jeudi 5 mai 2016

EN PAYS DE VERTIGE !...

      Les chemins mènent tous au secret. Ils s'infléchissent à quelque tournant, on marche ainsi en pays réel et puis soudain hors du temps mesurable. On se retrouve enrichi de quelque épaisseur de vie étrange comme si l'on avait déjà vécu plusieurs existences. Pays à la brisure du crépuscule comme s'il voulait signifier qu'il est tard mais toujours temps. On ramène alors de ces sortes de regards, de ces voyages, la connaissance de l'être dilaté, perméable au possible, un réel annexé, magnifié. Dans ces... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:01:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 21 avril 2016

L'AURA SOUILLÉE DE LA MER !...

       Dans le regard de la Mère, toute la détresse tournée vers la terre ! La Mer était vouée au voyage, à la rencontre, à l'échange, à la fraternité ! La Mère n'en voudrait pas à la Mer ! Mais l'homme-dieu des minables menées s'en est emparée, l'aura vaincue, assassinée, détournée de ses desseins pacifiques et si purs ... Le Ciel n'était-il pas à portée de nos mains ? D'où ce texte, humblement abandonné à la dérive des continents, entre chagrin et révolte. Les tyrans font l'histoire ; le  Peuple est... [Lire la suite]
mardi 23 février 2016

CES OCÉANS IMMENSES !... POÈTES-CHANTEURS

        IGIT    La ligne est fine Entre la valse et la transe Avons nous tourné trop vite Sommes nous trompés de cadence Le chemin est court Entre regard et transparence Avons nous trop fixé le vide De ces océans immenses   Au diable les parapluies Marchons sous la tempête Amoureux trempés ruisselants esthètes Au diable les abris Cheminons contre le vent Contre le vent et les marées Dégoulinants amants amarrés   Coulons l’encre N’abusons point la déchéance Trop de... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:14:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 29 janvier 2016

PIERRE REVERDY !...

        SUR LA MER LE LEVER DU JOURLe jour émerge à l’horizon comme un nageurtirant sa coupeÀ travers la mousse des vaguesEt la crête des dunes délayéesL’aube avance à travers les détoursLes mains de lumière en cadencegagnent l’espace tout autourSur la tête de l’hommeEt celle du poissonEntre ces deux couleurs qui maintenant se joignentL’air est limpide et lourdL’eau est mouvante et molleLa forme de la main se perddans la mer et dans l’herbe folleSur le même pli de terrainla tête éclate au jourSous le... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:27:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 1 janvier 2016

ENJOY THE RIDE FOREVER !...

  P_NO   Aux mélomanes, à  ces rivages où  vaguent tant de rêves et  de songes en  traçant les linéaments bleus d'un silence  fécond, à nul autre pareil ! On s'y perd parfois comme on s'égare jusqu'à ne plus être où alors emporté  par le souffle cristallin d'un étrange regard :  celui de l'Univers ... Bien sûr les goûts comme les couleurs se passent de jugement et un tel éclectisme ne peut agréer un auditoire si varié, divers, unique parfois ! Mais la musique, dit-on souvent, adoucit... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:39:06 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 30 décembre 2015

OH, RAINER MARIA RILKE !...

 Embarque, Marin, embarque à bord de ce chant ! Il est de ce lyrisme qui ne tarit pas, que l'onde de la mer encense, dont chaque mot est linéament, lointain, vaste filigrane où danse la brume des songes, comme de belles sirènes voilées...    Que ce soit le chant d'une lampe ou bien la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t'environne toujours, veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n'a sa place que de temps à autre. Savoir à... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 04:25:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mardi 29 décembre 2015

L’OCÉAN DES SABLES ALLÉGORIQUE !...

  Voici une Pensée redoublée ; Edmond JABES, les Amis(es), à l'occasion de ce pas, de ce gué à franchir,  entre deux années, dont l'une ne sera jamais plus et l'autre, pas encore, ou à naître, à éclore à sombrer encore comme ces deux vagues égarées, voyageant au gré des vents... Nous en profitons pour adresser aux vagabonds de l'onde, de la Mer, des grands espaces et de la Liberté ce premier fragment d'Edmond JABES, déjà publié sur l'humble petit portail de la Mer et des Océans. Les mots justes nous reviennent... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:38:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 10 octobre 2015

CAMUS SI PROCHE DE LA MER !...

  Ce partage, uniment ! Ces mots d'une profondeur sans égale... Tantôt l'abîme, la dépression, tantôt l'énergie magnifique régénérant le monde, au-delà de la nuit. La mer, cette bi-polarité essentielle que nous portons toutes et tous en nous, invisible et palpable à la fois. Un petit livre : Journaux de voyage, et puis ces lignes, les pensées d'un homme que les sociétés hélas ! distancent... Pour l'homme de Tipasa, de Noces, l'Eté, ces regards posés sur l'autel de la mer.   EXTRAITS    ...  Le soir... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 09:26:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 8 août 2015

PENSEES AVEC KENNETH WHITE !...

  BLEU CHARDON   Si tu prends le temps de t'émmerveiller  en chemin des plus simples choses alors  te viendra à l'esprit le désir  d'en partager les primeurs   Ainsi de l'amitié de l'amour  qui posent un regard  sur la vie empli de gratitude  et de compassion   Il est encore des dunes  où le chardon bleu  fascine le regard de l'océan  en soulignant les horizons bleus  de la Liberté   Une étoile éclot  sur le sable   Ton pas  ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:00:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 22 juin 2015

CETTE NUIT LA MER EST NOIRE !...

  Nous reviendrons sur quelques uns des passages de la Navigatrice et la   " Petite Fiancée de l'Atlantique ". Elle qui  avec tant de simplicité et de force relate le Grand Large, ses ecchymoses à la moire bleutée, ses vents déraisonnables qui l'eurent fait chavirer et passer plusieurs fois à l'orée de l'au-delà, de cette mort qu'elle craignait plus que tout. Florence ARTHAUD vivait intensément la Liberté, cette liberté chère à C. Baudelaire dont il créditait les hommes épris de mer et  bien sûr, les marins... [Lire la suite]