Un incontournable, sur le Site de la Mer, Alain BARRIERRE, un texte court et si dense, comme dansent et fascinent les flot de la Mer ! Nostalgie des années mortes, éternel recommencement des vagues, litanie du ressac, il a toujours, non une raison pour demeurer des heures à regarder la mer, mais l'attachement à l'Eternité ivre de vents et de voiles

... 

 

A REGARDER LA MER

 

 

Et je reste des heures à regarder la mer
Le coeur abasourdi les pensées de travers
Et je ne comprends rien à ce triste univers
Tout est couleur de pluie tout est couleur d’hiver
Je suis ce fier bateau qu’on vit un jour partir
Et qui n’en finit plus de ne plus revenir
La mer a ses amants qui s’enivrent de vent
La mer a ses amants qui se grisent à ses fêtes
Qui ne me comprend pas ne comprend pas la mer
Je n’aurai donc été en ce grand univers
Qu’un de ces marins-là qui vont en solitaire
Et l’inutile cri d’une inutile fête
Et je reste des heures
Et je reste des heures
À regarder la mer

 

ALAIN BARRIERE 

!

 

DSC00471