mercredi 9 août 2017

EMMURE DE SILENCE !...

    Des cris emmurés de silenceforcent la meurtrière et le vantailLa lumière a cessé d'ondoyerl'âme pérégrine  d'une  prière Un chant captif ceint le silence Le verre brisé du vitrail blesse une colombe Que cet envol orphelin m'amuïsse enfin Les larmes y  diluvient le  silence Sanglot que la solitude étreintallant  de cheminvers la vérité et le large azur   Naître à  ce penser que le silence  emmurelà-bas d'où on ne revient  jamais au tréfonds de soiil y a... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 03:56:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 29 juillet 2017

L'ECHO DES ÎLES !...

      L'écho des îles vaut silence immaculé des névés et des congèresloue  l'ivresse des cimes Un chant  qui vague et qui muse par les champs ondoyés comme l'oiseau marin    le puffin cendré souligne la crête des lames Je suis de ces accords de haute liceperpétuels et sainssacrant à jamais de  blanches solitudes L'embrun et l'onde guident  un songe liberté et me sont ravissements de chemin §    MARIN  -  Fragments  - Étoiles de Mer -    ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:49:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 27 juin 2017

HAUTS-FONDS !...

    Un jour, Il lui dit,  en usant de cet oxymore  : "... Ne brise pas le silence de la merSois de la pluie d'embruns couché comme un accord depuis la célestielle harpedes vents Et d'y réfugier un coeur qui larme et vague à l'âmeL'absence y aura bercé tant d'horizons évanescents Des songes et des rêves plein la têtedivaguant dans les étoilesL'immensité accore tamise nûment ses pans d'éternité Alme caresse à la lameau vol comblé du Puffin par laquelle tu renoues avec la nuit sidérale Que la poésiebouscule... [Lire la suite]
lundi 22 mai 2017

PRENDRE DE LA HAUTEUR OU ...

    LE RETOUR AUX SOURCES  Voyez-vous, je n'aurai jamais compris le mutisme, le silence, en quelque sorte le probable désintérêt  qui vient du connu, du prétendu giron branché. C'est ce qui affecte en définitive, hélas !  les horizons que nous connaissons et gardons en commun, les sphères qui devraient fédérer durablement les bonnes volontés. Dans l'intérêt de l'environnement, certes,  au sens plus large et solennel de Nature, susceptible de mouvoir le plus grand nombre autour de la passion de... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 02:18:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 19 avril 2017

DE PASSAGE !...

" DE PASSAGE  "  constitue un thème poétique majeur dans lequel je ne laisserai jamais de me définir, de rendre compte de ces rapports aux mondes entiers qui  me soutendent et me fondent en tant que passager sur " Terre des Hommes ". C'est là même l'objet de cet espace  numérique où à travers les pratiques extrêmes, le contact avec les mondes et la nature, l'homme suit une voie, jalonnée de repères essentiels que la paix et l'amour éclairent, au-delà de toutes les nuits surfaites et les artifices pompeux... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:41:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 30 octobre 2016

SANS RAISONS !...

« On continue quand même, peut-être parce qu'on sait qu'il faut continuer, même si on ne comprend plus pourquoi. » Bernard MOITESSIER - La Longue Route -       LARMES_SOEURS Pour avoir tant erréà l'ombre translucide de l'absurde, par trop croisé le mutisme absinthedes larmes petrées, et des rouleaux de prières  dorés, l'aventurier  du coups de temps côtoie des latitudes insoupçonnées ...Solitude, souffrance, silence ; l'impassible triskelondoie en esquissant l'éternité,danse aux transes... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 03:27:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 29 octobre 2016

COMME DEUX PORTS !...

    " Lorsque vous susciterez chez les autres un mélange de pitié effrayée et de mépris, vous saurez  que vous êtes sur la bonne voie. Vous pourrez commencer à écrire." Michel HOUELLEBECQ   Il y a deux ports que j'aurai rejointsen les liantà l'âme indestructible des arbres.Je vous présente     Solitudeet Souffrance, deux destinées.Nous sommes désormais inséparables.L'une ne se voit pas quand l'autres'abîme à l'intime de soi et révèle   Associer ces muses à l'amer de pierre qui me regarde... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 12:20:00 PM - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 14 octobre 2016

ANGE-BISOU !...

ANGE -BISOU   Je l'aurai enfin nommé Ange-Bisoule Puffin qui survient et me reconnaîtlà-bas sur fond cristallin de solitudebercés des ventsivres d'embrunset de mer cyan que nous sommesà l'orée de la nuit claireà l'aubealors que nous convolons en de nobles et rares noces marines Hasard rencontre fortuiteprémonition petit albatros     surgi de nulle part et moi toujours surprisl'onde nous réunitailleurs   hier    demain sans autres desseins que la palpitation des ailes blanches que l'on accorde aux... [Lire la suite]
mercredi 12 octobre 2016

RUDESSES DE L'AZUR ! ...

        Évoquer l'Azur, n'en retenir que le son du silence. Vivre un moment l'écho évanescent des lointains et des îles à qui l'on confie dolentement ses pensées. On dit de la Musique qu'elle serait peuplée de silences ! L'Azur ou la mer, qu'importe ; en est-il  ainsi de ces deux ciels,  immuablement palpables et insaisissables à la fois, que l'hiver exalte et rudoie entre splendeurs et géhenne de l'eau ! S'y aventurer, loin des lieux communs, c'est courir  les affres de l'isolement,... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:30:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 18 septembre 2016

LE CHANT MYSTIQUE DE L’ÉCLAIRCIE !!!!

  Pour avoir tant levé les yeux,  Ô Ciel !  et  pensé l'éclaircie qui m'eût délivré des murs d'une prison  ouverte où continuent  de mourir et de souffrir les liens de l'Azur, ce texte énigmatique que je dédie au vitrail sans nef  que l'on ne voit que sur la mer, l'océan, sur fonds d'horizons sombres,  que diluvient des cordes de pluies acides et sanglantes  ...! Par le mal de terre qui tourmente et blesse, s'évader, là-bas... Une éclaircie, tout en poésie, la seule qui vaille d'oser... [Lire la suite]