Corsica...Go56

" URBANICITE " DÉCADENTE ! ...

 

PARKING_SANS_ARBRES__LE_DEPOTOIR_A_CHALEUR_

Tous les ans, des kilomètres carrés de surfaces  sont  recouverts de bétons, de tôles, de goudron. Depuis les 30 Glorieuses, rien n'aura changé, tout accélère. C'est la victoire de la cupidité sur fonds de catastrophes et de mal -être

Partager, diffuser, dénoncer, récuser, refuser  un tel diktat, l'opprobre  perpétré contre le seul état qui vaille 

LA NATURE QUI NOUS FAIT VIVRE 

 

 

AUX ÉLUS

DES VILLES DES COMMUNES

DES ASSEMBLÉES

ECO-LOGIQUES

 

DÉFIGURATIONS  ET DÉMESURES  EN FRANCE ET DANS TOUTES LES ÎLES

 

PLACE AUX MÉTASTASES PÉRI -URBAINES ET URBAINES

 

37 ° Centigrade.  Et ce n'est là qu'un début ! L' haleine tiède, le souffle brûlant  de la ville en cours de conquête deviennent insupportables. Suffocation moite au sortir du hangar à bouffe démesuré ! La voiture au soleil  affiche 70 ° Centigrade

***

Le vaste parking ( se comptant en hectares )  recouvert d'asphalte noir et de ferrailles chauffées à blanc restitue et renvoie dans les airs urbanisés une chaleur torride, dangereuse, poisseuse, malodorante.

Chassie des agglo - mérations poly-mérisées. Sur fonds de vacarme et de tumulte motorisés, les tiroirs caisses tintinnabulent comme ils engrangent la monnaie. La grande surface, à toutes les autres pareilles,  ne compatit pas et persiste, signe  et valide le forfait architectural, l'anachronisme politique ! Dehors, "  circulez, y a rien à voir " ! 

Elle parque comme elle  trait le citoyen en quête de mal bouffe  congelée  et de courses rapides, désordonnées, anarchiques et voraces. La sono crache des notes horripilantes,  suit le geste mécanique rayons - caddie. Le temps n'est plus au choix du panier tressé mais au remplissage du charriot, à l'instar de ces pauvres oies que l'on gave à l'envi, à la veille des agapes païennes. 

Revenons à nos parkings, à ces maires de communes et de villes qui laissent se répandre l'une des  causes de la canicule urbaine exacerbée  qui multiplient les îlots d'extrêmes chaleurs où les températures  dépassent  de plus de 10 ° Centigrades  celles de nos places de villages dotées de fontaines et  de larges frondaisons apaisantes.

Faut-il en conclure que la ville, sous l'égide des édiles, au gré de l'exigence commerciale, confinent dans les touffeurs nauséabondes  des quartiers, des places goudronnées, des immenses parcs automobiles dévégétalisés servant ainsi le secteur marchand  ! ...

Ces gens-là ont -ils  entendu parler  de toutes les formes et manifestations du dérèglement et du réchauffement climatiques. Ont-ils compris que le milieu urbain devait s'adapter au plus vite à ces élévations de températures hors normes, à ces extrêmes caniculaires récurrents, sévères ? 

A l'heure où  de nombreuses villes  optent pour un dessein éco-logique, des centaines de  constructions bafouent les règles élémentaires de la prévention, de l'anticipation, de  l'adaptation aux conditions climatiques dégradées  que nous connaissons avec une acuité galopante.

Ces gens - là aux affaires,   - accompagnés  dans leurs visions obsolètes, dépassées, intéressées des choses de la cité, de leurs acolytes  -,   ne concèdent  pas un seul mètre carré à l'arbre, à l'ombre, à l'espace vert, aux zestes de fraîcheur  que le végétal sauve et entretient. On  s'entasse, on se  gare serré, on s'emboîte avant que de finir torchés dans les rayons et les arcanes de la liberté des prix à la consommation bafouée...

C'est au sortir de l'un de ces épisodes répétés que je reçus en pleine figure les 37 °c  désormais  courants, que la ville génère d'elle - même, par delà les affres  du bouleversement climatique.

Mal - aise, Mal- être, Mal de terre dont n'ont cure édiles et patrons, allant main dans la main ajouter aux désordres de "  l'urba-nicité "  obsolète vrombissante  et poisseuse.

Ajoutons à cela les accès tenaces de la Covid-19, le port du masque, les particules fines, les sources de  pollutions sonores et visuelles, la hideur des nouveaux parcs métalliques motorisés, la dévégétalisation chronique de tout l'espace urbain et péri-urbain, la pléthore de hangars que  la grande  distribution dresse partout et démesurément, un urbanisme chaotique et anarchique prospérant sans  aucun supplément d'âme qui nous raccroche aux racines, à nos anciens,  au visage  avenant de notre Terre, les cours d'eau et les bords de routes souillés  etc, etc  ! 

Mais où sommes - nous ? Qu'en pensent des gens de toutes les cités, jusqu'où tolérer pareilles manquements à la prévenance, au bien -être, à la séréinité, à la beauté et aux charmes de nos souvenirs ? 

vous trouvez là, dressé devant vous, l'oeuvre de l'incurie patentée et cupide en marche

 

« Construire la cité de nos rêves et de nos utopies » J.C ANGELINI 

 

CORSICA...GO56

Anton ' Pasquinu d' OTA 

D'autres clichés illustreront cette réflexion d'actualité... Nous attendons dès ce jour les RESULTATS sur le terrains urbain - péri-urbain - en zone rurale - sur le littoral de la Cité du sel où tant de choses sont à  réinventer et à réhabiliter, notemment sur tout le pourtour du Golfe et les rives du Stabiacciu, entres autres lieux actuellement abandonnés

____________________________________________


CONTINGENCES ? ...

 

DALI__LENIGME_SANS_FIN_

  " Carpe diem, quam minimum credula postero ".

" cueille le jour sans te soucier du lendemain, et sois moins crédule pour le jour suivant ".

HORACE 

 

Naître là   et puis    passer 

ici-bas 

N'être plus 

que tumulus  défait 

porte -  croix

Le vieil  aître abandonné en aura perdu  la trace

 

Par-delà le souvenir       la liturgie  des vivants

que les  ifs dolents  balaient  dans le ciel mutique

avoir été   une fois      déjà 

l'artisan d'un penser    fidèle et vrai

en partance

 

A   corps défendant

à corps   endurant   et  à cris

   dont les limites      les  échos    ahanent

 et qui    à la mer   s'abandonne

J'arrive   tout esprit

en comblant  l'es -  sens ( ce ) 

 

Pèlerins du silence   vont     les maux

depuis  mes lointains rivages 

Qu'importe la  distance 

 le temps 

Au grand dam  de la camarde 

que notre rendez-vous 

me soit magistralement  manqué

contremandé

 

Et si d'aventure     l'évidence 

sonne comme un rappel à l'ordre  établi

enjoint promptement  à naufrager

que j'acte  

en quelques folles  apothéoses 

le terminal  de la durée    des  vaines contingences

 

Le bout de la route

s'annonce   Nouveau départ 

L'Inconnaissance fébrile  de l'imminent

ne conclut point le récit  

mais délivre

comme une hypothèse  largue les amarres

 

Il est des ressources insoupçonnées

déraisonnées

à l'orée de saines  dénégations

je veux dire de la poésie

 aux  sillages   souverains et rebelles

des Illuminations

 

J'égrainerai

l' Eau-Delà  des vagues 

la mémoire de la mer  lustrale

où le  Grand Tout ensemence 

la terre promise  de nuages et de rêves

à jamais inassouvis

 

Et comme l'annonce un certain Marin

Joël

voilà que se profilent  cent vingt années

de noces et de traversées

à l'être duel   co-naissant  aux mondes libres 

de l'Amour 

Eros   Agapé    Storgê et     Philia

 

 

...

 

- MARIN - 

Le Bout de la Route 

06 Juillet 2020 / En cours

2 ème Ecriture, d'après la nuit

le 07 Juillet 2020

 

__________________________________

Posté par marin56 à 02:13:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

LA SYMPHONIE DU VIVANT !...

 

 

JO_L_DE_ROSNAY_

 

 

 

JOËL DE ROSNAY  

 

 

_______________________________________

CHANT LAKOTA ! ...

 

RED__WING__DAKOTAS_SIOUX___

 

 RED WING   / Lakotas Sioux 

!

 Magnifique  chant  Indiens LAKOTA ! Il est rassurant de constater combien les jeunes générations s'emparent, avant qu'il ne soit trop tard, de ces trésors  patrimonistiques. Ils nous disent combien la diversité des peuples en sursis est fondamentale pour la paix, la sérénité, l'humanité, la prospérité. 

Le chant  vole comme il  voit  plus loin que l'horizon, au-delà des mots, il consacre la pensée et la soumet au Ciel

 

 

__________________________________________

Posté par marin56 à 11:55:04 AM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

VERTIGE KITESURF VAGUE ! ...

 

PIER__KITESURFING_PUNTA_TESTARELLA__2A__GRAND_SUD_CORSE_

 

« J’ai soif de cette eau-là née de la marche sous les étoiles, du chant de la poulie, de l’effort de mes bras » 

Le Petit Prince / Antoine de St-Exupery 

 

PIER_IVRESSE__DE_L_ALTITUDE_

PHOTOS / PIER CORSICA KITEBOARDING   

- 20169 - Corse du Sud  -

 

***

 

 

 

 

Qu'il me soit  loisible et plaisant de remercier

Pier / Corsica Kiteboarding 2a -20169 Bonifacio

à l'occasion de cet article. Ses photos auront tout naturellement  initié et motivé  les lignes que voici. Encore une fois, le partage est à l'honneur, trace de beaux sillages. Images splendides et fortes en émotion : l'univers de la Mer, à partager

***

 

Il est des scènes  et des tableaux que seuls, rêves et songes,  composent à l'orée d'un jour nouveau. Qu'il me  soit ainsi donné l'occasion d'accompagner humblement  ces moments de clarté, cette moire et ces vagues  é-mouvantes, à l'orée du vertige.

A  l'instant même où ces lettres et ces mots transitent par les touches du clavier de l'ordinateur, j'ai sous les yeux un tryptique onirique, ce que la boîte à images  désormais délivre,  tel un secret, une énigme, une curiosité numérique qui interpelle et  pose  quelques questions. Je les  laisserai  sans réponse !.

D'entre la toile de maître, une épreuve  du 7 ème art, le cliché d'un photographe averti, au-delà de l'émotion,   que choisir qui nous rapproche vraiment de la réalité, à l'instantané d'une rencontre, de cette éclosion marine effleurant le  présent, qui ne saurait manquer à la fusion, à l'appel  des éléments ? 

Il y a là toute une suite espérée  d'évènements, une attente fébrile qui  honorent, qui soulignent la vague comme les acteurs  se prêtent aux jeux de l'extrême aventure.  Une composition que la plénitude et la complètude du paysage marin  eussent espérées, afin qu'il en  fût révélé, au-delà du geste parfait, allant à la semblance du vent, des nuages, de la houle massive.

Troisème - oeil, caméra embarquée, engin volant  et furtif  susceptibles  de traquer  la fulgurance de l'instant :  qui peut nous  en révéler la vire opportune, la lice suprême, la source d'une vision venue des ciels que Puffins Cendrés, Goélands et Sternes partagent, indéfiniment, inlassablement. 

Retour au pays de Nils,  vers l'imaginaire des plus jeunes années lumières,  où l'être fuse et avale les miles,  les distances tout en commandant  à  son aile, à la grande migration des âmes. Et si elle avait été dotée de cet oeil magique, allant, au gré des  orbes et des ellipses cueillir les plus belles images, ouvrir les plus belles fenêtres de ciels  que liens et entrelacs, ballet  aérien,  eussent enlacés  ? 

A ces vues  sublimées :   ces quelques lignes  de prose poétique que l'Île de Corse réfugie, avec   toute la solennité des grands espaces. Puissé-je ne point démériter en cet exercice difficile ; il se veut littéraire mais ne le peut !  Y tendre, humblement ...

Pier navigue seul, dessine, souligne  un champ de vagues magnifique. Leçons  de choses, plain-azur où la passion joue une parfaite partition, se livre à la pantomime éthérée  dont rêvent aussi les dauphins.  Quelle envergure l'aile confère à ce théâtre naturel en brassant  ainsi les airs, en cette heure tardée ! 

La magie virtuelle opère. Qui l'eût cru, il y a  quelques  années  ? Le temps n'est plus  que dessein intemporel. Être abandonne à la vague l'empreinte et le sillage intuitifs  d'une pensée. Que l'intention en soit comblée.

Ainsi de  l'espérance, de l'expérience extra-sensorielle vécue en mer, à bord du coup de vent, portées par  les houles lointaines qui vont et croisent en  chemin, le numineux  du voyage à travers les mondes  du marin.

 

- MARIN - 

Prose Marine Île de Corse

Merci Pier de m'avoir ainsi fait voyager  plus haut et plus loin que tous les avions ...! Je fus à bord de ces rêves  désormais transcrits. De l'image à l'écriture, nous partageons, nous poursuivons toutes et tous un fabuleux   dessein

 

 

MOIRE__VERTIGE__ALTITUDE_VOL__VAGUE_PIER__KITESURF_

 

 

_____________________________________

 

 

 


VERS UNE ECOLOGIE POLITIQUE / SUITE !...

 

 

BOULEVERSEMENTS_EN_MEDITERRANEE_

 

 

 

Îlôts de  chaleurs, Zones Marines Mortes, Canicules, Situations de Blocages Météorologiques récurrentes, régulières, de plus en plus longues, pollutions, réchauffements alarmants, la Méditerranée est condamnée par les politiques actuelles, à tous les niveaux et sphères d'influences et de prégnances sur le Milieu. Les experts annoncent entre 3.8 ° C  à près de 7 ° C d'élévation des températures moyennes autour  et au-dessus de la Grande Bleue. Les conséquences catastrophiques, d'ordre thermodynamique,  sont à craindre, à prévoir.  L'Etat maintient le cap des excès, de l'inconscience et de la précipitation saisonnière des masses. Une stratégie, un modèle  de société bloquée, vouée au déclin, à la décadence, à l'accident Climatique Majeur

!

 

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/climatologie-mediterranee-va-subir-plein-fouet-rechauffement-climatique-6624/

 

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/changement-climatique-150-ans-rechauffement-climatique-anthropique-ont-balaye-6500-ans-refroidissement-naturel-59424/

 

A la lecture de ces grandes lignes de fond, l'on est porté à s'inquiéter  de l'infférence de l'état, de son inclination à ignorer comme à mépriser le travail de recherche colossal mené par nos scientifiques, l'intelligence artificielles, les modélisations mathématiques  fiables de nos ordinateurs.  La chienlit a la vie dure. Les rapaces  s'accrochent à leurs proies : la populace qu'ils mènent de mains de maîtres incontestés vers le chaos, l'entropie aggravée, le déclin et la décadence.  L'Ecologie politique fait du chemin, remonte la pente et le fossé creusés par les grands affairistes et les lobbies. Le politique, frileux, timoré, empêtré jusqu'au cou dans les  marchés glauques et juteux persiste et signe : développement, croissance, surproduction, surconsommation, pillage des ressources terrestres et marines, énergies sales, sans aucune entrave, retenue, limite, scrupule. " Après nous la sécheresse, l'aridité, le déluge, l'enfer des canicules et des extrêmes climatiques " ! 

Il est grand temps de déménager ces pantins qui  font de l'écologie une politique de bas étage, circonstanciée, subsidiaire, le dernier strapontin d'un aréopage zélé mais inefficace, inconscient, insultant, révoltant. L'avenir appartient à ce  que l'on pourrait  et devrait nommer  : " Insurrection des Consciences " ! L'acception vient de Pierre RABHI, sage et précurseur, passeur éclairé  qui voit dans l'avenir des technocrates et des dominants un enfer se profiler. 

Or rien de tout ce qui aujourd'hui peut être produit ne doit échapper au cahier des charges drastiques, propre, durable, vert, éco-logique, éco-responsable. De l'émission des déchets au pillage des ressources, la mise et la donne condamnent le futur. Vient  un temps, une époque  des quels l'homme e pourra plus se défaire, se libérer. Un cloaque, un enfer de nécessités et de besoins vitaux puis, meurtriers, brutaux, violents, abandonnant l'humanités aux affres de l'iniquité, de la cruauté, de la prégnance militaire et  belliqueuse. L'espace vital est menacé, affaibli, appauvri. Les  excédents de chaleurs que l'anthropocène émet nous seront à court terme fatals. 

A nous de jouer dans la cour des grands et de les sortir  par toutes les voies  et  les voix rebelles du refus et l'exclusion. 2030 ! Il sera bien trop tard ... Le temps fuse, nous échappe alors que forfaits, forfaitures, crimes contre le vivant, écocide atteignent des sommets, plus insidieux et cruels  que les guerres

CORSICA...GO56

 

 

 

____________________________________________

GUERRE ET PAIX ! ...

 

AGHJA REVELATA

" En prenant soin de la nature, on prend soin de l'humain, tout est relié  "

Pierre RABHI 

En un mot, l'esthétique désigne la perception du sensible et la saisie du beau parce que  les cultivateurs, les prêtres, les juristes ..., tous ceux  dont la sapience et la sagacité ont construit  longuement l'espace paysager du visible, du tangible, de la peine audible et de l'odorant ont voulu, avec goût, qu'émane de lui cette nuée subtile.

De son bruit furieux, la guerre, inversement, l'efface et la détruit ;  tout paysage dévasté révèle donc un conflit, ouvert ou latent ; quelles horribles hostilités, inavouées par l'économie, manifestent donc la désagrégation et la ruine de nos paysages agricoles, naguère sereins, plongés aujourd'hui sous les ordures vulgaires du bruit, de l'écriture et de la puanteur ? 

Si la beauté  respire la paix, la laideur signe la violence. Ignobles, l'industrie et la recherche tuent l'agriculture, ce cénotaphe de la beauté

.

 

Michel SERRES 

Adichats ( Adieu )  _  Retour au Pays 

Éditions Le Pommier - Page / 55 - 56 ( 2020 ) 

 

______________________________

Posté par marin56 à 09:17:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

2A / 2B CORSICAN WINDSURFERS ! ...

CED_DAUDON_PUSHLOOP_TRIBORD__TESTARELLA_

 Cedric  sur Testarella 

 

LE LIEN CANALBLOG

 

 http://marin56.canalblog.com/albums/les_potes__windsurfers_de_corse_/index.html

 

A regarder sur PC Recommandé ! En bas de chaque Photo, une légende, et un commentaire nominatifs, que vous retrouverez sur l'Album Facebook.

Mode Diaporama / Laisser charger la photo et voyager, du début vers la fin de l'Album, cela en vaut la peine. Je double donc cet Album  sur la  FACEBOOK ! A vous de jouer. En ouvrant les 2 Liens  dans 2 onglets différents =  Musique en Plus, elles datent mais je les aime,  qui vont bien  avec le FUN

 

 

***

Je remercie tous les Windsurfers  Insulaires de s'être généreusement prétés  au jeu du lien, du partage et de l'amitié en réseau ... Cet Album Photos vous réunit à l'exception, hélas ! de ceux qui ne nous ont pas encore  contactés. L'Album demeure désormais ouvert et s'offre bien naturellement aux nouveaux entrants, aux volontaires, à celles et ceux qui désireraient faire partie de ce voyage amical. Il est bon de  se re-connaître, de poser un nom, un visage sur une image, un move, un moment de mer que l'on partage toutes et tous intensément.

Habitant ou ayant vécu  sur l'Île de Corse, personne de la Diaspora.

Je remercie Claude GOURDON pour  les nombreux clichés  que j'aurai utilisés, concernant les Windsurfers de Balagna et de Haute-Corse, notamment : de splendides vues, saisies au top instant ! 

Que vous soyez  épris de vitesse pure, de grande distance, de course  et de régate, de freestyle, de vagues ou de raid windsurf lointain, de Solo  extrême, professsionnel local  dans le secteur de l'enseigmenent du Windsurf,  soyez donc les bienvenus à bord  de ce petit espace affichant  nos délires  et nos folies.

Le confinement nous aura  rapprochés de la NATURE. Elle nous fut interdite, durant de longues semaines. Nous craignions qu'elle nous manquât, plus longtemps ; angoisses,  déséquilibres, très certainement. Pour témoins, ces longs et obstinants appels vers  les élus que d'aucuns auront répétés, afin de revenir  sur les flots.

Ne m'en voulez pas si d'aventure  nous avons oublié des personnes, des passionnés de glisse sur planche à voile ! Il vous suffit de nous  contacter et de nous  proposer quelques vues de vous. Elles seront immédiatement intégrées.

UN ALBUM DESORMAIS  DYNAMIQUE ET OUVERT 

 

Certainement ! Les photos ne sont  pas inamovibles, définitives. Si vous décidez d'en changer, de les remplacer, ne plus hésiter et nous les  faire parvenir. On mettra à jour, de suite, avec vos recommandations. La communication sert à cela, notamment par le biais des nouvelles technologies, des réseaux. 

Je n'ai pas trouvé le moyen de sonoriser l'Album sur le Site / Blog CORSICA...GO56 ni  celui  hébergé sur notre profil Facebook. Quelqu'un aurait -il une idée, un moyen de le faire ?  Lancer un Diaporama en musique : c'est plus sympa ! 

Si vous avez des PROPOSITIONS  sur le sujet, n'hésitez pas,  soumettez, nous entrerons aussitôt en contact pour  y travailler, ensemble. 

Figurant  à la fois sur Facebook et sur le Site / Blog Corsica...Go56, il  sera possible de visionner  cet album insulaire tout en ouvrant  l'un des 2 Liens ou les deux  ensemble.

Je joins  ici un fond sonore, deux plages musicales ; ouvrir donc  les 2  sources, dans deux onglets différents  et  actionner le fichier son en même temps que le diaporamma  ! 

Cette petite expérience reste riche et très agréable à mener. Je pense  qu'elle sera à la fois utile  et gratifiante pour toutes et tous. Nous vous souhaitons un bon moment à partager entre  Amies ( s ) ...

Si peu d'Amies !  Que je le déplore, mais rien n'est définitif, la grande porte de l'azur est ouverte ...

Enfin, puisse ce plateau, ce florilège  de vues constituer un potentiel d'actions dont nous pourrions  déterminer  objectifs et finalités, le cas échéant, pour les jeunes générations 

CORSICA...GO56

- MARIN - 

Contribution pour le Windsurf Insulaire

 

OUVREZ DONC AU CHOIX L'UN DE CES 3 CLIPS  ET L'ALBUM PHOTO SUR FACEBOOK  / 

 

2 ONGLETS DIFFÉRENTS 

SONORISER 

Même principe pour d'autres choix musicaux

 

 

______________________________________________

PÈRE STEPHEN FAURE ! ... UN PASSEUR

ANGE_PUFFIN_ET_MARIN__RENCONTRE_

 

 

Un Écrit chargé, habité, aussi profond et bleu que le silence de la Mer. Oui, Yan, cette attention me touche en plein coeur, moi qui ai traversé les heures, les années, les nuits  sombres de la folie réactionnelle ! Merci pour ces merveilleuses en - volées, Père Stéphen Faure et, Yan, pour ce Partage, qui  me conforte ; splendide choix. Que je découvre à toujours ces rivages où révélation et aventure se marient ... 

 

Tout d'abord, merci Yan. Un texte, des mots, des envolées qui touchent le coeur de la Mer, le silence bleu céruléen de la plus profonde des solitudes à laquelle se confier. Un aller - retour translucide entre mon " Eau-Delà " et tout ce qui pourrait l'animer ; cette part de mystère et de vérité à la Foi ! Magistral écrit. Émotion, rappel, non à l'ordre des choses mais comme un appel de l'inconnu, du temps des rêves où le jeu et la mort convolent, histoire de renouer avec de vieux Messages. Nous ne saurions être seuls, dériver sans but à travers le vaste espace sidéral. Donner un sens à ces Chemins de Vérité que nous empruntons, pour leur clarté et leur innocence pacifique

!

MARIN

Samedi 2 mai 2020
( Hein ? Quoi ? Le 2 mai ? )
Freeride.
« Avis de grand frais à coup de vent. » C’est mon bulletin météo préféré. L’hiver, c’est froid, aujourd’hui c’est très doux. Depuis plusieurs jours, le vent souffle fort et l’Almanarre me manque. Si je pouvais, je chargerais mon matériel dans la voiture et filerais dans ce vestige du monde sauvage. Cette ruine de l’Eden qui m’en jette plein la vue n’est qu’à une vingtaine de minutes du presbytère. Bientôt, bientôt…
Le windsurf est ma plus vieille passion. Cette camaraderie date d’avant les livres. Etre prêtre au pays du mistral n’est certes pas donné à tout le monde. Naviguer à toute blinde (peut-être de blindé, ivre) dans la fluorescence des couleurs varoises est un cadeau inestimable. De même que planer sous des cieux sombres inondant le littoral de teintes larmoyantes, quand à basse altitude se bousculent des nuages aux gueules de pirates.
Dompter la mer, attraper le vent, sentir la force plein son corps et la joie plein la tête, ivre d’embruns et de rafales : quand le Père céleste vous offre le manège, il ne fait pas semblant. Merci pour mon sang chargé d’adrénaline, et pour l’impression grisante que chaque goutte d’eau est alors saturée d’un éclair ! Après une session d’où je sors lessivé, je sais le Père souriant ; on a bien joué et je devine qu’il s’est senti une fois de plus obligé de retenir sa puissance. Heureusement.
J’espère que l’Esprit souffle dans mon cœur comme le vent dans mes voiles. J’ai souvent vu le vent se lever le 15 août sur le golfe du Valinco, et plisser le lourd manteau outremer tacheté d’hermine. Sans doute en l’honneur de Marie, et pour la folle joie de quelques-uns de ces chers fils impatients… L’Esprit ne souffle nulle part plus fort que dans son Cœur et les voiles de la Vierge sont de loin les plus beaux. Marie s’en est allée par Assomption.
Etonnante la place qu’occupent les récits de navigation et les détails concernant l’accastillage dans le livre des Actes des Apôtres. A croire que saint Luc n’était pas médecin mais marin. Sans doute est-ce pour nous apprendre ô combien l’Eglise se doit à l’Esprit et combien la mission est dépendance et docilité au Souffle divin. En temps de paix comme au milieu des forces hostiles. Vous pouvez dire et faire ce que vous voulez, c’est le Vent qui commande. Le meilleur windsurfer du monde ne peut rien faire sans air ; il lui faut ce chahut de la mer et du vent.
« L’Esprit souffle où il veut et tu entends sa voix » (Jn 3, 8) ; prendre le vent, ça s’apprend.
Les gréements sont les étendards de la liberté. Toute voile nous appelle : « Sortez ! Voguez hors des sentiers connus ! Allez où le Ciel en soufflant vous pousse ! »
« C’est le Seigneur qui conduit les pas de l’homme ; comment l’homme connaîtrait-il son chemin ? » (Pr 20, 24)
Les fils du Vent lui ressemblent. Ils sont libres comme lui, ils sont donc originaux. A vrai dire, ceux sont les seul.es à l’être vraiment. Aucune étiquette ne tient, aucun schéma ne les emprisonne. On voudrait qu’ils s’assoient là gentiment, dans la cage, mais on ne retient pas ce qui a l’air d’un violent coup de vent derrière l'idiotie des barreaux. Non, on ne met pas le mistral en boîte. Par contre, chacun peut lui fermer ses fenêtres.
Les fils du Vent parlent haut mais ils restent longuement silencieux.
A celui-celle qui se donne à lui en bloc, Dieu se livre à l’état sauvage.
Almanarre, attends-moi. Aspettami Corsica.
Chère Pentecôte, de toute mon âme je t’espère.
 
!
Père STEPHEN 
MERCI 
 
!
________________________________________

INFINIMENT BLEU ! ...

 

METAMORPHIQUE_

 

La mer        le temps 

longuement ondoient 

allant  l'amble des figements de la terre métamorphique

Les rochers pensent 

en fabulant Rodin 

 

J'en perçois lointainement  la scansion 

comme l'être aux mondes 

les palpitations        les envolées 

d'un vaste poème 

au Grand Bleu

 

J'aurai confié   mon âme 

aux champs des baleines

un jour 

l'espace d'un éclair

depuis tant  d'années lumières 

 

Par les solitudes   les grands espaces 

qui inspirent    qui  préservent 

 le  souffle 

la vie

je me rends  

sans l'ombre d'un doute

 

Il est quelque part 

ailleurs

un au-delà de nous  duel  

profondément bipolaire

et fou

 un plain-chant

recouvré 

 

 

- MARIN -  

Alpha Lyrae

En Cours, sur la Longue Route, Eau-Delà 

 

 

A__GIRAGLIA__LONGUE_DISTANCE_

 

 

____________________________________

 

 

Posté par marin56 à 08:35:00 PM - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,