mardi 1 mai 2018

DÉRIVES !...

      A l'orée du sommeil   Nyctémérales dérivesdepuis les brumes du réveil rappelé à l'ordre d'une vision d'étranges interrogationsl'Un-conscient  voyage Et je demeure       un long moment comme happé      déjà absentRien ne subsiste que la sensation  aveugle de flotterau-delà de tout                 en silence L'instant propice au questionnementéclaire ce vaisseau bleu dont je suis l'hôtequi plane ... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 05:26:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

vendredi 6 janvier 2017

AVEC LE VENT DU NORD / MÉTAMORPHOSES ! ...

      J'aurais aimé dire,  comme Jacques,  un bel  Ami : " ... Avec le vent du Nord, regardez-le voguer, le haut  pays qui est le mien "  ! Mais il évoque la terre et,  peut-être pas,  la mer qui apprivoise pour mieux mourir  ! Qui sait, me serais-je trompé ?  Ainsi des étendues éhérées, parcourant et fabulant l'infini,  d'une aile orpheline.  Marin    Combien auront loué Sta Restituta ?  Il est vrai que ses lames charmeresses et vagues... [Lire la suite]
lundi 4 avril 2016

LA PHOTO MARS 2016 !...

          COMME UN ABANDON   Tu croises plus au largelà ou la vie et la mort oscillent entre deux cielshésitent encore un peu en vaguant Partageons sans freinavec quelques passeurs ces rêveries avides d'océan où neige l'éternité et ma Muse  La solitude nous gagne recouvre un étrange visage à l'abandon qui se lie d'amour et de beauté La vérité plane comme un soupçon Ce filigrane serait notre demeurele bout de la route Lorsqu'une une oeillade au rivage suffit pour cèler... [Lire la suite]
vendredi 8 mai 2015

PENSEES _ MAR-UN !...

      MAR _ UN   OCÉANIQUE  MAR _ IN    Le  premier  le  dernier cri Où est le commencement   Au ciel comme en Mer  Profond est le Silence Ainsi de L'aimer   Une vire lumineuse Pour entendre     Vers L'autre rive Comme une Voix   Un phare  Depuis la Nuit Veille       Pour qui, comment ces phonèmes, pourquoi les syllables de ces maux jetés en pâture !  Ô " Noumène ", héraut, qui sait,  errant et... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 03:31:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 4 avril 2015

CORSICA...GO56 ! L'EMPREINTE ...

    Fernando PESSOA confiait : " Je gis ma vie " ! Sans paraphraserl'auteur, je puis dire que je fuis la mienne ... Pourquoi ? aucune raison si ce ne ne sont ces inclinations qui encombrentet alourdissent un espace pourtant voué à l'excellencede moments de clartés et de transports hors du commun.Mais il est des occasions de rejoindre le monde, en s'y fondant, le portrait sis loin des réseaux, surtout ; pudeur et humilitéobligent ! emprunter nûment, comme on le peut, le chemin ardu de la poésie,de la prose, du récit, de... [Lire la suite]
vendredi 27 février 2015

UN RÊVE DE PERSONNE !...

      L'écriture, comme un flot de paroles, au seuil de l'insensé !Une pensée que décérèbre le geste exposé à l'absintheabyssal de la mer. Un bout de vie concédé à l'évasion, à la folie.Une hormone, l'adrénaline ou de la poésie même ; qu'importe le leurre !Eussent-ils à jamais grimé comme une pierre jetée la souvenance d'un nom au visage et à l'ovale du camée ;  fatale intaille !... Je suis de ce voyage, résolument malade de cette dénégation du convoi, de ces charrois où la mort pavane.Il est... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 08:25:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

jeudi 26 février 2015

COEUR DE CIEL !...

  !   L'air est vif, si lourd ! Une seule risée sur l'eau suffit à tendre la voile et demande  aux bras, aux mains posées sur le gréement un effort intense, comme redoublé, presque machinal. Le pied fragile, la douleur aiguë, il va, il erre. N'étant déjà plus que l'ombre lointaine du sursis, il vacille, trébuchant sur le vaste sillon que la mer et les vents, bises du plein hiver, creusent inlassablement. Et de s'appréhender comme  tant de fois, livré à l'abandon, au bourdon du coup de temps sur la... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 07:36:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 20 novembre 2014

UNE RETOUCHE DE MARIN !...

    A la folie  le vent effane de mouvantes corollesJ'aime tes printemps  ô ma nuit fabuleuse J'AIME Les vagues rêvent  L 'embrun convole Noces des ciels  dont l'âme  pérégrine  s'imprègne T'en souvient-il de ces gemmes d'eau tourmaline Comme de l'écrin sidéral de nos lointaines galaxies Où s'éploie un mystère  la renaissance des mondes Les joyaux d'une véridique clarté qui  fascine   Haute mer d'argent chamarrée d'émeraude Océan de béryl que jaspe un quartz... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 01:58:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 24 décembre 2012

SONGES ABYSSAUX ...

  " La mémoire du silence nous rend aux temps immémoriaux, aux grandes solitudes de l'enfance " . Gaston BACHELARD    J'allais    par les silences intimes de l'azurConfier  candide     mes songes aux flots Afin qu'ils ne laissent jamais plus de bercerLointainement les tendres rivages du coeurMais les chars pesants de Noël filaient à travers cieuxNuages en peluche hérissés de terreurs     RefletsSuaires que  toutes les créatures de la terre et de la mer Offertes... [Lire la suite]
Posté par marin56 à 06:50:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 9 janvier 2011

SALVADOR DALI ET LA MER

La Mer, vue au-delà de l'Homme que la Lumière attire inexorablement, la Mer, comme un instant de vérité, au cœur de l'Éternité
Posté par marin56 à 06:26:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,