samedi 17 juin 2017

COMPLÈTEMENT ABSURDE !...

      Tu es de passage ; comme la vire est étroite et le regard hagard ! A l'acmé de la lutte, corps et stelle scelleront à jamais le domaine de la chute imminente. Catabase, anabase rentreront dans l'ordre universel de la poussière. Ainsi du sacre de l'inutile, du néant ! D'entre l'insondable illusion ou le rêve de vol social :   que choisir ? ... Plus de quatre milliards d'années t'auront  par ici et maintenant conduit. Je ne dis pas parfait !  C'est donc à cette aune qu'il te faut acquitter la... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:21:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 4 octobre 2016

NIETZSCHE !... I

  Voici sur ce post, quelques vers et fragments de poésie de Friedrich NIETZSCHE,  extraits de son ouvrage / Poèmes  - 1858 _ 1888,  DITHYRAMBES POUR DIONYSOS ( Editions : Poésie / Gallimard ).   Iimmersions dans l'univers fabuleux de l'auteur, du penseur, éminemment  poète-philosophe dans le sens d'une autre réalité, un réel  plus que tangible ;  renaissance  d'une condition humaine affranchie, visionnaire, régénérante . Extatique lyrisme, envolées  dithyrambiques. Le ciel... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 11:32:00 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 16 août 2016

L'EXTRÊME OU LE TRAIT DE CÔTES !...

Annaba, Carbonara, Lipari, Circéo, Maddalena ! Ces vastes zones larges recouvreraient-elles quelques antiques consonances se perdant dans la mémoire, la résonnance brumeuse  des Îles ? Invitation au voyage et non des moindres ; ces traversées qu'entreprennent les hautes messagères du large, les houles lointaines qui nous parviennent de tant horizons. Le vent bascule par le Nord des zones. Quant à la Rose et au dauphin de laiton vert-de-grisé, immutable et figé en guise de girouette, ils  président au devenir de l'arène !... [Lire la suite]
lundi 8 août 2016

UNIVERS FRACTAL ! ...

    Où se répercute à l'infini la mise en abyme d'un bestiaire minéral anthropomorphe aux mille visages ; seules la prose et la poésie pourraient en silence circonscrire l'au-delà de ces entités  quasi fractales. Irisation florales de la roche, géométrie infiniment structurale dont on commence et peine à déceler les mystères, les équations ! La roche vit, se métamorphose, participe du grand tout en gagnant l'éternité que nous habitons et traversons en un point donné de rencontres inattendues ...     ... [Lire la suite]
mardi 19 juillet 2016

LA MER, CET INFINI !...

  La Mer parfait les premiers  linéaments de la terre ! La terre,  c'est le feu figé,  livré aux métamorphoses de l'eau ; noces perpétuelles où les éléments entonnent l'ode des dieux de la Création, des travailleurs oeuvrant aux harmonies du Cosmos ! Et de s'impreigner du merveilleux des sens que l'azur chavire pour tutoyer les étoiles. La Mer !  miroir infini où clarté et obscurité commandent  aux vérités incommensurables d'un unique reflet qui eût valu d'être  vu et relaté. Un autre ciel ouvert... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 09:45:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 23 janvier 2016

IMPERMANENCE ...?

      A l'odieuse permanence de la Mort  des Enfants, de la Mort dont la Mer ne veut pas,  qui dérive et plane au-dessus de la Grande Bleue, des Rives du Nil aux rivages lumineux de la Mer Egée et de la Méditerranée ! A l'impermanence des choses  dont  on ne peut détacher le  regard qui tremble de froid pour regagner serein  l'Eau-delà : ce chant qu'accompagne la merveilleuse Simsimyya, ( sorte de Lyre  dont on joue vers le Delta du Nil ), aux portes du Désert, à la naissance de... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:54:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

samedi 24 octobre 2015

AVEUGLE AU JOUR D’APRÈS LA NUIT !...

    HUBERT -FELIX THIEFAINE    A UNE   VAGUE   AUX YEUX VAIRONS      QUI ME DISTANCE   Aux vagues délires des lames fauvesd'un écueil je me rends  comme l'aveugle En ces regards pursaux yeux vaironsde pierre et de cristalqui s'esseulentl'eau et le feu unitivementfascinent                                           Le silence de l'hiver qui cascade et divague depuis le... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 06:48:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 8 octobre 2014

SILENCIEUX MESSAGE !...

  MARIN Destine-lui cette arabesque N'est-ce pas sourire au Ciel L'esquisse de ce vol osé Aura fabulé deux anges Qui délient  les lointains A l'encre pure d'un sillage Qu'arrimes-tu encore Marin ce vague à l'âme L'autre rive telle la nuit Te condamne à errer quand Du choeur des multitudesGronde la sentence du flot Tu dérives las sans te poserVacillant entre limbes et nues Des deux côtés de l'UniversTe voilà des - illusions perdues Mande-lui ce message de l'amerPour un rendez-vous contremandé En soulignant... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 09:18:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 31 octobre 2013

NIETZSCHE - POÈMES ...

  Tunara / BL /M    Un recueil de Poèmes de F. NIETZSCHE !... étonnant Auteur Philosophe, bien plus actuel qu'il n'y paraît ... Survolé en classe de Terminales, je ne l'aurais jamais visité pour ma part, ni compris ; je le découvre depuis quelques années et, là, ces Poèmes : " Dithyrambes pour Dionysos ... Tout un programme ! Mais quelles envolées qui parfois semblent nous rejoindre à travers ces folies nous poussant à voler, toujours plus haut, plus profondément, fussions-nous près des abîmes de la mer en... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 04:53:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 16 août 2013

PROPOS SUR LA NATURE // ALAIN - EXTRAITS -

" ...c'était cette vague qui n'est plus, qui se reforme autre et la même. Cette mer ne baigne pas seulement le corps ; l'esprit s'y lave... "  Alain        Ce Texte magnifique et profond du Philosophe : ALAIN ; est-Il à cet instant Philosophe ou tout simplement, merveilleux Poète !... Voyage au songe du Cristal !  En ce point de la côte, la mer n'a pas usé le rivage par de grandes plages entre deux becs de schiste ; mais la terre nourricière se trouve tranchée comme la bêche par de... [Lire la suite]