Corsica...Go56

MONSIEUR TRUMP ! ...

 

ICEBERG_CANADA_RECHAUFFEMENT_

On dit que les badauds accourent toutes les fois pour admirer la débâcle planétaire anormale ; c'est consternant ! Cela ne prête pas à l'émerveillement mais à la grande tristesse de voir que l'on détruit  le grand ordre de l'Univers

 

 

Un Iceberg de 46 mètres de haut  est bloqué depuis début avril à quelques encablures de la côte à Ferryland, dans la province de Terre-Neuve, à l’est du Canada. Le bloc de glace est aussi haut que la statue de la Liberté sans sa base.

80  icebergs dérivent chaque année, en provenance surtout du Groenland,  entre  Mai-Juin, poussés par des vents forts, le long des côtes  Canadiennes.  Le maire de la ville  affirme  «  n'en avoir jamais vu d’aussi gros dans la région ». L’événement est inattendu, d'autant que cette année en a  déjà dénombré 450 !

Informations laconiques, comme peut l'être hélas ! et si souvent le circuit de l'information ! Causes, conséquences, déductions, alertes :  rien  ne fitre et ne transparaît ; on confiera cela aux Statistiques dont  les conclusions  peaufineront encore et toujours les rois du pétrole, du charbon, des énergies fossiles, des grands trusts internationaux, de la finance et du business glauque.

Mr TRUMP

Voyez - là un signe, une semonce de la Nature et des grands espaces vitaux de la Planète  qui vous demandent de prendre l'évènement très au sérieux.

Lorsque'une armada, une flotte de vaisseaux de glace gigantesques prendra la mer et l'océan pour ne plus jamais regagner la Banquise, les Pôles, que ferez-vous d'autres que de couler, de disloquer, de pulvériser  ces cathédrales de cristal à l'aide de vos super bombes conventionnelles.

 

N'auriez-vous que ce type de solutions désastreuses confirmant  la défaite et la décadence fulgurantes de la Civilisation de l'Or Noir !

Alors, tout en étant l'homme le plus fort du monde, vous signerez l'aveu d'impuissance de la Communauté Internationale qui dépend en grande partie de

VOUS

La preuve de l'échec résidera entre chaos et dédales de glaces. Vous aurez échoué après vous être trompé sur le front du vaste dérèglement climatique dont vous n'avez cure. C'est très grave et alarmant. Réfléchissez, car il est peut-être encore temps d'inverser  favorablement le cours des  exactions et des forfaitures  parfaitement anthropiques dont vous menez tambours battants  l'attelage furieux de la croissance sale.

Pour Mr TRUMP

CORSICA...GO56


LE SQUALE LITHIQUE !...

 

REQUIN_MINERAL_PORAGHJA__2__001

 

Image traitée, brume et surtout, sujet très éloigné, soit un Zoom Optique  X 40. Le mât de la voile sur son support  donne 4.30 m de hauteur. Ramené contre le rocher, celui-ci  la dépasse très largement. La fissure dans la pierre  est très profonde, confère  à ce bloc une allure inquiétante... Une crête, une simple épaisseur dorsale eût figuré un aileron et parfait la ressemblance !

 

 

Il faut s'approcher de cet énorme bloc de granit que  vagues et  vents auront façonné, tant poli. Les éléments  auront sans  doute  poursuivi l'oeuvre métamorphique de la nature en fusion et,  à la faveur des millions d'années passées, dessiné et creusé en son milieu  une gueule hallucinante et terrifiante ; elle  vient fendre la tête de ce qui pourrait s'apparenter à un squale  monstrueux sorti des profondeurs de l'antiquité, de la préhistoire, affamé.

Les jours de forte Tramontane, ( Vent de NNE à NE soufflant en Mer de Ligurie, Mer de Balagna mais surtout le long de la côte Orientale de l'Île de Corse ), les brisants coiffent la créature lithique. Les fortes ondes de la houle percutent l'îlot en voilant son redoutable gardien. Dans une pluie d'écume, on voit comme un requin qui  chasse et qui  bave, semblant  fuser et se détacher de l'îlot.

S'en approcher  inspire toujours une certaine crainte, une défiance inopportune certes, mais c'est ainsi, la rançon du  solo. L'aventurier  scrute les profondeurs toutes les fois qu'une chute intervient.

La mer abrite tant de mystères dont nul ne prétend cerner la véracité des limites, des possibles, au-delà de l'imagination.

Apparition, présence toutes les fois insolites, perturbantes. De splendides et grands dauphins croisent en ces eaux et il n'est pas rare de les voir émerger, réaliser de  superbes sauts au-dessus des moutons  et des vagues. Tout va  alors le mieux du monde ! 

Univers, dédale, labyrinthe  pétré, les îlots poursuivent loin dans la mer  bossuée un rêve de terre-mère oubliée, vaincue par les lames, ne laissant  jamais plus révéler  que l'échine et  les os  de vieilles collines, de pitons granitiques.

Les fonds accores exacerbent les bleuités et les camaïeux  des étendues ondées. La mer Tyrhénienne prend ici les nuances safres, parfois violacées ou bleu-turquin qui eurent ravi et comblé  les teintureries de Tyr et de Sidon, ravivé dans ma souvenance nos quêtes passionnantes de murex, à Carthage, vers Gammarth. 

Après tout, seul en mer, délirant par le vaste détroit, la mythologie et la légende s'invitent encore, toujours, plus que jamais ; d'où les charmes et les fascinations d'un Orient que l'on eût souhaité intouché, proche, immarcescible...

Ainsi va le petit esquif vélivole ; de découvertes en rencontres insolites, voici que mille fenêtres s'ouvrent  sur les Mondes en péril dont les velléités de protection des décideurs ne seraient  que vitrines et façades, les derniers sursauts d'une authenticité à laquelle on voudrait croire jusqu'à demain.

MARIN - Autour d'une Île à part - 

 

Un voile d'embrun anime  ce troublant figement. Méduse, Gorgo,  aurait-elle pétrifié quelque monstre marin lui disputant les lieux ? Le emps des siècles s'est arrêté, place à l'imaginaire fantasque des choses de la Nature...

 

LE_SQUALE_DE_PIERRE_

 

" BOUGE DE LA " !...

P_NO

RIDER /  P-NO à l'Entraînement. En vagues, il y a  toujours quelque chose à tenter, à faire ; certains endroits s'y prètent, d'où notre titre et invite  : " Bouge de là  "  !

 

Des prévisions de vagues et de houles fantasques ! Il faut parfois attendre la fin du jour pour enfin  relever au loin les prémices d'une houle croisée, qui ne s'établira pas vraiment ! Alors, bouger, observer, explorer car le trait de côte est toujours généreux, un peu cachottier aussi... Oui, de grâce, bouger, ne pas se planter  et prendre racine en un seul lieu dont on prétend justifier de l'exclusive positive,  aveuglément, obstinément. Les Îles et de surcroît les grandes Îles révèlent souvent bien des surprises et nous ne laisserions jamais plus d'en décliner les témoignages réels.

D'autre part, il est des heures favorables aux vents dont le secteur semble rallier la course du soleil ;  en effet, souvent  oriénté très On Shore, venant par trop de la mer et plus moins " inconsistant ",  le vent diurne subit  maintes interférences négatives.

Alors, vers caps, les pointes, les pans de rivages orientés  vers le large,  au soleil  couchant, une alchimie opère et  compose toute en  instaurant les conditions les plus favorables aux exigences des pratiques extrêmes.

Cette " planche Pédagogique " 100 %  Wavesailing de Rider  P-NO est éloquente. On ne peut se résoudre à être Waverider, Boardrider et naviguer en un seul et même spot, là où les vagues  ne restent que portions congrues rares, disputées, bardées de lignes...

JP

Pour le Wavesailing Insulaire

LES_ROCHES_NOIRES_OU_SCODI_NERI__RIDER_TANCREDI_

 

BOUGE_DE_LA__TANCREDI_

LA VAGUE DE L’ANNÉE !...

 

DSC05745__1_

Pour connaisseurs et Riders exigeants très expérimentés  /  Vague placée Side Off Shore, qui peut atteindre des tailles hors normes Méditerranée, extrêmement rapide et puissante ; elle tient très longtemps sous l'eau et casse assurée en cas de chute. Vague située loin du bord mais menant en route directe sur une pointe acérée. Ici, vous placerez votre tête de mât, soit 4.15 m, ( Toile 4.7 m2 ), sous la lèvre, près du barrel, face à la lèvre. Compter donc au-dessus au moins 1.50 m à 2.00 m avant déferlement...

 

Lorsque l'on évoque  " la vague de l'année ", ne soyons pas présomptueux ! Mais  entendons par là l'une des très belles vagues que la côte  et les vents  du grand sud de l'Île de Corse ouvragent depuis ses infinis azurés. Celle-ci  retint  notre attention. Saisie au vol, comme un oiseau, avec ses ailes de vent, ses arcs-en-ciels  d'écume et d'embrun affolés. Elle laissa  apparaître un oeil redoutable, unique, translucide.

Bien que nous soyons  à plusieurs centaines de mètres de cette lame, nous l'entendons  gronder, tonner, rouler longuement.  Elle  renaît encore une fois des profondeurs, poursuivie par une grande soeur encore plus haute et plus verticale, tel un mur d'eau.

Les rais du  soleil hivernal  traversent, illuminent, commuent cet antre de cristal dont  on ne doute plus de  nos jours de la préciosité, de la beauté, de la rareté.

Messagère de la tempête que l'on affubla du nom et du renom  antique de " Zeus ". Une violente tempête qui métamorphosa les pourtours d'une île exposée à la longue houle et aux vents puissants du large.

Nous n'en sentîmes  que l'expression amoidrie  des violentes rafales, d'un flux généralisé qui dévalait sans obstacle vers l'Île soeur de Sardaigne.

Le vent du Nord  évite  bien souvent Cyrnos, du moins vers le grand sud de l'île mais il nous gratifie toujours de ses  houles lointaines.

Alors, nous allâmes, d'un cap à l'autre, quêtant çà et là, suivant les heures du jour et les lieux, au gré de la lumière et de la mer réfringente, ces joyaux éphémères, ces sculptures virides qui laissent rêveur...

 

TERRE D'EXCEPTIONS !...

 

CHAPELLE_EPOQUE_PALEO_CHRETIENNE_

 

Il reste  des hommes qui nourrissent et entretiennent un profond respect envers la Terre qui les porte et les aura vus naître, grandir,  prospérer sans qu'aucun accroc ne viennent fragiliser, trahir le visage  d'une a sibylline alliance.

Comme un amour indéfectible, vrai, libre, nourricier  que l'on choie et protège, au-delà de tout, hors du temps.

Il fut  aussi des hommes et des croyants qui  sitôt rendus sur les rivages d'une Terre d'exceptions, s'organisèrent et consentirent afin de satisfaire aux usages de l'exil, du renouveau, d'une autre vie parvenant au terme du voyage et de la migration heureuse. 

Cette chapelle bâtie au coeur de la roche et des sables était-elle à l'époque si près des flots ? Comment le savoir, envisager un  rivage plus lointain  ?  Les alentours ont aussi révélé plusieurs chapelles aux murs arasés, un baptistère Paléo-Chrétien, comme si cet endroit propice à tous les atterrages  eût convenu et permis de ne perdre aucun temps précieux, afin que tous les arrivants eussent reçu  le double baptême de l'accueil et de la jeune foi.

Il plane en ces lieux encore préservés, du moins pour ce qui concerne une large frange littorale, comme un  voile solennel que les brisants parfois rappellent, l'hiver. La mer ne laisse jamais de gronder, de tonner, allant  entre sablons, dunes et rochers épars qui meublent à merveille maintes anses et criques de sable blanc. A quelques encablures, c'est déjà le large, le détroit et ses houles croisées dantesques que les coups de temps drainent depuis toujours.

Que devait recouvrir et recueillir  le regard des ces hommes embarqués à bord des vaisseaux antiques, croisant par des mers fortes à grosses, à sec de toile, propulsés  à la rame, fussent-ils ouvragés en bi ou  trirèmes ou autres navires éprouvant les rigueurs de la Grande Mer, des vents étésiens, des redoutables Bora  ...  ? 

Ici, rien n'aura vraiment changé. Nous sommes en présence de vestiges. Il nous faut regarder la mer et non lever les yeux vers les hauteurs où des édifices hybrides  continuent de balafrer monts et collines de façon odieusement ostentatoire.

Passons, regardons, replongeons - nous  quelques siècles en  arrière, imaginons un instant le trait de côte qui était celui de Cyrnos ! Puissions-nous une seule fois espérer, retrouver peu à peu ce qui fut  certainement et pleinement une Terre originelle ou promise, une Île d'exceptions dont les féeries participaient  d'un monde, d'un univers susceptible d'apprendre aux hommes de bonne volonté à aimer, à chérir les joyaux essentiels de la Nature en beautés, tout en partageant le don de l'Un et du Tout.

CORSICA...GO56


SHOREBREAK BLUES ! ...

IMG_6274

 

" SHOREBREACK _BLUES  " 

Cela pourrait être le titre d'un Blues. La mer, bleue au large, prend au rivage  des teintes minérales. Le soleil levant dore une fresque à nulle autre pareille ; le  vert tourmaline des vagues nous fait tourner la tête. Vertiges, vestiges  d'une céleste composition dont la grève  rend l'écho mélodieux, immuablement, déploie les ailes de l'éternité.

La dune est un joyaux. Quant aux rouleaux, ils affichent l'orbe parfaite coiffée d'ivresses marines que le vent semble retenir à l'acmé de l'harmonie. Cela ne saurait être l'été mais le coeur de l'hiver revêtant les îles de son dense manteau gris. Les vagues, dans leur éclatante blancheur, figent comme elles glacent la précieuse clarté du petit jour 

!

 

"...  Ce que j'apprécie à travers  ces partages, c'est le hors piste du nomade, du pèlerin, du hauturier parti à la rencontre du temps, des liens, d'une histoire. Un tout qui s'inscrit dans l'éternité, retrouvant en chemin, sur le sable, entre les vagues de merveilleuses empreintes... " 

Un jour, marin  

GRAND SUD ... !

 

 

Grand_Sud_13

 

" URIENTI "  par  Combo  ESE / NE . Faible qualité d'images par opacité de l'air embrumé. Le vieux caméscope de l'époque zoomait x 12 Optique ! A de telles distances, transparences et proportions ne sont pas optimales. Mais agrandir en cliquant une fois sur les clichés

 

Conditions

Vent de NE à NNE / 6/ 8 Beaufort, Rafales et Bascules Sporadiques à l' ENE. Houles d'ESE et de NE s'associant, combinées à la mer du Vent - Effet COMBO - sur SE de l'Île. Rares éclaircies l'Après-Midi et dans le SW  ( avec bascule temporaire à l' ENE ) ...

COMBO marqué depuis le 26.11 dans l'Après-Midi et le Matin du 27.11, jusqu'à 12h30 Locales, houle s'amortissant après 14 h. Mer croisée, formée, clapot, excepté dans les gros Sets de 3/4 vagues par Séries et dans le périmètre  du vaste Spot. Fréquence 3/5 Minutes entre les Sets ; Périodes 6/8 Sec ; taille moyenne, 1 50 à 2.50 m de Tube - Hauteur de Mât avec la pente, voire Photos ).

Sections  en Droite/ Gauche, Surf   Back/Frontside possibles.

_Vagues bien plus grosses et hautes vers le Large, dans l'Est du Site.

 

Combo_d_hiver_2

 

REMARQUES/ CES VAGUES NE SONT PAS SI GROSSES QU'IL Y PARAIT MAIS ELLES SONT TRÈS CREUSES ET TRÈS NERVEUSES... QUANT AUX CAILLOUX, ILS SONT PARTOUT, A UNE CERTAINE PROFONDEUR  PAR EFFET DE MARÉE ET DE SUR-COTE !

COMBO ? Entendre par là une juxtaposition de houles primaire et secondaire, suivant la dominante des vents. La session relatée ici rend compte d'une houle primaire établie au secteur ESE à SE et un vent de NE + Houle secondaire 1 mètre. Mer donc croisée et surtout très soudaine à l'appoche de toute zone de déferlement.

...

 

Grand_Sud_16

 

Des vagues orientées, qui ont un sens, de si longues gauches sous le vent, au vent, des droites superbes et sur-puissantes... La camera filme bien souvent au jugé, le sujet étant souvent masqué ... !  Aventure WINDSURF, sans le préjugé, humblement, contribution pour le Windsurf Insulaire, un réel Storm Chase Corsica

RÉCIT / SOLO

 Ici, on n'arbore pas sur le 4x4 des oriflammes Hawaïens, l'emblème de Robot NAISH ! on n'évoque plus le temple lointain de la vague ! On y est, on y reste peut-être, on en revient pour en parler, avec humilité, modestie ... Quant à l'émerveillement, il reste celui de l'enfant que nous accompagnons toutes et tous, en, nous.

Un jour de COMBO, une fantastique rencontre de Houles par vent de Nord-Est sur un terrain d'aventures hors du commun, loin des regards, dans le silence glacé d'une mer sombre et fortement croisée. Les qualificatifs ne suffiraient pas à décrire un tel spectacle, là où l'on se sent tout petit, lorsque le vol de l'oiseau domine et partage  le coup de temps avec les vagues ... 

 

Grand_Sud_2

 

 

Il ne s'agit pas de craindre ces orbes virides mais plutôt la folie de s'aventurer là-bas, de naviguer comme le font les Hauturiers dans un froid intense et vivifiant, ces bises qui vous endorment sur l'eau et engourdissent les membres. Chaque  instant compte, ne s'oublie plus jamais ... Mais où, comment  se placer, jusqu'où aller, oser ? 

Là un sec, plus loin la rencontre métronomique de deux pulsations ; l'une hâlant le Nord-Est, l'autre, remontant  de Sicile, Stromboli ! et le " Combo"  respire, ample et conquérant, qui  se dresse aux vents traversiers et contraires, ourlant les vagues, les précipitant  de plus belle à la remontée des fonds parfois brutale.

Les crêtes  surprennent, s'espacent, s'envolent au-dessus de l'ondulation qui va vite en dénouant de longues chevelures d'embruns, virevoltant, revenant déjà vers le passé. Elles  semblent  figer l'esquisse éphémère que la mer ouvrage, le tableau d'un grand Maître. Les nuages en amont déclinent toute leur palette de  gris. Nuances et tons qui se confondent, se marient avec la blancheur de la mousse. Les grains menacent au large, délivrent de radieux contrastes que le Pays Breton connaît si bien vers l'Iroise !

J'ose de grands bords,  au près très serré,  pour gagner au vent. Ne pas décoller  quand la planche se cabre au-dessus du flot, malgré moi. Il importe de la reposer par l'avant, légèrement à l'abattée afin de conserver la vitesse et cette légèreté étrange, presque feutrée qui nous habite.

En m'approchant d'un Îlot, juste  avant de virer de bord, Bâbord amure, je tombe... L'eau de novembre n'est pas si froide mais la Tramontane ne partage pas ses atouts. Sous les pieds, je perçois comme un flux  qui ondule, tourbillonnant  dans tous les sens, depuis les grands fonds. Il ne me faut plus chuter. Je reste déterminé, vigilant ;  surtout, se montrer très manoeuvrant,  ne pas perdre une vitesse difficilement acquise, maintenue ; dans de telles conditions, subir n'est pas de mise !  A quelques dizaines de mètres, surgit  un écueil. Il tonne. A l'acmé d'une gerbe immense, j'entends le coup sourd de la masse d'eau qui vient de se briser.

La Nature est entière. Un absolu ! sans compromis, aucun artifice ! la mer et le vent tour à tour commandent à une réalité inhabituelle, imprévisible. Le froid saisissant ralentit inexorablement mes gestes. Le vent est fort, il toise les 30 Nœuds ; c'est une donnée constante mais  il faut compter avec de fortes  rafales. Il bascule à l'Est-Nord-Est, mollit un peu,  puis revient Nord-Est en fraîchissant. Le vaste champ est haché, rude, agressif. Ses sillons se creusent en gagnant le large, au-delà des îles sous le vent. Châteaux d'eau, pyramides lointaines comblent la grande passe.

Les bourrasques se font lourdes. Mon aile  prend plus de puissance. Lorsque de grosses vagues parviennent près du récif, la mer  s'impose au vent, avec ses abrupts soudains, de longues  pentes écumeuses. Le glacis crêpelé des lames efface le clapot, semble l'étirer, le mettre en forme comme le souffleur de verre travaille le galbe de la matière. Entre deux crêtes, l'amplitude s'affole, profondément. L'instant s'assombrit, la lumière du jour cède à l'écume le soin d'éclairer la partition des vents.

Ainsi, les volutes d'embruns des vagues qui me précèdent, retombent en pluies d'écume, tout  en  bruissant  sur la  nappe  satinée des étendues. j'évolue sous un dais de perles aveuglant ma route. Arcs-en-ciels improvisés ! Il est difficile de se situer au milieu de la multitude des  vagues. Elles envahissent l'Atoll, de toutes parts, le ceinturent sur des distances inconcevables, parfaitement rangées, orientées !  

 

Grand_Sud___Rappel_001

 

Aller à la recherche de l'oeil de ces vagues, en croiser le regard absent, distant est tentant mais périlleux ; les fonds ne sont plus loin et, même si la marée demeure haute, je redoute toujours une mauvaise chute et le bris du mât. Les certitudes matérielles abdiquent et ne valent plus rien en pareilles circonstances... Si loin de la côte, toute fortune vaudrait  mauvais augure. Je choisi la prudence mesurant avec anticipation mes trajectoires, gardant sur la vague une marge de hauteur, sorte de pied de pilote du marin.
Les nuées  encombrent le grand Sud-Est, les grains déploient les  longs manteaux neigeux  de Borée.  Dès le matin, vers l'Orient, l'horizon déformé de la mer m'aura décidé à tenter cette destination, ce solo. Entre 8h et 12h30 locales, le Combo a persisté, donnant dans l'Est immédiat du Site des vagues hautes et très rapides qui vont contre la Tramontane. Configurations difficiles à négocier par Vent de NNE à NE,  lorsqu'il est fort ...

A chaque virage, il  importe d'accélérer, de bien évaluer le point de déferlement de la vague et ainsi, de  se placer avec précision  sur la trajectoire qui mène au point de rencontre ; c'est le jeu de la glisse, sachant qu'à certains moments, imprévisible et soudaine, la vague percute une onde  contraire, un écho liquide invisible qui vient doubler  la nouvelle lame,  bien au-delà de ce que je perçois d'ordinaire  à travers la fenêtre de ma petite voile !

Les images rendent compte  de  telles surprises ! Mais une fois sur la lèvre, perché au sommet de la vague, au plus près de son oeil tant redouté, alors que la vitesse me retient et me suspend dans le vide,

je sens l'onde qui prend le relais de la force vélique. C'est un enchantement. Elle relance dans la pente le petit esquif animé. Et de  mesurer, en un éclair,  à quel point l'homme peut pactiser, dialoguer avec la nature, combien elle apparaît  en ces rares moments indispensable et généreuse. Vires étranges d'où l'on entrevoit  enfin quelques  éléments de réponses  face aux mystères, aux féeries de la création, du hasard, de la nécessité !

 

Grand_Sud_6

 

Je vais comme je demeure,  une longue heure,  au cœur d'un ballet aquatique subjuguant, magique ; en ai-je vraiment conscience ?

Il me semble vivre deux pans d'une existence que la mer et le bleu séparent, d'où on ne revient pas aisément et dont chaque retour à la côte serait  comme un adieu, une séparation,  signifierait l'abandon d'une chorégraphie jouée avec des vagues uniques, solidaires d'un tout, franches et si claires.

 

MARIN 

2 ème Écriture  11 . 16  

" Journal de Board " 

 

Grand_Sud_15

 

Grand_Sud_12

Grand_Sud_11

 

Grand_Sud_9

Grad_Sud_17 

NB / IMPORTANT 

 

Ces Hauts-Fonds organisent dans les faits plusieurs Spots les jours de gros comme de petites conditions. L'effet ceinture de vagues les placent différemment suivant le lieu, l'endroit. Ce qui est remarquable ici, est bien la possibilité de passer d'un " Spot Secondaire " 100 % On Shore à un autre Side Off Shore. Idem au Saut et au Surf, bien sûr, et sous les deux amures !

Combo_d_hiver_1

PHOTOS RÉALISÉES PAR  " EMMILA ", Zoom optique x 12 / ARCHIVES 2000 !  Un SPOT, une destination Wavesailing ne s'évalue pas à la jumelle ni  avec une caméra mais bien sur place, les jours de gros comme de petit temps. Quelle que soit l'expérience vécue, ce Site présente et offre l'excellence du Windsurf dans les vagues. Les écarts entre crêtes sont plus qu'éloquents une fois emporté par la vague d'une pureté et d'une amplitude exceptionnelles. 

 

A MARÉE BASSE !...

MAREE_BASSE_

Le Rider toile 5.7 m2 pour une taille de Mât + Flotteur  = 4.50 m environ ! Le rocher du bord émerge copieusement malgré le recouvrement des vagues. C'est marée basse. Les vagues ne sont pas si hautes mais elles creusent  à l'avant, tirent de l'eau, amplifient la cambrure. La chute et  le manque de Timing à ce stade seraient préjudiciables pour le Matos et le bonhomme. Enfin, les vagues ferment sur davantage de longueur, réduisant les opportunités de Surf Front Side

 

Ils seront nombreux à ne pas prendre au sérieux ce Post

100 % WAVESAILING INSULAIRE 

 

En effet, évoquer les Marées de Méditerranée prête à rire  lorsque l'on connaît les marnages de la Manche, de l'Atlantique ; certes, convenons-en, mais ne jamais oublier le principe du " pied de pilote ", cette petite marge de sécurité que l'on s'accorde, suivant les spots, en fonction des Marées, même en Méditerranée où  les écarts peuvent  tout de même atteindre 0.50 m d'amplitude, par mer  plate, faut-il le préciser et aux plus forts coefficients.

Mais lorsque nous sommes en présence d'un fort coup de vent, que ces derniers  tirent plus  au large ou alors génèrent de  sérieux  courants de surface, que la Marée descend avec de plus amples  coefficients, on constate  que les vagues et le spot changent du tout au tout ! 

Là où les riders passent d'habitude, avec de la marge, s'y aventurer au surf devient prise de risque...

Enfin, nous observons par diminution de la profondeur, un éloignement  substantiel du déferlement des vagues, un creusement plus rapide de leur cambrure, un tout autre comportement qu'il importe de décrypter afin de tirer profit  de sa session.

En règle générale, ces vagues surprennent par leur promptitude à déferler, tirant  ou  aspirant à l'avant  une grande quantité d'eau  et, il n'est pas rare de voir les fonds affleurer.

Avant une session, connaître comme le pêcheur les horaires de marée : c'est bien ! Mais mieux encore, observer la physionomie du Spot, s'approcher progressivement  des zones de Surf  et de Move, observer, jauger, prendre le pouls de ces vagues.

Ainsi de la juxtaposition  et de l'interférence des connaissances théoriques et de l'observation susceptibles de booster une Session Méditerranéenne ...

" ZITOUNE

Pour CORSICA...GO56

 

DSC04730_001

 

Les pointes, c'est bien connu, sont propices à la propagation de la houle ; les vagues se forment puis au  rivage s'alignent, font face, s'exposent aussi  à un vent Side Off. 10 Cm d'eau en plus peut tout changer  et métamorphoser un spot impossible à rider par marée basse. C'est toute la magie de la Méditerranée, plus encore des Îles et leurs secrets ...

 

mercredi 19 avril 2017

LA DUNE ET SES SECRETS !...

DSC06172

Entre la dune naturelle et les milliers de mètres de plages et de dunes spoliées, défigurées, conquises et appropriées, nous voyons l'uniformisation et la mondialisation d'un territoire prompt à faire du fric et de gigantesques profits. Alors, ne venez plus nous parler de  la Terre et des Rivages si ces derniers revêtent les atours ineptes de la finance, sur le dos du patrimoine commun insulaire  et souverain ! Car on peut développer sans  avoir à y toucher de façon irréversible, destructrice. Les exemples, ici, sont légions et révoltants ...

 

Oui, évoquons ensemble la dune et ses secrets, ce qui fait de cet écrin les richesses insoupçonnées d'une Île à part et que d'aucuns souillent et détruisent  définitivement "  pour quelques devises de plus " ...

La dune, ce n'est pas seulement un cordon littoral, réduit à la portion congrue, réduite  au strict minimum afin d'y flanquer  commerces et parkings à tout va ; non !

la Dune, c'est un territoire, un paysage, une réalité où la vie prend naissance depuis la mer et gagne les terres, rejoint la terre des montagnes et leurs cours d'eau.

Noces pérennelles dont on ne mesure toujours pas les richesses et les promesses. La dune se doit d'être respectée, protégée, réhabilitée, partout où celle-ci aura été  détruite, niée, occupée, fracturée. Elle a un visage, tant d'attraits et de raretés ! 

Son espace et ses influences la délimitent visiblement  en mettant tout le monde d'accord ; et là où justement  elle demeure absente, vers les tombants et les versants qui vont directement dans la mer, une large zone de protection renforcée doit être  objectivement dessinée et  circonscrite afin que les éléments ouvragent un autre type de territoire ; laissons faire la Nature, bien plus imaginative que l'homme cupide et irrespectueux.

Ce billet est rédigé   à l'attention des élus qui en la matière  auront de quoi méditer et légiférer.

Jamais le trait de côte n'aura été tant menacé de disparition totale, sans le moindre espoir de régénérescence tant l'OPA des profits sur la terre se montre aveugle, exclusive, impitoyable.

Nous arpentons les fabuleuses distances de la dune qui aujourd'hui , comme par  miracle, échappent à la finance et aux passes-droits !

Nous arpentons encore et toujours ces pans de collines et  ses versants qui donnent sur la mer comme de splendides balcons sur l'antique Egée et, nous prions, nous disons  combien il est impérieux de veiller les noces tutélaires que les rivages ouvragent vers l'infinie harmonie qui résident entre la Terre et la Mer.

Voici un-interface qui se partage, que l'on aime et  que l'on doit défendre jusqu'au terme de  la vie, n'ayant pour seule alliance que les injonctions du ciel et des montagnes et non celles d'appareils résolument cupides et  radicaux seravnt leurs uniques intérêts.

Élus, pensez-y, avant que votre Terre ne se transforme en bronze-culs de l'Europe bardés de transats, avant que notre Terre à toutes les côtes surfaites, artificielles  et violées s'apparentent, avant que les dunes  se voient recouvertes de verrues innommables, avant que notre Terre ne porte jamais plus les fards  envoûtants de CYRNOS-KALLISTÊ, la plus belle, vénérable, aux beautés mythiques.

Ghjorghju d'OTA 

Pour 

CORSICA...GO56

DE PASSAGE !...

DSC06286_001

" DE PASSAGE  "  constitue un thème poétique majeur dans lequel je ne laisserai jamais de me définir, de rendre compte de ces rapports aux mondes entiers qui  me soutendent et me fondent en tant que passager sur " Terre des Hommes ". C'est là même l'objet de cet espace  numérique où à travers les pratiques extrêmes, le contact avec les mondes et la nature, l'homme suit une voie, jalonnée de repères essentiels que la paix et l'amour éclairent, au-delà de toutes les nuits surfaites et les artifices pompeux ourdissant l'infecte distinction et ses  forfaits.

 

...

 

Soit dit en croisant
Sans doute es-tu 
toutes les fois de passage
ou du moins y tendez-vous
comme un lien que l'on tisse
entre deux rives
si près du puffin
et lorsque tu rencontres  frère dauphin

Sur la mer qui prend
qui enfante les songes 
par tous les maux
et les mots
du temps abyssal
à vau l'eau
éclot  une pensée
l'instant  devient éternel

Et tu renaîs
aux labyrinthes
cristallins de l'azur
à la voie sans voix
de la transparence

où tu ne reconnais d'encens
que l'embrun et l'écume
qui vaguent en musant

Tu y réfugies une idylle
caracole ivre  devers la petite mort
alors que la faucheuse ubique
oscille entre mirage et servitude
délivre les corps naufragés

Partage ainsi les ciels denses
et cette  danse au ras des flots immenses
dont le silence dévoile les ailes
Au passager des vents
que tu fais  voici  l'insigne fait
de fidélité et de vérité
qui confère à  tes envols
l'essence d'un vol migratoire

§

MARIN -  De passage, choeur de mémoire  - 

I ère Ecriture en cours depuis toujours 

 

DSC05947_001

 

Posté par marin56 à 01:41:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,