coups de temps sourd un silence aveugle et sans blessureà toujours ondoyé Quand tout naît esprit le corps  demeure  et ne geint plusL'âme alors vient à mariervastes étendues et délivrance Tu t'en remets aux rudesses aux froidures de la merà l'hiver blanc     ta nuit en guise de pénitenceen quête d'oubliSoit Plus aucun lien ne te... [Lire la suite]
vendredi 22 décembre 2017

A GERBER AVANT L'HEURE !...

       Les animaux côtoient l'homme en paix dans les crêches de Noël et  les rêves des enfants ! Passé le conte et la fable, dévorés à table ils sont, arrachés à leur mère ils sont, saignés sur l'autel ils demeurent. Ainsi d'un cauchemar où s'ouvrent une à une les blessures des Mondes dont l'homme-orchestre le funeste ballet des ombres sanglantes !   A la triste condition animale et ...!     J'ai vu  dans la rue, au beau  milieu des passants, indifférents, des hommes... [Lire la suite]

mercredi 6 décembre 2017

A DROITE TOUTE !...

      Charlie CHAPLIN  - Les Temps Modernes - Nous y revenons, assurément, avec la perte concomitante de tous les acquis sociaux. Et si la " Populasse " plus que laborieuse avait justement gagné du temps sur la vie et l'existence, quelle plus belle récompense, justement, de lui accorder le fruit de son labeur  ÉLITES,  ÉLUS , ARNAQUES  EN COLS BLANCS,  MÉDITEZ CECI, CELA VOUS FERAIT DU BIEN      CULTE  DU RENDEMENT ET ASSERVISSEMENT    Triste... [Lire la suite]
lundi 20 novembre 2017

LA FIN SE LÈVE !...

      La fin se lève. Qui a parlé. Moi, un inconnu, un fantôme. Nous habitons une terre féroce où les « Droits de l’homme » sont au mieux notre misérable butin. Dans la mort qui monte, j’entends tourner les roues maléfiques qui broientvictimes et bourreaux, pêle-mêle.Le flanc percé d’une lance longue et fourbe, l’homme saigne.La lumière a rétréci dans notre regard jusqu’à épouser la dimension de la plus minuscule piécette d’argent.La fin se lève ?Mais  nous  n’avons ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:44:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 10 octobre 2017

MALADIE MENTALE / LE JOUR M !...

      " Nous avons moins besoin  d'adeptes  actifs  que d'adeptes bouleversés  "  Antonin ARTHAUD   LES POÈTESExtrait du poème d'Aragon " Prologue "" ...   Je ne sais ce qui me possèdeEt me pousse à dire à voix hauteNi pour la pitié ni pour l'aideNi comme on avouerait ses fautesCe qui m'habite et qui m'obsède ... " §   Chaque année fête un pan  meurtri de nos sociétés, de nos modes et genres de vie tolérés et juteux ! On y pense et puis on  oublie,... [Lire la suite]
samedi 7 octobre 2017

ANGE - PUFFIN / LA LIMITE ...!

  Je te reconnais à  ton aile blessée ; la mienne est orpheline ! Allons ensemble recouvrer la plénitude du vol !    AU MESSAGE RETROUVE    Merveilleux manteau bleu-de-cielde vent et d'écume irisé Le vol  demeure        fusionnel épouse l'onde et la moireconvole au jeu  de la vie et de la mort Je vais te cherchant toutes les foiscomme on marche à la source   Et du plain-chant dont tu naisà ces vents de myrte iodésque les îles délivrent sourd en nous la... [Lire la suite]