Corsica...Go56

DE L'ESPACE- TEMPS !...

 

 

GRANDS_ESPACES

 

Petit pan d'univers, exoplanète, île,  écueil, tombant, folie : qu'importe ! Mais au-delà de la foultitude amassée, de l'usage décati, de la durée tyranique, rêver l'espace-temps des origines, y tendre vers la délivrance.

UN_PAN_D_UNIVERS_

 

 

Pourquoi faudrait-il que le tyran du corps nous absente un jour, sans lendemain,  des grands espaces prémonitoires ?...

Vienne la  pensée qu'ils  ouvragent  et parfont  au-delà de la raison raisonnante.

La musique que les  mots solfient, la lumière  en images que les sens  déclinent, autant de   frissons qui  fabulent l'âme,  l'esquissent à l'orée du grand bond vers l'inconnu !

Et de  s'élever par les airs et les cimes allégoriques où le temps a déjà suspendu le vol du poète, égaré les dérives  sibyllines des alcools maudits ...

J'ai dans le regard qui vague  un parfum d'iris éminnement bleu. Songes de nous  apaisants que la rafale emporte au-delà de tout.

Devine ! 

Nulle part ailleurs que dans les limbes de l'indéterminé, comme si nous  avions été  depuis toujours, de passage ici-bas, avant que  de reprendre la route sidérale des étoiles et des Lunes rouge-sang énigmatiques,  en toute liberté...

Aux côtés des cônes, des arabesques, des prismes  de lumières astrales féeriques, ouvrés de vérités et de rêves

que l'océan qui allège, qui abîme, qui fulgure  en son Eau-Delà d'espérances et de bontés,   recouvre ses desseins originels et pacifiques,  oscille entre découvrance et remembrance ...

 

- MARIN - 

Fragments

Posté par marin56 à 07:32:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


SURF UN SI BEAU VOYAGE !...

 

TRIP_SURF_ALASKA__2019

 

 

 

Des images,  un film superbes qui  voudraient bien nous  faire accroire à  l'irréalité du réchauffement et du dérèglement climatiques !

Et si cela pouvait être vrai !...

Des vues du bout du monde qu'une musique Folk - Country emmène au fil de l'eau, des glaces, des vagues.

Paysages somptueux qui défilent  sur fonds de hautes montagnes blanches que l'astre de vie colore et safrane sans fin,   que l'on croyait éternels !

Des vagues aussi froides que denses parce que renaissant et dansant   à la limite de la fusion thermique, allant entre  fluidité et transes des nues, métamorphosées en fées des eaux hiémales...

On n'y verra certainement pas pousser de verrues urbaines et industrielles et, pourtant, l'Alaska connaît son lot  tragique de défigurations et d'atteintes capitales à la terre des hautes latitudes...

Moments d'aventures et de fraternité, de jeux  pour grands enfants  où s'entremêlent autant de talents que ces lieux magiques  en espéraient de la présence de ces hommes vrais et pacifiques.

Instants d'éternité, parfois,  tant les cirques et les fjords révèlent de majesté, de solennité, d'urgences aux pieds  des glaciers sur le point de vêler ...

N'hésitez surtout pas, leur laisser un message pour ce très beau partage

!

CORSICA...GO56

 

 

Posté par marin56 à 06:11:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

ENTRE CITATION ET MESSAGE ! ...

PHOTO_FABIEN_ST_QUAI_PORTRIEUX_

 

Nul ne peut se sentir à la fois responsable et désespéré 

A. de St-EXUPERY 

 

Antoine de St-Exupery nous rejoint encore une fois, ici, sur cet  espace inclassable où l'on pense très sincèrement, avec espoir, qu'une autre  fin du monde est  encore possible

Parce que nous allons droits dans le mur infranchissable de  la démesure, de l'excès,  le culte du chiffre ; point de non retour en vue, sur fonds de pantalonnades politiques...

Il s'agit plus que jamais de vivre, d'ores et déjà, l'effondrement d'une grille de Civilisation à la fois meurtrière et novatrice, hélas asservie aux rouages de la société dite bloquée où l'acteur et le système tournent à plein régime, pilotée par les conservateurs et les dépositaires des hautes commandes de plus en plus coupés du reste des mondes en sursis.

 

" Quand tu veux construire un bateau, ne commence pas par rassembler du bois, couper des planches et distribuer du travail, mais réveille au  sein des hommes le désir  de mer grande et belle " .

A. de St-EXUPERY 

 

C'est sur cette magnifique pensée, pleine de coeur,  que nous fermons cette page sur les super-structures froides d'un monde mondialisé  à la dérive de ses certitudes  qui sabotent le vaisseau

DÉBAT ET GILETS JAUNES !...

 

 

temps_modernes_chaplin

Les temps modernes !   Charlie Chaplin, visionnaire, en son temps ! Que l'on se remémore aussi  les tirades  du Film d'Yves Robert, La Guerre des Boutons, une oeuvre éminement  réaliste qui faisaient déjà  plus que dans le vrai social ...

Le Peuple est asservi,  aux rouages d'un  système financier  qui aura plongé en esclavage des millions de sujets, de citoyens, de travailleurs, de déshérités de la société, d'exclus. Le Gouvernement et le Medef ne sont là que pour en assurer la détestable pérennité, usant de la force contre ses électeurs, inexpugnables gardiens du Temple Euro...

C'est cet ordre établi par l'argent,  séculaire et dictatorial, qu'il convient de renverser. L'insurrection des consciences est  bien en marche, pour le meilleur !

Un certain  a même affirmé que cela était une  "  Chance pour la France " !... 

 

UN CONTEXTE QUI NE TROMPE PERSONNE

 

26 personnes  dans le monde détiennent  plus de 50 % des richesses de  la moitié la plus pauvre de  l'humanité ! 

26 Milliardaires se sont  enrichis à hauteur de 2.5 Milliards d'Euro par JOUR dans le monde  !

Les entreprises du CAC 40 ont fait plus de bénéfices, ont payé moins d'impôts entre 2010 et 2017... Les dividendes explosent ! L'euro n'aura jamais autant généré de richesses et de profits non redistribués. La France caracole sur une vague de taxes inégalées en Europe, navigue en eaux troubles, cogne sur son peuple ! 

Le FMI pleure  et se lamente de la baisse  sensible de la croissance mondiale 

Jamais les écarts entre les pauvres et les riches ne se seront autant creusés 

!

On attend l'application des taxes sur les GAFA et non  des bribes ! On prélève par contre   les petites gens sur le champ, ça rapporte vite et gros ! Une honte ...

300 Milliards d'euro foutent le camp de France via l'évasion fiscale ! Il y a de l'argent. Que fait l'Etat ? Rien... Sans doute  que les grands ténors  de la finance usurpée assoient leurs bases et coulent leurs fondations  sur le politiquement correct en col blanc et l'institution de Bercy complaisante.

En attendant, la colère, l'exaspération, la désespérance montent sur fonds d'impositions et de sur-taxes  pléthoriques, d'injustices, de violences policières.

Un horizon barré pour le peuple témoigne de  manipulations technocratiques  et de basses politiques  ostentatoires qui ne font plus aucun doute.

Il est impératif de recentrer  et de cadrer  justement les débats sur les revendications urgentes, prioritaires, les plus  en vues et majoritaires des Gilets Jaunes, tout en y associant les projets d'évolutions sociétales et institutionnels  qui intéressent la société française, les catégories socio-professionnelles dans leur ensemble.

Que la presse cesse de focaliser le mouvement des GJ sur les épiphénomènes  violents qui leurs sont étrangers, sur le détail de l'évènementiel  qui meuble lamentablement  les JT,  cet événementiel dont on connaît aujourd'hui les causes réelles et dont il ne faut surtout pas ramener aux calendes  le panel de solutions adéquates, tout en chargeant les prédécesseurs élyséens qui continuent de se palper des millions d'Euro par an.

Mais informer, lever le volie sur la précarité, la misère, les mois de galères à survivre pour aller bosser, cumuler mille petits boulots, sans autre persepectives  que de stresser chaque jours, de s'effondrer, de trimer comme un esclave,  à perpétuité, selon la sacro-sainte statistique qui prétend que l'on vit tous plus vieux... L'arnaque est unilatérale, totale et le rapt, le vol sur la liberté deviennent  insupportables 

 

COMMUNICATION HABILE ET OPPORTUNISTE

 

La crise des Gilets Jaunes vient d'être sournoisement récupérée en qualité d'aubaine et de"  chance  " pour la France par un gouvernement aux abois,  obéissant à  une boulimie de réformes tout azimut allant  à l'encontre des attentes du peuple Français, au coeur même  de ses  classes dites moyennes, des travailleurs, des minima sociaux et bien évidemment de la population retraitée de plus en plus nombreuse.

Il ne faut pas se tromper de sujet et de contexte ! Le grand débat ne saurait s'arroger les horizons du Mouvement Gilets Jaunes sur lequel l'état à frappé à bâtons rompus, blessant les foules de  manifestants, ( 40 blessés graves ), arguant du fait qu'on ne " faisait pas d'omelette sans casser des oeufs " , paroles malheureuses qui nous ramènent au temps du SAC de Charles PASQUA, un homme qui aura semé le trouble et l'engeance détestable qui prévaut désormais  Place Beauvau.

L'EQUILIBRE DE LA TERREUR POUR DIALOGUE 

Après tout,  aligner une personne au Flasball,  tabasser une femme à terre, en réunion,  en livrées , une vieille personne, aux risques avérés de  tuer, ce n'est rien, car cela permet d'éviter le pire du côtés des débordements potentiels. Avec Luc Ferry, " l'homme-dieu " à deux balles,  CASTAGNE fait  la paire ; ils évoluent sur la même longueur d'ondes ! Soit, on dit qu'ils prônent  l'équilibre de la terreur, ce principe qui permettrait d'éviter la con-flagration  nucléaire quand des centaines de conflits locaux assassinent et massacrent dans le monde, tout autant,   avec les armes vendues par nos affairistes élus  et patentés... Nos forces de l'ordre auraient fait fort en évitant le pire, en emportant un oeil par ci, en envoyant dans le coma par là, en arrachant des mains, etc ... ! Bel exemple de  dialogue durant des semaines dans un mutisme  présidentiel méprisant.

MANOEUVRES 

Toujours est-il que le Mouvement  des Gilets Jaunes perdure, gagne en crédibilité, remonte dans les indices d'opinions favorables. Les doléances demeurent plus  légitimes et comprises. Il  convient de ne pas les noyer dans un fatras de dossiers et de  manoeuvres pilotés  par Matignon, Bercy, l'Elysée, bien sûr. Des orientations et une brèche  inespérées justement  manipulées afin de ravir  le Leadership aux Gilets Jaunes, détourner des  revendications essentielles : le Pouvoir d'achat, les Taxes, les Retraités, les Minima Sociaux, la Médecine et les services de proximité en milieu rural.

Le Président, parti  en campagne, se lâche  à travers un exercice de style rodé, rompu aux exigences de la Communication parfaitement  huilée, travaillée et destinée à faire de l'audimat, voire donner dans le spectacle. Entre les députés en marche qui s'écoutent parler et le grand oral, il y a de quoi  relire  dans les faits le  Prince de Machiavel

La presse s'engouffre avec une facilité déconcertante, louant les performances, l'énergie, les marathons  du mentor et  du harangueur des foules.

 

LA SITUATION PARADOXALE 

 

Il est  aux premières loges, un comble, après avoir affiché mépris, silence, propos humiliants, instauré le chaos en temporisant au terme d'une si longue attente !  Le voilà désormais  au hit-parade, en haut de l'affiche, propulsé par les  journalistes, la presse, les émissions TV... Incompréhensible, comme si les talents du technocrate dans l'exercice de la duperie devaient grimer, la chemise blanche ouverte et mouillée, l'essentiel  des mots d'ordres des Gilets Jaunes ... Usurpateur,  opportuniste, très habile, entre la larme à l'oeil  et le vocabulaire branché, il n'y a que les sots pour se laisser séduire et duper ! Et pourtant, ne voit - on pas  la péninsule sur la face  de Cyrano ? 

Quant au temps de parole du magister zélé, il est ce que l'on mesure et évalue  chez l'enseignant  afin  de valider  ses capacités à s'effacer devant  l'apprenant, lui laissant toute latitude de créer, d'innover, d'explorer, de construire un savoir interactif et transversal porteur de progrès. Mais lors du grand débat, le petit " YaKa " monopolise, instruit son petit monde et  le remodèle à sa guise, la mine soit contrite soit ravie de lui-même, passé maître dans l'art de la rhétorique, du discours officiel, de l'exorde de ses harangues  nourries ! 

Cela, le petit  " YaKa " sait faire, attention ! 

Via les Maires, leçons de conduite, comme s'ils n'avaient  jamais initié  et expérimenté les rouages de la Démocratie participative, incitative, décentralisée, sur le terrain et le front des coupes réglées financières, du discrédit, de la démotivation générale !  Après avoir été réduits  à la plus simple expression de l'exécutant gérant la pénurie, voilà que les maires, aisément  enjôlés,  se répandent en condescendances, en  applaudissements aux pieds de Jupiter le  petit...

Les Gilets Jaunes se voient déjà dépossédés de leurs appels et sursauts  légitimes ; non seulement les contenus ne sont plus mais ils s'étiolent face  au raz-de-marée des thèmes et des items destinés à être débattus dans la grand messe  et la curée politico-technocratique de masse.

SE BATTRE CONTRE DES MOULINS A VENT

Il ne restera rien des  cahiers de doléances, des débats ; tout au plus  des scories, des bribes dont les sujets non aboutis, contrôlés, censurés ne déboucheront que sur des mesures cadrées, formatées,  applicables au cas par cas, contrôlées par la métrique intransigeante de l'informatique et du code statistique uniformisant, nivelant le propos et l'urgence  des souhaits de vivre enfin mieux.

Gilets Jaunes, vigilance, les techniques d'enfumage ont fait leurs preuves sur les abeilles dans la ruche... Ne vous laissez plus manipuler, dépasser sur votre droite, ne lâchez rien de vos  revendications originelles et tellement légitimes.

L'acte présidentiel  est en passe de gommer d'un revers de main les 10 actes si difficilement  organisés, des milliers de nuits passées à veiller, à espérer, à dénoncer, à informer, partout en France.

Que ces 10 Actes amorcent le temps du " Grand Débat " un  sursaut qui vous placent sur le devant de la scène, parce que vous en êtes, quoique l'on dise, les initiateurs, les révélateurs, les catalyseurs dans une société bloquée et fondamentalement injuste.

Il ne s'agit  plus de refaire le Monde  en Marche mais bien  de remporter une victoire historique sur le front du pouvoir d'achat, des ressources  des retraités, des travailleurs, des minima sociaux, des  services  de proximité et de santé publique.

Plus que jamais avec la contestation Gilets  Jaunes ! Recentrez donc le Débat, ne lâchez pas la barre du vaisseau  justice et dignité sociale... Ne  vous laissez ni leurrer, ni enfumer, encore moins manipuler par les techniques  de la concertation  enchâssant ainsi les issues du débat selon les marges que l'état s'est déjà fixées

 

A SUIVRE 

Posté par marin56 à 06:50:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


AU FABLIER !...

 

GROS_TEMPS_

 

 Tutoie  en l'instant - mimésis

selon  toute vraissemblance 

 l'univers des choses sublimées

La mer     dans le  regard  

demeure     saine vacuité 

 

Vers cet ultime point de rencontre 

Croise

 

Deux destins toucheraient ensemble 

aux confins de l'improbable

Au-delà du hasard

de la  nécessité 

 

Parce qu'il en est ainsi       en esprit 

en toute chose et nature 

oscillant entre amour

et beauté 

 

Rien ne les distancent 

n'en viendrait   à bout 

Faisceaux fulgurant   

l'union     le partage

 

L'océan est  pacifique

La vie    éternelle

l'absolu et le temps 

à toujours 

étoilés

 

§ 

 

-  MARIN - 

Fragments 

 

 

GROS_TEMPS__II_

 

 

Posté par marin56 à 01:58:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

INSTANTS D'AILES / KITESURF !...

 

PAT_EOLE_

Agrandir les Fichiers Images  / Rider

PAT - SWELL

 

Il  est des jours sans, des moments  froids et sombres qui  recluent  aux abîmes de l'hiver ! ... Mais il  en est aussi d'autres,  si lumineux, en parfait accord avec les éléments, la saison, l'heure du jour qui s'écoule,  comme  apaisée,  dans le soleil et les vents déclinant vers demain, d'autres ailleurs, quelque part.

 

INSTANT_D__AILES__INSULAIRES

 

Instants d'ailes et de baies profondes à partager  avec les oiseaux de mer, les vieux Puffins. Le  cirque minéral et sa  dune, le  champ ondé  des vagues en ceignent  le vol. Et l'élan  mystérieux  fuse dans le silence éthéré d'un espace-temps à part

!

 

PATPENTE_

 

 

 

CHAPEAU_L_ARTISTE_

 

 

PATCLAK

Courbes  et trajectoires feutrées soulignent inlassablement de  bruissantes nappes d'écume. Les rouleaux, un à un, métronomes, pendules  infaillibles,   affirment en toute clarté, sans aucun doute,  que le temps passe, pétille, absente.

Quoiqu'il advienne, imprévisible, inhabituel, soudain ou comme  alenti, suspendu telle la boule de verre que le souffleur, un moment alchimiste,  s'apprête à ouvrager en guise de légende.  Car ils savent que le temps ordonne, s'accommode du  vide, de la distance, des horizons, accorde en toute circonstance une issue

...

PAT_AERIAL_

 

PATENLAIR

 

Instants figés allant  au gré  du geste précis, opportun. Ainsi du temps, que la respiration et le pouls  rythment, éveillent, prolongent en  l'état de conscience ré-créatif... La beauté s'écrit, s'évoque, se chante et se danse. Il convient d'être deux, passagers, in-temporels, j'ai nommé l'âme et les sens que le corps orchestre ... Que la beauté ne soit  ni grimée  ni masquée ! 

Instants d'ailes ! Puissent-ils  ne jamais  faillir aux attentes de la vague, de la courbe et du galbe  que la trajectoire s'évertue  à souligner pour fonder l'essence d'un jeune sillage !

En phase avec l'onde et son chant, parvenir à la synchronicité qui parfait la gestuelle, une pantomime qui ne saurait  être  réglée, cadrée, répétée, formatée  mais juste,   fruit de l'intuition heureuse, de l'interprétation  de tous les flux de l'énergie magnifique qui,  des vents aux vagues, meuvent les passagers et les migrateurs de l'Azur

!

PAT__ROLLER

 

Ecrire, vaguer en prose, oui ! Sublimer les splendeurs du réel, encore et toujours  :  ne le métitent-elles pas ? c'est un peu et aussi prolonger le vol libre que la motivation et  l'allégeance à l'Azur  autorisent et destinent à tous les   " chercheurs d'absolu "...

Allants pacifiques, instants d'ailes à éployer  au coeur pétillant des vagues de vent, entre houles lointaines  naissant à l'intime des îles, soyez du voyage gestuel, de ces rimes atmosphériques, des silences lointains spiralant  que tombants découpés  et roches mordorées gravent sans fin comme l'on écrit d'un  Eau-Delà un poème à la mer,  disposés que nous sommes  à ravir, à jouer de cette dualité mystique qui émeut  l'être aux mondes vrais

  " MARIN  "  

Prose Marine 

PAT_ON_THE_ROCKS_

 

PAT_VOLANT_

Posté par marin56 à 07:48:00 PM - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

ONDE COSMIQUE !...

 

Christian_Spencer__1_

Photographie 

Christian Spencer

 

 

Comme un instantané   un filigrane de ciels denses 

danse encore la transe cosmique 

Infime  brin de conscience    

que la  mer  réfugie et  emmène     en boucles

d'un bout à l'autre  de l'univers 

Fulgurance

Le temps lâche enfin  prise 

!  

Posté par marin56 à 03:36:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

BRINS DE FOLIE !...

 

 

A_BORD_DE_LA_FOLIE_URIENTI_

 

 

Que n'aurais-je pas été 
encore        plus souvent
réfugié    à bord de la folie      témoin 
de cet univers    sans autre foi ni loi
que l'intuition   la clairvoyance
où le tout vire aux métamorphoses du néant
gravite en silence    seul et si distant
des choses  dévoyées

Redécouvrant  le sens des mots
ceux qui pansent les maux
de l'être à naître et à mourir     ailleurs
Écrins bleutés    émaux
moires turquines et satinées        Quels émois    dis-moi 
Guises inespérées  de  soins perdurables
quand  l'âme implore
l'intime  Azur
au bord du chasme

Que je lui doive les pensées d'un long décours 
comme on jette à la mer     le  dernier  message
une fleur cosmique  pour celui qui était déjà parti
sans aucun espoir de retoucher  terre
Inextinguible  pan de mémoire
bercé sans fin         allant insignifiant 
migrer  en mer au mépris de la vie 

La folie      l'auriez-vous cernée
ces vents et ces vagues déraisonnés
qui se cachent et s'évadent     convolent  en paix
distançant  l'Un - Conscient  du tumulte de la rue
des cloaques  aux artifices tonitruants 
dont l'air et l'époque font si mal aux mondes vrais 

La folie 
confins du rêve       sublime évanescent  
tel le ressac obstiné
se lance contre les brisants et fulgure  
le regard qui se fige
au plus haut des blanches falaises
Vertiges au seuil de la rupture     de la matière
La folie  comme un au-delà   lointainement     naufrage irrévocable de l'éphémère

je vous dirai un jour  le conte de la  folie
le solde que l'absence et le manque abandonnent à la vérité  
le lien coupé  que l'on croyait   à jamais infrangible
et que l'on revêt des vagues atours
des grands espaces    dans les froidures diaphanes 
les instantanés de nos ciels hiémaux 

L'afflublerais-je  jamais  assez
des vertus de la prémonition
Antichambre des possibles   de l'espace-temps  latent
du frisson souverain qui aurait été  ici-bas  bradé
à l'aune du chiffre  de la métrique impitoyable 
souillant  le  jour trans-lucide  
désormais orphelin de la saine folie
et de ses vires hautement  bipolaires 

 

- MARIN - 

A Bord de la Folie  

 

LE TEMPS DE LA WINDSURFER ! ...

 

 

MARIN_WINDSURFER_

 

LE MATOS EST D'ORIGINE  !

Une bonne Deush, ( 1960 - Essuie-glaces à main et compteur latéral ),  le portait sur galerie, ; la Deush qui déviait de sa route, les jours de fort Mistral, sur la nationale, en regagnant Les Lecques. L'auto-radio crachait de maigres décibels, c'était  " The Sound Of Silence  ", les Beatles, les Stones, les  Doors et Breack On Through To The Other Side, The Dark Side Of The Moon  ... Années 70 !

Oui, rien ne revient, tout s'étiole  et fuse à travers  la Voix Lactée ...

Nous découvrions  en fusant sans bruit  sur la mer ces filigranes de soie bleue, instantanés ouatinés, divinement galbés, emportés par les vents d'une Île féerique.

Nous étions  vaisseau, voilier, hauban, safran, mâture, tout à la fois, ivres d'horizons

 

 

Revenons un peu en 1976 ! Erreur sur le cliché,  nous ne sommes pas en 1977 mais bien en 1976 !...

Le Rider qui évolue  sur Windsurfer Strapless, Wishbone et embase Full TECK, sans harnais, au planning, venait de traverser le Valincu, rentrait de Capu Laurosu vers Marinca / I Scodi Neri, de l'autre côté du vaste Golfe.

2 - 3, voire plus,  4 heures de navigation sans qu'il eût été besoin d'inventer le harnais !  Les prothèses bracchiales naturelles, motivées et rompues à l'effort de longue durée,  suffisaient amplement. La brassière  de dériveur tout de même, au cas où, lors d'une traversée aussi courte qu'aléatoire ! 

Ô jeunesse, que ne nous laissais-tu jamais  sans  de saines  sources d'énergies, sans alcool ni autres nuages blancs que ceux des vagues, de l'embrun et des nuages prémonitoires volant  dans un ciel lavé,  alors et encore préservés !...

Une 5.10 M2 en guise de voile monotype que l'on sortait par tous les temps, de la bonne brise au grand frais, avant d'enfiler la fameuse voile - tempête " Chaussade " , - 3.5 M2 et sa si  longue chaussette - qui se montait sans que l'on eût besoin de changer de Wishbone ! L'espar en Teck subvenant aux deux surfaces ...

Un noeud de Boa sur le mât,  - deux demi clés  et,  un tour mort entre,   suffisait  pour étreindre le mât orange et bleu  du quiver  MONOTYPE de l'époque, WINDSURFER,  le gréement de Hoyle SCHWEITZER  !

C'était les années folles, du Wind plein les bras et de l'azur ultramarin à Go-Go...56 !

42 ans nous séparent de ces rivages, là où nous allions plus vite que la lumière et la raison, comme dans un rêve à ciels ouverts descendre de si grosses vagues vers TAVARIA  / PORTIGLIOLU .

- MARIN

A la Recherche du Temps Perdu

 

Aujourd'hui, les Waveriders déchirent la lèvre de Peahi, de Nazaré, de Mavericks et la Musique continue de donner, aussi bonne et aussi lointaine, en avance sur le temps de la survivance

...

ALOHA SOUL - RIDERS 

Il n'est qu'un credo qui vaille et qui soit solennellement  unifié 

Amour - Liberté - Respect de la Vie

N'oublions jamais que nous sommes de passage, ici-bas ! Alors, 

Paix en Esprit 

 

Posté par marin56 à 10:09:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,