Corsica...Go56

20.04.15

LA PHOTO AVRIL 2015 !...

 

 

AU_PRINTEMPS__LAGUNE_CALCINEE_

 

L'arbre est vénérable
Comme une fleur et ses étoiles
au printemps vont éphémères 
Une grappe de fleurs
blanches pour un songe d' île   une enfant
tendrement bouquetière   si fragiles 
Onde de clarté  étrange
Chant anodin
me diriez-vous et pourtant
voici une humble image
L' instant d'un point vernal volé
là-bas au plus intime
de la lagune à tort asséchée
d'un jardin en croissant à nul autre
pareil que parfait
Avril  qui s'esseule
au feston d'une jeune pinède
Mais l'incendie criminel
en aura calciné et meurtri les atours
sans autre raison
assassine   à l'entour bien crépis
que la cupidité


Je marche seul
depuis si longtemps déjà
Seul et rompu aux forfaits
Nul bruit  Au loin toujours
le tocsin
la frondaison hérissée de pommes de pins
innombrables
 geint imperceptiblement
au souffle de la brise marine
La brûlure ne désarme jamais
Ces lieux me rappellent un peu
le Shott du grand Sud Tunisien
El Djerid  la Sebkha  vers Tozeur 
Nafta  chauffés à blanc
et les  vapeurs des bouffées 
torrides et salées que déchire
rarement l'aile d'un oiseau
la course du fennec traqué


 Dans  le ciel dévasté
des  jours de l'été   sous  les flammes
les asphodèles blanches
résistaient 
Reines choyées puis recluses
Magie du bulbe vivace
Quand de la terre noire sourd 
un champ  lactescent 
Ainsi de la voie lointaine
de ces rivages
fabuleusement africains
que les colons défigurent
jadis et demain encor
selon la sordide
engeance des lots et des fats


Et là  devant soi
merveilleuse
une scène tutélaire
que l'aède n'aurait pas omis 
d'immortaliser
une divine métamorphose
Un vieux chêne liège
aussi emblématique du Sud des Îles antiques
que le serait un visage minéral
façonné par les vents et la pluie
un chêne aux doigts immenses
renaît des morsures du feu
et reverdit
Atolls de fraîcheur  îlots 
dans l'azur bruissant
A ses racines l'asphodèle
resplendit comme elle se donne
en lui montrant le chemin
prodigue de la lumière et du vertige
Ainsi les dieux
l'exhortent à ne pas mourir
Ainsi de l'emblême
du symbole de l'arbre de vie
du visage de la terre
et du Ciel
profondément marqués du sceau vil de la ville

!

 MARIN 

2 ème Ecriture et en cours, pour une petite fleur, Emma, qui ne connaît plus ces  printemps qui déclinent l'adieu aux Grands-Parents 

DSC08905_001


BOTTOM TURNS FRONT SIDE !...

Bottom_Turn__New_School_

Il y a un "  Petit Truc ",  " une " Astuce "  ! Tentons de lever le voile

 

Il est à lui seul la clé, le  " Sézame " de l'évolution à suivre sur la vague. Le Bottom Turn Old School aura vécu, il a de très beau restes, certes, rien ne serait à dénigrer, bien au contraire ! mais avouons que dans les vagues, ce Bottom New School, voile couchée, non seulement est Klass mais aussi dynamisant, générateur  d'un regain d'énergie, de rythme, de style et de maîtrise, le tout : incontesté ...

Mais le bougre est difficile à apprivoiser ! Il requiert des Coordinations à placer dans le Tempo et le Timing  ; ce qui n'est  pas évident du tout. Alors, " Riders on The Storm ", à vos Wish et à vos Straps, le moment est venu de jouer du balancier, de miser gros pour aller quêter le Graal, soit : 

Un BOTTOM TURN de Bûcheron et encore mieux, un Roller / Aerial / Move de Ouf au sommet de la section ! Mais pour cela, soyez aussi très attentifs ! Ici, non le Must et la quintessence de l'analyse et du mode d'emploi, mais quelques pistes, quelques " Petits Trucs ", Gratos,  qui vous emmèneront sûrement là où vous ne l'imaginiez pas ... Nous y consacrerons quelques autres articles, car ce Temps Fort du Wavesaing / Waveriding Front Side est capital, fondamental, incontournable. Nous le répétons, c'est 70 à 80 % de la réussite du Move à suivre

***

19.04.15

CIRCUIT TRAINING WAVESAILING !...

TRAINING_VAGUE__EAU_PLATE_VENT_FORT_

 

Ici, sur cette Planche Photos, le Rider vise majoritairement la Vitesse et si possible la sortie des Moves le Harnais hors de l'eau, ce qui signifie : une meilleure Relance, du Rythme, le tout, dans une optique 100 % Vagues

 !

On pourrait qualifier de CIRCUIT TRAINING, tout entraînement à Thème, visant un objectif propre, mettant en avant et à contribution une certain nombre de Coordinations et de  postures, des formes de corps spécifiques à un Move donné. Que ce soit  dans le registre des Sauts, des Rotations, des Moves dans la Vague au Surf Front ou Back Side, des Transitions 100 % Waveriding du Windsurf Moderne, 

Pour ce qui concerne aussi les grandes Familles des Figures de Freestyle, le Slalom, la Longue Distance, l'évolution basique et le Perfectionnement, on peut aisément concevoir des Séquences dont le contenu sera le plus proche et le plus adéquat possible en vue de réussir, d'exceller, de renforcer ses acquis. Il fut un temps où nous pratiquions ces fameux Circuits Trainings, en Gymnastique Sportive / Trampoline bien souvent. Expérience efficace dàs lors que les pratiquants répètent, approfondissent et évoluent suivant la progression, les Standards requis mais aussi les paliers franchis.

Il faut aussi savoir que nous ne tombons pas dans une forme dite analytique des processus d'acquisition d'un Move, mais qu'au contraire, tout est mis en oeuvre afin d'en préserver la Logique et les spécificités. Toute mise en situation devra donc respecter, à un niveau moindre, non isolément, la structure dynamique et fonctionnelle.

EXEMPLE A PARTIR  DU 

_ Racing Jibe / Bottom Voile couchée  +

_ 360 ° Eau Plate  +

_ 180 °  = 540° 

OU 

_ Duck Jibe +

_ Poursuivre à Contre  Fausse panne + 

_ 180 ° = 540 ° 

A SUIVRE 

18.04.15

UNE ROSE BLANCHE POUR FLO !...

CORSICA...GO56  & LA MER 

 

POEME_A_FLO_

 

***


" Petite Soeur "
Le vent ne laissera plus
D'essaimer
Aux champs des Marins
Tristes et solitaires
                                Sur la mer des astres
Les pétales d'une rose
Blanche
Ainsi vogueront-ils
Où mène certainement
Un souffle bleu

Sans nombre
Partout
Hélant le silence
Ailant un petit nom
A ta semblance
Marin
Comme la crête des lames
En volées
L'hiver      contre la folle étrave
Comble les quarts
Sans soleil   Comme
L'embrun qui fleurit
L'âme d'un océan
En partance
Vers un seul être   à la Source du sommeil

L'écume n'exhale-t-elle pas
Sur les vagues
De la nuit
L'ivresse lumineuse
Du grand large
                            Pour l'amour de l'Azur
L'absolu
Ne s'éprend-il pas
De voiles
Et d'un bel oiseau
Courant l'Iroise
Ou la Grande Bleue

Il y aura dans le coeur des marins
Une petite fleur
Un vent de liberté
Pour frissonner
Au choeur d'une rose
Fascinante
Entonnant vers Toi
Ce plain-chant
De tempête
Que les albatros
Fabulent en tournoyant
Avec un gréement  une aile 
Dans les étoiles

Alors tous les flots
Au Ciel feront miroir   Flo
Et nous verront
En ce printemps de cristal
Se refléter à l'infini
L'ovale d'une jolie fiancée
La " Fiancée de l'Atlantique "
La " Petite Soeur " des Marins
Qui s'en est déjà allée
Une nuit   une fois
A l'orée de l'exil
Et de la mer noire
D'un automne prémonitoire

D'Île en Île   Pérégrine
Et vagabonde
Comme les moutons
Que la brise exalte
Une pensée demeure
Que rien n'amarre
Qui dérive et nous lie
Et jamais ne fane
Marin  

Florence

Sur la mer ondoyée
Chaque larme
L'embrun
Lointainement
Rejoindra son bord
Le rêve d'un Marin

L'amour
Immensurable de la mer
Sommeille
Comme une absence
Un manque qui garde 
Près de soi
Sa compagne
Messagère 
De toujours

§

 

UN MARIN EN ENFANCE _ Pour les Marins disparus, leurs proches aussi, tant de pensées ! Le large, les vagues, la lumière, les mille levers et couchers de soleil,  tant de caps et d'îles, des oiseaux par myriades de myriades, ces cieux maquerélés, en queues de jument que les vents irisent à l'infini, ces chevauchées fantastiques à bour du coup de vent, des océans, et puis, un port d'attache, à l'aube, dont l'éclat d'un phare épelle en silence un nom si doux ... Partage, amour immodéré du Large et de la Liberté ...

 

DSC08919

 

Cette asphodèle blanche exhorte le chêne liège vénérable qui sera passé par les flammes de l'incendie à ne pas mourir, là-bas, vers cette Île que le Marin aimait tant. Mille étoiles ondoient, dans  les vastes champs des rivages lacustres, vers la mer,  portent l'espoir d'un printemps et montent au ciel comme un plain - chant de lumière ... J'aurais choisi cette image, comme ça, en errant, en pensant aux fleurs blanches, aux voiles de la mer qui abritent souvent un infini amour, si souvent incompris...

 

17.04.15

UNIVERS PARALLELES !...

 

DSC08613

 A perte de vue, le sable, les linéaments d'une côte insoupçonnée, secrète, qui lutte pour se cacher ! Dans les touffeurs précoces que la  végétation dense exhale, vers les lointains, la terre se met à flotter. Mirage sur la ligne d'horizon. Seuls chantonnent les flots de la mer et la brise emplissant les pins d'une forêt éminemment maritime. Envoûtante alchimie que  rien ne préside ou domine. Ainsi l'allant naturel des origines, d'une touche Divine, sans le hasard, ni la nécessité ! En guise de grumes, là, comme une offrande,  le bois flotté des cours d'eau, éternel errant paré des contrées vierges éprises d'absolu, de vérité, d'étrangeté. Et mes pas vont, feutrés, crissant, se perdant dans l'abyssale candeur d'un grain de sable déclinant l'infini, que roulent les eaux mêlées de la mer et des rivières ; ô poème de l'étant, magie de l'étang, fixité charmeresse des temps, antan, ici, n'est plus que sursis. 

MARIN 

 

 

DSC07982

 

 

Si l'immense chaîne de montagne enneigée
avait été un plus noyée, lointainement,
dans les brumes matinales et vernales,
le long cordon littoral et la dune arasée
m'eussent convié en Afrique Occidentale,
vers l'Equateur, où les billes de bois
et les grumes, par milliers, viennent
s'échouer au gré des vents et des marées,
sous les ultimes ramures d'une forêt luxuriante.
De l'autre côté du croissant, la pinède comble la partie
maritime de la vallée, dense, inextricable.
Au coeur de ce jardin d'hivers, si divers, un
étang imposant, et naturellement abrité veille
à la pérennité de la vie, aux escales des grands
migrateurs. En chemin, on perçoit le clapotis
d'une eau frémissant à la brise du matin.
Et quand à la faveur d'une vaste clairière,
la haute futaie s'élance vers le ciel pour rivaliser
de lumière et d'ivresse avec les cimes, me revient alors
ce tableau envoûtant à travers lequel je voyageais,
petit, en 2 CV camionnette, sur les digues de terres ocreuses, 
trversant les rizières du Cambodge, sous les averses de pluies
tropicales, pendant la mousson. Il ne manque plus
que les buffles placides, avec leurs longues cornes
recourbées, le corps enfoncé jusqu'au poitrail,
traînant l'areau et traçant les profonds sillons
dans la terre gorgée d'eau, et, çà et là, quelques cocotiers ...
Destinations toujours secrètes, épargnées ou
du moins encore peu fréquentées ; le moustique sévit,
on se perd vite au fil d'un dédale de chemins et de pistes
qui ne cessent de se multiplier. L'étendue de la forêt
ôte par moment tout repère au randonneur. L'immersion
dans ce bain de nature est totale ; le rêveur s'évade
hors du temps et des saisons, ceint de fleurs, noyé de senteurs.

 

DSC08600

DSC08593

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC08631__1_



LA VIE A BORD PAR " FLO " !...

 

CINQUANTIEMES_HURLANTS

 

 

( ... ) Après quelques jours de  navigation, il commence à faire froid, de plus en plus froid. C'est ce que je redoutais  le plus, je suis frileuse. Nous cavalons dans les quarantièmes rugissants, les très fameux, et attaquons les cinquantièmes hurlants, non moins fameux. Et là, le monde devient tout autre. Les étoiles brillent de mille feux, la mer gronde comme un ogre, les vagues énormes font le tour du monde, comme nous, en toute liberté, sans obstacles, sans caps, sans terres pour les arrêter, sans âme qui vive à l'horizon, juste celle des marins comme nous. Il neige parfois, et le pont se couvre alors de vingt centimètres de poudreuse. Nous ne manquons pas une bataille de boules de neige.

Nous ressemblons un peu à des épouvantails. Seul le bout  de notre nez dépasse de notre harnachement. Avec cagoule et ciré, impossible de nous différencier. D'ailleurs, à mes heures perdues, j'ai brodé avec des fils de cordage de couleurs différentes le nom de chacun sur son bonnet. Il me reste quelque chose de mon passage chez les bonnes soeurs, où l'on voulait faire de moi une bonne épouse et une parfaite ménagère.

Nous croisons parfois des icebergs. On dévale les pentes des vagues, c'est la grande cavalcade, la chevauchée fantastique. Le chauffage du placard des cirés est en panne. Les duvets sont trempés et glacés. Impossible de se reposer : tout est mouillé et il neige toujours. Gabbay, le chef, est hors quart avec Gaby, embarqué au poste de navigateur. Ils montent sur le pont pour les manoeuvres, qui nécessitent souvent la présence de tout l'équipage, car il  y a vraiment beaucoup de vent. Nous naviguons toutes voiles dehors, tout dessus, à fond.Nous faisons trois quarts de trois heures de trois personnes. Trois heures sur le pont, trois heures de veille en ciré à l'intérieur, prêts à bondir pour une manoeuvre ou pour du renfort, lovés, serrés l'un contre l'autre afin de se réchauffer sur un sac à voile humide, et ensuite, trois heures de dodo. Ca me  change du rythme habituel, en solo ou en double sur les multis. Un vrai train-train s'installe à bord, avec tout ce monde. Chacun son tour, on prépare la bouffe, on fait la vaisselle. On joue aux carte, on lit. Nous manquons de lecture et partageons les romans d'aventures ou les policiers, cinquante pages par cinquante pages - une vraie tournante littéraire ", plutôt divertissante. Nous avalons les méridiens, et nous atteignons après une trentaine de jours le continent austral tant recherché, tant convoité au  XVIII siècle ( ... )

Florence ARTHAUD 

Extraits / Un vent de Liberté 

 

Florence_Arthaud_max1024x768

 

( ... )  

Je barre vingt deux ou vingt trois heures sur vingt quatre, n'ayant pas prévu assez de gazole pour recharger les batteries. Je plane, j'existe dans une autre stratosphère, une autre réalité. Je vis sans aucune nouvelle du monde des vivants, un peu sauvage, un peu animale, un peu philosophe - un tout petit peu -, un peu spirituelle. Les minutes et les heures s'enchaînent et se suivent. La nuit, tous feux et instruments éteints, je barre au feeling, en suivant les étoiles. Le jour, je me laisse guider par le vent sur  la joue et par les penons, de petits brins de laine accrochés dans les haubans pour indiquer la direction du vent. Je mets le pilote automatique deux demi-heures par jour pour dormir, et un quart d'heure pour rallumer mon GPS et me situer sur la carte. Mes pensées s'évadent loin. Il fait chaud, très chaud, la vie prend un rythme sans surprise. La mer est toujours la mer. Du bleu, du bleu partout, à l'infini. Le soleil se couche toujours à l'Ouest, c'est rassurant, immuable, éternel ( ... ) 

16.04.15

L'AUTRE CIMETIERE MARIN !...

ILS auront été puissants à mener et à essaimer les guerres, les conquêtes, par-delà les mers et les océans, depuis les siècles des siècles, jusqu'aux Empires ! Ils restent impuissants à contenir, à régler, à venir en aide à une situation de crise humanitaire. Deux poids et deux mesures ; d'un côté les richesses des conquérants et de toutes les conflits, les marchés des armes, juteux ! de l'autre,  un devoir humain. D'entre les deux, sachons faire la part des choses :  agir plus facilement qu'on le fait sur d'autres théâtres

!

 

 

lampedusaf_0_1

 

 

Vous avez de la chance. La honte ne tombe pas sur les morts.

Éteins

ta haine des assassins trépassés.

Le plus pur de tous les liquides a lavé

le péché de l'âme émigrée.

V. MAÏAKOVSKI - Prologue  - 

 

 

DES GENS DES BATEAUX 

 


Non  ce n'est pas le Cimetière Marin de Paul
Ces lieux de paix et de sérénité éternelles
Qu'une longue vie enfin accorde à la Vie
Un temps que l'on comble de printemps

Il est hélas d'autres cimetières   plus marins
Encore que toutes les tombes de sommeil
Et d'obscurité   Inondés de silence azuré
Là-bas au large          désespérément avides

Où les cris  les clameurs des abysses
En multitudes   emplissent la Grande Mer
Et scandent de vagues en vagues les ères
De naguère et l'ignominie de la guerre

Les naufragés   les disparus jamais plus
Ne meurent   mais ils hantent depuis
Comme ils dérivent    l'espoir de l'aube
Grèvent la longue nuit  des tyrans

Ô Grande Bleue des périples lointains
Des mythes et des légendes antiques
Toi qui bâtis les empires et peuplas
De rêves et d'illusions tant de mirages

Comment peux-tu ainsi happer le destin
Nourrir la fortune de mer   exalter l'horreur
De la perdition   mener  la fuite suicidaire
Devenir l'égale de l'indifférence coupable

Du crime de lèse-majesté perpétré contre
Les gens d'une traversée et vers l'au-delà  
Livrer au malin tes miséricordieuses faveurs
Au coeur du coup de temps et du grain

Scènes atroces d'un théâtre vénérable
Je ne reconnais plus ta voie de lumière
De tous les balcons qui chutent dans l'azur
J'entends tinter l'argent clinquant de l'or bleu

Sur les rives de l'insouciance et de l'été
Monte déjà le plain-chant de l'enfance
Et le même flot berce comme il retient
La voix innombrable de la mer trahie

Ainsi de la guerre des conquêtes de l'exil
Que ne t'aurions-nous pas poussé à faire
De plus sordide et cruel   Ô Mare Nostrum
Que de déchoir malgré toi et tes rudesses

Dans ce funeste sillage  le Ciel et les ciels
Sans nombre des étoiles uniques périssent  
Au croissant de lune   à jamais marqués
Du sceau fatidique de la damnation

Alors l'autre cimetière marin des blessures
Du monde et de tous les mondes s'offrent
En partage à la barbarie à la raison sans foi
De l'oubli des privautés des crises et des conflits

Comme il m'est pénible d'être par toi pris
Emmené à travers orbes et ellipses oniriques
A bord d'un Bateau Ivre  en côtoyant l'Albatros
Et de loin en loin à toujours revenir et croire

En Toi

 

- MARIN - Pensées en Mer, abandonnées au long sillage d'un rêve bercé d'illusions, là où dit-on, la mer et ses amers sont un pont entre les peuples !...

 

 

6562829

 

14.04.15

AU SURF / LA BOUCLE !...



 

LA_BOUCLE_RELANCE_

 DE QUOI S'AGIT-IL 

 

La définition qu'en donne  Thierry ORGANOFF dans le Glossaire SURF de son Livre /   Le Surf - Éditions du Pen-Duik - est bien celle-ci : "  Figure qui consiste à effectuer une boucle sur la vague " ! 

 

 

Simple, non ?  Moins qu'il n'y paraît. En Surf, ce Move est royal, il peut l'être tout autant en Kite et en Windsurf, radical, ample, rythmé, qui va tout déchirer et surtout dévoiler un solide potentiel Waveriding / Wavesailing. Nous sommes en présence d'un Move qui jamais ne prendra une ride, exigeant, très très technique, de haut-vol, riche en variantes et évolutions, suivant les conditions, le moment aussi ... No Limit !

 

LA BOUCLE  EN QUOI CONSISTE-T-ELLE 

 

Au Bottom Turn Frontside, poursuivre face à la vague et remonter Franco de port, de FACE, vite ; ce Move est plus typé SIDE à SIDE OFF SHORE, certainement. On verra sur ces Photos déjà présentées sous la forme d'un Montage Chrono et plus spécifique comment le Rider se prépare à recevoir à la fois du côté de la Carène mais également  dans le Gréement.

Tout se joue très très vite et la Relance est explosive, bien souvent dans l'écume, ne laisse pas trop l'occasion de voir ; le Move jaillit et projette. En fait, le Rider effectue un 180 ° Complet.

COMMENT FAIRE 

 

C'est à partir d'une posture redressée, main écartée et centre de poussée bien face à soi, qu'il faut tout balancer, au moment choisi du meilleur Timing, en Ramenant la main Arrière et en effectuant une prise de carres redoutable et  rapide, très crantée. Il vaut mieux la réaliser avant la lèvre, afin de ne pas décrocher ou  sortir le ou les fins, avoir ainsi une bonne portance et aussi un Appui / Renvoi  sur la vague qui conviennent à ce type de Move déjanté.

 

LA BOUCLE 

 

OUI, en effet, le Rider effectue une boucle dont le passage par la chandelle de la board  est remarquable, superbe ;  la rotation sur le Tail, une sorte de Sinker surpuissant et ample, rythmé, rend compte de l'Efficacité / Opportunité Surf du Rider. S'il est debout, au-dessus de sa Board pendant la Remontée sur la vague, il contrebalance au Roller Coaster *** en se projetant au vent et vers l'avant, le Regard toujours en avance, en cherchant  à revenir très vite sur  la  Board, " en passant  sous le Wishbone ", c'est très important !

*** /  ROLLER COASTER / Figure qui consiste à monter en haut  de la vague et à en redescendre rapidement ...

 

S'ENTRAÎNER 

Oui, même sur eau plate, pourvu que le vent soit bien Side voir Off, on peut décliner ce type d'évolution, sachnt que la Relance sera plus difficile, car sans l'aide de la vague. Mais les coordinations seront les mêmes.

 

LA_BOUCLE_

La Remontée est sévère, sans concession, face à la Lame, sinon : RIEN ne se passe ; il faut envoyer tout ce que le Rider peut posséder d'énergie et de Technique ! Sur le Clip, tout y est !... Mais l'Intro en dit long sur la suite. Dans le Gros, ce Move est dantesque.

RIDER 

M56 - Dans le Temps - 

13.04.15

360° BACKSIDE WAVE !... PART II

 

 

graham_backside360madag2014

Remarquons la position haute du Bras Arrière de Graham, en flexion, capable  de pousser et contenir en Rotation les effets du vent à contre  dans la voile. Sur le retour, le relevé de la Voile, ce point est très important, car il autorise  une plus grande fluidité du Gréement, après que celui-ci ait été neutralisé plus bas !...  Le bras avant conduit, l 'arrière,  dose !

 

LE CANNEVAS D'UN MOVE A PART

Considérons-le dans sa version Surf pur, Glisse ; laissons la Variante AERIAL pour plus tard.  Lors du premier Article, nous avons survolé les généralités concernant ce Move de Haut Niveau ; il convient désormais d'en appréhender la Logique, la Structure, les Séquences ou Temps forts, et bien entendu, en tout premier point, l'Action STARTER, celle qui préside à l'enclenchement du Move en synchronisation parfaite avec la Vague, la Section, l'épaule sur laquelle on évolue.

 

LES SEQUENCES 

 

_  Bottom Turn Back Side = Préparer le Move ;

_  La Remontée sur la Vague  = Obtenir un Angle Favorable

_ L'Action Starter qui enclenche le Move = Transformation de L'Inertie et Changement de Trajectoire orientée !...

_ La Phase de Neutralisation - Glisse / Inertie  = La Conduite du Flotteur / Gréement   dans la Valse ;

_ La récupération des Sources d'énergies  = Comment rétablir l'Equilibre dynamique et maintenir la Propulsion ;

_ La Relance dans la Section  = Aucune composante Latérale mais Toujours de l'Avant ;

Tout va si vite et se tient !

 

LES PRINCIPES DIRECTIONNELS

Répétons-le : 

La Vitesse, l'Engagement au Lof, le Suivi du Move et le Rôle  du Regard dans sa Conduite, l'Anticipation qui en découle, la Coordination des Séquences du Move, la Manipulation et le maintien du Gréement proche du Corps, Corps bien au-dessus de la Board et non à l'Extérieur !

Ne pas tarder sur la Section afin de profiter de ses zones de pleine puissance ; cela favorise  la Relance, certes, mais plus encore la Phase de Glisse / Inertie.

Enfin, le Couple généré entre Bras avant et arrière favorise un positionnement favorable du Gréement jusqu'à la Relance, celui-ci se replaçant suivant l'évolution, la vitesse et les conditions dans lesquelles se réalise le Move.

 

LE LIEN UTILE

http://www.continentseven.com/ backside-wave-360-graham-ezzy/

Nous observons sur la Séquence de Graham, que celui-ci touche un vent Ligth, ce qui lui permet d'opter pour un Maintien Haut du Gréement et encore plus près du corps, gagnat en Feeling. 

 

graham_backside360madag20141

 

A SUIVRE

12.04.15

CAP SUR LA LIBERTE !...

 

Cap sur la liberté
Avant la levée du jour
Quand la mer est encore blanche tu partiras.
Au creux des paumes la volupté d’étreindre les rames,
En toi le bonheur de réaliser quelque chose,
Tu iras.
Dans les remous des filets de pêche tu iras.
Surgissant sur ta route des poissons t’accueilleront,
La joie te prendra.
Tirant les filets,
La mer viendra dans tes mains écaille par écaille ;
À l’heure où se taisent les âmes des mouettes
Dans leurs rochers cimetières,
De tous les horizons brusquement
Un tumulte explosera.
Tout ce que tu voudras :
Sirènes, oiseaux, festivités, fêtes, fiestas ?
Cortèges, grains de riz, voiles de mariée, grand pavois ?
Ohéééé !
Mais qu’est-ce que tu attends ? Jette-toi à la mer.
Tu vas manquer à quelqu’un ? Peu importe.
Ne vois-tu pas la liberté de tous côtés ?
Sois voile, sois rame, sois gouvernail, sois poisson, sois eau,
Va jusqu’où tu pourras
.
§
OHRAN VELI 

DSC07250

 

Posté par marin56 à 08:28:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,