samedi 27 janvier 2018

LES COMBES DU SOLO ?...

  "... Sais-tu d'où l'on peut retranscrire  ces mots ?  Que ces lieux demeurent inconnus quand le nom bute sur la fin  de non recevoir  ... On y joue plus ; il importe  un instant d'exister, comme mené par la miséricorde d'un Azur  à la fois vital  et impitoyable ! Et au coeur de ce dédale mouvant aux improbables  issues, la candeur et l'enfance  s'invitent en récusant  la mort, la violence. Des  sommets de l'émotion, d'un espace - temps que la gestuelle recompose au... [Lire la suite]

jeudi 11 janvier 2018

L ' HORLOGE DE LA NUIT !...

  Toile / Daniel SIGUIER  -  " Le bout de la route "    ! " Je vis en ce moment l'abrutissement des gens qui courent après le monde ou plus modestement après leur quotidien. Et je comprends qu'on ne peut faire autrement que de s'oublier, oublier son âme dans le tombeau du corps. Il  y a là une injustice apparente inexplicable et qui fait trembler car il est impossible de réveiller quiconque  qui s'est endormi dans les fatigues et les soucis du monde. Dieu attend  que l'absurde nous... [Lire la suite]
dimanche 31 décembre 2017

AVEC EUX _ DE TOUT CŒUR ! ...

     
Posté par marin56 à 08:20:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 31 décembre 2017

AUX MAÎTRES DES DIEUX !...

    Dans le ciel  filandreux des temps et des fumées  modernes, la chaîne et la trame de l'azur se délitent. La lune est périgée, inonde la Terre de lumière ; nul n'en serait privé ! Seul lot de consolation. De quoi demain sera-t-il fait  ?    Froid extrême /  23.000 enfants migrants en danger de mort en Grèce et dans les Balkans selon l'Unicef ! Ils franchissent les cols de la désespérance, traversent  les froidures des tombants glacés puis chutent aux pieds de l'opulence Un bon... [Lire la suite]
mercredi 27 décembre 2017

POUSSIÈRE DE MONDES !...

  Les Chevaux Blancs de Paul GAUGUIN    "... Ce que le large a de plus intéressant ce sont les terres qui surgissent du cercle strict de l'horizon ..." Victor SEGALEN Les années défilent à nulles autres pareillesahanent     comme elles sèment la confusion            Mais tout en fuyant    vers l'avent point le sacre de la lumière A l'île    qui obstinément s'éloigne  et s'élèvePar le sac et le ressac des houles quand l'obscurité s'invite... [Lire la suite]
vendredi 22 décembre 2017

A GERBER AVANT L'HEURE !...

       Les animaux côtoient l'homme en paix dans les crêches de Noël et  les rêves des enfants ! Passé le conte et la fable, dévorés à table ils sont, arrachés à leur mère ils sont, saignés sur l'autel ils demeurent. Ainsi d'un cauchemar où s'ouvrent une à une les blessures des Mondes dont l'homme-orchestre le funeste ballet des ombres sanglantes !   A la triste condition animale et ...!     J'ai vu  dans la rue, au beau  milieu des passants, indifférents, des hommes... [Lire la suite]

mardi 5 décembre 2017

" UN AIR DE LIBERTÉ " RAPPEL !...

  Guerres d'INDOCHINE    Nous aurons vécu de  1961 à 1964 à Phnom Penh, poussant de temps à autre quelques virées  vers le Sud Vietnam, les abords du Golfe de Siam, le Cambodge profond des rizières et des lacs, jusqu'à Angkor Vat ! Nous découvrîmes  un peuple merveilleux,  paisible, comme résigné, hospitalier malgré un passé proche tourmenté ou menaçant, encore et encore !  Les années génocides devaient  se perpétuer plus tard, avec la deuxième guerre du Vietnam, puis avec la... [Lire la suite]
dimanche 19 novembre 2017

L’HUMANITÉ VA BIEN !...

      " GUERNICA  "  Pablo PICASSO    " Tant qu'il y aura des abattoirs, il y aura des guerres "  Léon TOLSTOÏ L'HUMANITE    LA CIVILISATION VONT BIEN    L'Homme se fourvoie  quand il inflige toutes les formes de souffrances à l'animal, - véritables tremplins menant aux  exactions commises à l'encontre de son prochain - , dans les culs-de-basses-fosses de la barbarie, de la cruauté, de la violence . Un tout légitimé et officialisé sur l'Autel du Fric, des... [Lire la suite]
mardi 10 octobre 2017

AU DÉTOUR ADMIRABLE DE LA POÉSIE !...

  Oeuvre  : Eward MUNCH / Le Cri  - 1895 -        Je ne sais ce qui me possèdeEt me pousse à dire à voix hauteNi pour la pitié ni pour l'aideNi comme on avouerait ses fautesCe qui m'habite et qui m'obsèdeCelui qui chante se tortureQuels cris en moi quel animalJe tue ou quelle créatureAu nom du bien au nom du malSeuls le savent ceux qui se turentMachado dort à CollioureTrois pas suffirent hors d'EspagneQue le ciel pour lui se fît lourdIl s'assit dans cette campagneEt ferma les yeux pour... [Lire la suite]
jeudi 5 octobre 2017

DÉJÀ ...!

    Une part de moi-même est déjà morte du mal de terredu mal aux mondes comme atterrée Que je laisse sur la grève     souilléede maux La solitude pour dérivesuffit   à l'énigme  L'hiver la nuit  alors  se confondent Se livrent à l'écho des brisants du lien brisé Que la mer panseune âme à l'Amer entée  Oui      une seule larme révèle parfois un océan de souffrance Ainsi de l'erranceà bord de la folieultime  vertige Eau-delà du cri le vide ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:15:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,