lundi 16 mars 2015

COMME UN INSTANT !...

  Qu'il est difficile de cueillir  l'instant, un instant qui vaille son pesant de clarté ! Je ne dis pas d'or ... Une révélation, un regard juste posé sur les plus  simples choses qui vont devers l'aveuglement des foules  et des heures innombrables à marcher sur la tête. Ce poème, un Instant partagé, léger et si profond, comme l'amitié, le lien, un sourire franc ; et de ne jamais oublier le poids du silence, de l'absence, de l'horizon ! UN MARIN      Une aile Une heure qui passe Une fleur... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:56:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

dimanche 22 février 2015

PROMETHEE - EXTRAIT ARAGON !...

    ... La mer La mer Immensité de la souffrance et de la mer Lumière à perte de vue en moi mourante et morcelée Ce qui ne finira jamais m'habite et me tourmente Et que m'importe la variation de l'heure des saisons  Si ce n'est qu'elle m'apporte  l'épouvante des oiseaux  ou l 'emporte L'abominable est de savoir qu'il n'y a rien d'autre à attendre Même l'invention du malheur m'est interdite Que ne donnerais-je pas pour une petite nouveauté dans la torture Je suis le prisonnier de l'avenir et son... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:52:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 12 décembre 2014

LE PORT _ CHARLES BAUDELAIRE ...

  PETITS POEMES EN PROSE    Un port  est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L'ampleur du ciel, l'architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares, sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans jmais les lasser. Les formes élancées de navires, au gréement  compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l'âme le goût du rythme et de la beauté. Et puis, surtout, il y a... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:46:52 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 3 décembre 2014

CES PENSEES RARES DE MAUPASSANT !...

 TCHAÏKOVSKI  EXTRAITS    " ... Je sens frémir en moi quelque chose de toutes les espèces d'animaux, de tous les instincts, de tous les désirs confus des créatures inférieures. J'aime la terre comme elles et non comme vous, les hommes, je l'aime sans l'admirer, sans la poétiser, sans m'exalter. J'aime d'un amour bestial et profond, méprisable et sacré, tout ce qui vit, tout ce qui pousse, tout ce qu'on voit, car tout cela laissant calme mon esprit, trouble mes yeux et mon coeur, tout : les jours, les nuits,... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:42:45 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 29 octobre 2014

RÉCIT / J-C RUFFIN ...

  IMMORTELLE RANDONNEE  Il est des récits qui ne laissent pas de vous accompagner, aux images qui s'entent à notre humble  perception des choses,  d'un commun et sibyllin accord  partagé avec l'auteur... Nous  vous laissons à cet extrait d'un récit magnifique qu'il prend à coeur de parfaire, évoquant  d'aussi près, si intimement un vécu et un ressenti rares. Des lignes sobres et pour cela immensément profondes et belles ; elles naissent  de la solitude, de la proximité de la mer, de ce... [Lire la suite]
mardi 28 octobre 2014

LA MER C' EST ....................................

  Ces vers et ces quatrains magnifiques que Robert DESNOS nous livrent, du plus profond d'un abîme : l'Âme du Poète ! Visitez la Catégorie : POÉSIES D'AUTEURS (...) La mer ce n'est pas même un miroir sans visage Un terme de comparaison pour les rêveurs Un sujet de pensée pour l'engeance des sages  Pas même un lavoir propre à noyer les laveurs   Ce n'est pas un grimoire où dorment des secrets Une mine à trésor une femme amoureuse Une tombe où cacher la haine et les regrets  Une coupe où vider l'Amazone et... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 10:19:43 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 3 septembre 2014

LA MER CET AU-DELÀ !

  C'est en lisant la Nuit Obscure de Saint-Jean de la CROIX, que je relève ces passages et ces Pensées. La Mer tient une grande place dans le long  cheminement de l'Âme. Mer et Religion ?  Peut-être, à votre guise ... Mais sûrement de ces grandes interrogations de l'homme livré  à ces étendues sans fin de l'azur : le ciel et la mer. Ces vertiges que l'infini et le silence infusent dans la Nuit Obscure des étoiles, d'une seule étoile qui eût été " Cantique de l'Âme purifiée ", en route vers Dieu. Un livre... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:14:00 PM - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 6 juin 2014

LA MER - RENE CHAR - POÉSIE

" Comment vivre sans inconnu devant soi ?  " R. CHAR  Un Extrait, tiré de Fureur et Mystère, une Oeuvre magnifique du Poète français :  René CHAR. La mer y est évoquée avec toute la profondeur, la légèreté et la poésie qui en émane et inspire tant d'auteurs depuis les temps les plus reculés de l'Ecriture, bien avant et sûrement, à travers les rites, les mythes, l'art épousant les gestes et les contours merveilleux de l'Oralité. Partageons cette très belle Citation de l'Auteur, à mon sens l'une des plus belles et à... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:42:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 26 mai 2014

LORAND GASPAR !...

  J'écoute le ventles grands coups d'ailes du corps invisiblemêlés à la mer, aux arbres et aux toitsà tout ce qui dans mon corps bat, ressent, respirelevant les eaux, fouillant les fonds -brassant les feuilles de la pensée.Lorand GASPAR -  La maison près de la mer -    Il y a eu ces échanges si simplesentre un silence en nous et quelques bruitsces brèves rafales de l’espritcouleurs et cris dans les chosesil a suffi de voir, d’écouterl’olivier grandir et la merrecoudre ses filets dans la nuit   §  ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 06:05:24 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 10 mai 2014

ROGER CAILLOIS - LA MER !...

A partager, cette sublime évocation, cette pensée de R. Caillois convolant vers la Mer !   " La mer, l’inlassable goutte d’eau, le vent, qui peuvent attendre, quine sont pas comme l’homme contraints de se hâter, assurent aux corpsqu’ils caressent et qu’ils usent, le profil le plus pur, le plus pauvre aussi, maisle seul véritablement nécessaire. Dans ce long acquiescement, dans cetteultime misère, se dissimule assurément une des formes concevables de la perfection..."   Roger CAILLOIS  PIERRES
Posté par marin56 à 01:31:17 PM - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,