Corsica...Go56

CORSE L'EAU CÉLESTE MANNE !...

DSC07335

L'eau  de nos cours d'eau, c'est la mer en devenir, le ciel à portée de la main, une manne céleste. Ne l'oublions jamais. Redonnons vie  à tous les cours d'eau, du ruisseau aux fleuves des embouchures et des rivages lacustres, afin que se développe  et s'épanouisse la Vie, du  végétal à l'homme et aux animaux.

 

Je vous écris depuis  ces lits de torrents dont les vasques reflètent  tous les ciels ; célestielles mannes que  les cours d'eau dévalant des cimes  et chus des étoiles. Une eau pure  et cristalline chantonne entre les rochers, pressée de recouvrer la mer, avant que de  reprendre son envol vers les nuages. Une eau qui abreuve la terre, sans fin, depuis les sources  et les nappes cachées. Une eau, sève de la terre et des arbres merveilleux qu'elle abreuve !...

Quels mystères président au miracle de l'eau ? Du rus au ruisseau,  du torrent  au fleuve dont ont aurait souhaité le cours et les berges  immaculés, épargnés, aux lits toujours féeriques  des ondines  et des dryades de nos contes pour enfants, l'eau  évoque la vie...

ÉLUS //   ATTENTION ! 

L'eau  sera à court terme plus précieuse  que les ors noirs, jaunes et blancs  car elle viendra inexorablement à manquer. De cette manne, il faut en préserver  toutes les sources et les épanchements naturels que drainent nos versants...

Chaque cours d'eau répertorié doit recouvrer la physionomie que nos anciens suivaient de très près et  entretenaient ; c'est là un impératif, une obligation pour chaque commune qui ne peut déroger  à ce principe vital majeur. Il  y a toujours quelque chose d'utile et de providentiel à tirer partie de l'eau, des flux naturels qui empruntent ainsi  leurs cours depuis des siècles.

On ne peut imaginer et laisser sales, encombrées, les rives et les profondeurs de TOUS  nos cours d'eau. Les marges de nos saisons se prêtent à un entretien  salutaire et sanitaire. Plus encore en milieu urbain ou péri-urbain, en plaine. Ce sont des endroits privilégiés à nettoyer  et à préserver   afin que l'eau de pluie courent  librement  vers la mer en portant depuis la haute  montagne ce  lot inestimable  de substrats et d'éléments  susceptibles d'habiller nos côtes et nos rivages.

C'est là un point capital qui devrait  justement endiguer les probables ou certaines montées des  eaux de la mer suite aux dérèglements climatiques que nous observons.  

ÉLUS

Réagissez, à tous les niveaux. Les gros barrages ne sont plus la panacée ni d'actualité, de surcroît  sur un petit territoire  comme le nôtre. 

 

DSC07320

Hélas, en aval de maints cours d'eau, les berges de nos cours d'eau majeurs, splendides ont été défigurés, enlaidis,  souillés, détournés, encombrés en dépit  de toute logique, de tout bon sens éco-cytoyen ! Une catastrophe environnementale alors que nous devrions  y trouver des lieux de baignades, une infrastructure touristique parfaitement intégrée, attrayante, valorisant   la fin de vie du  fleuve par le biais de pratiques culturelles adaptées et  propres, d'espaces réserves, etc ...! Mais quels gâchis, ÉLUS , ne trouvez-vous pas ? Puissiez-vous  intervenir  ...?

 

DE POSSIBLES ET NOUVEAUX  MOYENS

 

Si nous devions penser stockage de l'eau, en prévision d'étés  de plus en plus secs et longs,  - d'autant que cette année  2017  semble menaçante quant aux indices pauvres et précoces de pluviométrie  insulaire-,

il convient d'ores et déjà de  concevoir de petites unités de stockage répondant aux besoins locaux :  soit des structures parfaitement intégrées aux cadres naturels et n'impactant en rien le cours physique de l'eau.

 Réalisées à moindres coûts, après études  d'impact sur l'environnement et le paysage, utilisant parfaitement les dessins et les ressources du terrain, de tels équipements permettraient de repenser le réseau insulaire d'eau disponible, de nouvelles capacités de réserves judicieusement   disséminées  sur le territoire  insulaire, selon les spécificités des Micro-Régions, en fonction de la demande saisonnière,  " économique ",   touristique et,  bien évidemment,  en  cas de sécheresse exceptionnelle.

Nous évoquons par là des bassins de stockage de l'eau de pluie, distribués en étages, totalement fondus dans le décor naturel, parfaitement circonscrits et proportionnés selon des normes environnementales strictes, répondant à un cahier des charges drastique.

De  telles structures devant être conçues de telle sorte à assurer  les besoins de la population et, en cas de  sur cotes  et de crues, capables de délester les surplus  en empruntant d'anciens  cours d'eau  existants et le plus souvent totalement envahis aujourd'hui.

Notre Île est un château d'eau fabuleux ! Tout laisser partir à la mer est une hérésie. Les barrages actuels ne suffiront plus. Nous devons justement compter  sur un réseau magnifique de cours d'eau, petits et grands, d'un point de vue économique mais aussi touristique.

Notre cadre de vie se révélerait alors plus beau, agréable, sain, apaisant, aménagé à partir de la valorisation de l'eau et des territoires urbains et  ruraux. L'eau, c'est  la vie ; pensons à l'oasis dans le désert !

CORSICA...GO56

Posté par marin56 à 05:38:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


VAGUE TORSE ET " ROBBY SOLO " !...

URIENTI_ET__SOLO__DE__IPSEOS_

Nous remercions  " ROBBY  SOLO "  pour ce cliché étonnant  d'une apparition insolite mais vraie... La taille du gréement donne une petite échelle.

L'instant est insolite et la mise angoissante ! L'immense atoll que les eaux auront un jour  submergé affleure. Le vent  fraîchit, hâle le Nord-Est de la rose insulaire, domine un cirque, une arène  que l'on entreprend pas à  la légère.

Les côtes se sont  éloignées sans affecter les profondeurs qui s'imposent d'ordinaire. Au fil des navigations, du  solo, des coups de temps, voici  l'expression d'un terrain d'aventures  qui ne laisse jamais de surprendre, d'étonner, de démontrer à quel point   " l'ex-île " et  la découverte, la quête permanente de nouveaux espaces se révèlent riches d'enseignements et  de rencontres fascinantes !

Ainsi de ces colonnes thyrses aquatiques aux lianes d'écume, de ces vagues torses, subreptices, quasi animées et mues par on ne sait quelle énergie et souffle  mystérieux  qui surgissent çà et là, au gré des fonds, des vents, des houles croisées et des marées.

La plus  grandes prudence s'impose  en ces lieux très particuliers de passes et  de corridors sous-marins par  lesquels fluent  des masses d'eau  imposantes.

Vents contre courants, vents contre houles, retours d'eau  contre vagues  dominantes, l'atoll sous-marin compose un véritable ballet aquatique,  perpétuel et éphémère à la fois.

Je ne fais ici  que passer tout en me retournant souvent. Emprunter la voie lisse des pentes et des rampes qui m'accordent aux ciels d'un jour, à chaque coup de vent que les saisons solfient loin du  chaos, du néant, soigne, me lave le cerveau.

Par le Choeur  azur et nitescent   de l'absolue  vérité, chaque révélation définit et honore ce que l'on dénomme :   ipséité  ! Ipséité comme ultime viatique ... Ciels de la mer et du ciel, accordez-moi au moins cela

MARIN - De Passage !...

MESSAGE DE LA MER !...

 

DSC05063_001

Immense symbole réalisé avec des gilets de sauvetage ! Appels  ...

PEACE_AND_LOVE__AVEC_DES_GILETS_DE_SAUVETAGE

 

Posté par marin56 à 02:34:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

NOS OBSERVATIONS CLIMAT !...

 

DSC07298

UN PEU DE LOGIQUE ET DE BON SENS  PRATIQUE

 

Peu importe que nous ne soyons point  lus ou relayés enplus hauts lieux! Il s'agit d'un  sujet qui ne nous appartient pas ... Mais  n'oublions pas que la multiplications des données de chaque  partie serait certainement plus profitable  que le tout indifférencié dans lequel se ruent faire-valoir, distances  et  parutions controversées, contredites, mises aux bans des supercheries par quelques climato-sceptiques hautement patentés  plus soucieux de leurs affaires !

 Notons également, comble de  l'ignorance qui sied aux logiques des systèmes  intransigeants de l'argent -, que le scientifique, le chercheur, le savant n'ont qu'un pouvoir consultatif, honorifique face aux aréopages zélés des grands rassemblements en matière de dérèglement climatique. 

LE BUSINESS GOUVERNE ENCORE 

Nous nous maintenons  au sommet de l'incurie, de la bévue, de l'in-compétence  technocratique dévoyée. On ne tergiverse pas avec un tel sujet sensible dont les ramifications dépassent très largement nos capacités d'actions, nos  piètres prévisions.

Tout en inventant, en assurant les transitions salutaires, sachons aussi mener  les politiques qui amoindrissent les préjudices, les causes du mal pernicieux et, optimisent toujours l'existant, afin justement  de minimiser les dégâts causés par ce qui ne peut être dans l'immédiat remplacé, remisé, abandonné !... 

 

NOS OBSERVATIONS

Nous observons dans les faits et depuis plus d'une décennie une successions de  saisons dont chacune d'elle ne se ressemble plus d'une année à l'autre.

Des épisodes Méditerranéens, de type cyclones ou Médicane dont le nombre et l'intensité croissent tout en se répandant à l'échelle Méditerranéenne totale, du Nord au Sud et de l'Ouest à l'Extrême-Est !...

Des vents bien plus violents en rafales, - souvent plus de 80 Noeuds, voire 90 noeuds sur relevés de Sémaphores, au coeur de la Méditerranée Occidentale, du moins.

Une concentration de plus en plus marquée des pluies au  détriment de leur étalement  régulier réparti entre automne, hiver, printemps !... Ce qui est très grave, parce qu'il ne pleut quasiment plus depuis des semaines, au seuil de l'été et  que les déficits en eau sont  alarmants.

Si pluies il y a, notons qu'il s'agit davantage  d'épisodes orageux  localisés que de  fronts pluvieux d'origine Atlantique qui traversent  notre pays en l'arrosant copieusement.

Le rayonnement  solaire devient  de plus intense et précoce  dans l'année.

Entre les saisons, on note des transitions très brutales et soudaines ; ainsi, l'été se prolonge  tard  vers l'hiver et se déclare  avec des phénomènes d'une intensité et d'une ampleur  inédites côtés mers et ciels !  La chaleur de la mer en surface ou sur les premiers  mètres de profondeur  est conséquente ! Les contrastes sont violents.

Par contre, la mer reste  assez froide dans le courant du printemps tandis que les épisodes de très fortes chaleurs deviennent plus précoces ...!  

 

CONCLUSION PARTIELLE 

Toujours est-il, que le climat Méditerranéen jadis tant apprécié et envié est bien mis à mal par une tendance à la déstructuration, aux phénomènes aléatoires et plus ou  moins isolés, le tout sur des extrêmes inquiétants  qui lui étaient  inconnus. La Nature sèche, chauffée à blanc, les cours d'eau  sont déjà réduits à la  portion congrue et  détournés à des fins privées ou d'exploitations en tout genres...!

Certes, plage, chaleurs, soleil, ponts du mois de Mai font le bonheur des vacanciers ; qu'ils en profitent car  viendra un temps où la donne changera et menacera.

CORSICA...GO56

MIA THALASSA // FR3 // FENETRE SUR AZUR !...

THALASSA_

 

 Frederik PAULSEN, à propos de l'Antarctique et des Pôles  : " Les changements qui s’y produisent sont le thermomètre de ce qui se passe dans le monde. " 

 

THALASSA  ET L'EMISSION  DU VENDREDI 26 MAI 2017

 

Ce fut une Émission remarquable ! 

Des mers aux océans invasifs  repoussant le trait de nos côtes Atlantiques, Méditerranéennes, de la Manche,

De la nature des cyclones et des ouragans qui frappent   avec un regain indéniable d'intensité les zones  exposées, 

Aux menaces de la fonte et de la gigantesque débâcle des Pôles Nord et Sud, 

 

THALASSA AURA MIS L'ACCENT  SUR UNE CATASTROPHE D'ORDRE PLANÉTAIRE 

LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE MAJEUR

 

RECUL_TRAIT_DE_COTES_

La merde humaine reste à demeure, tel cet infâme Blockhaus de 39 / 45 ! La mer  repousse  le Trait de Côtes : C'est un Avertissement sévère !

 

Ne jamais  voir  ici de propos polémiques mais bien le fruit de l'objectivité, à partir de faits improuvés sur le terrain. Aucun esprit de chapelles. Quant au "  catastrophisme ", là n'est pas notre  credo, loin de là

L'auditeur  sera désormais en mesure de mieux cerner et comprendre les enjeux, rallier les causes aux conséquences mais plus encore, relier entre eux les interactions qui définissent  de précieux interfaces originels et vitaux, ces Feed-Back régulateurs ou destructeurs qui président aux grands équilibres menacés de notre monde et de ses continents tellement diversifiés.

Comprendre comment Mers et Océans  peuvent  être et constituer de véritables " Forêts invisibles ", capables de fixer le carbone et tout autant d'assurer  une immensurable  photosynthèse à la semblance de  nos forêts  hélas ! décimées est une donnée capitale.

Assister en direct aux travaux de la recherche et à la Science en marche sur le terrain extirpant des données  probantes et concrètes démontre toute l'importance  et l'opportunité  des travaux d'éminents scientifiques que les politiques se doivent d'écouter et de suivre dans leurs conclusions, sans esprit de chapelle qui  sert les inconscients, les .

Ils nous préviennent, il peut être encore  temps, si le Monde actuel réagit vite et  en profondeur.

Il ne servira à rien de prétendre contrer, repousser, mieux prévoir les catastrophes naturelles ou les ravages  que nous aurions causés, aux dramatiques effets thermodynamiques et énergétiques.

Montée aléatoire et imprévisible des mers  et des océans, assèchements des grands lacs, fonte de tous les glaciers, amoindrissement  terrifiant des Pôles, dérive de gigantesques icebergs, fonte des glaçons tampons qui ceinturent Banquise et continent  Antarctique, déforestations majeures, expansion galopante  des territoires de type Sahélien et  sub-sahariens ! Multiplication des " Continents Plastiques " à la dérive, à la merci de la décomposition et de la fragmention empoisonnant  faune et flore marines.  Contaminations afférentes  des micro-organismes, des biotopes essentiels  par  un ensemble de molécules et de solvants issus de la pétrochimie. Pollutions insidieuses et expoentielles des sols  par insectisides et engrais que les crues conduisent  directement à la mer, vers de bonnes terres !   Pollution aggravées  par ALTEO, en Provence, de toute la Côte  Méditerranéene Française, du moins ! La liste non exhaustive n'en finirait plus de décliné forfaitures, bavures, accrocs meurtiers faits contre l'état de NATURE

Il s'agit d'un ensemble de répercutions concomitantes et simultanées qui exacerberont les phénomènes naturels que nous connaissions jadis et qui demain atteindront la force 10 ! 

Rien, aucun ouvrage humain ne pourra endiguer la dévastation  perpétrée par éléments  en furies ! Défigurer le trait de côtes en le renforçant serait la pire des erreurs ! Bien au contraire, il nous faudra être sage et reculer assez loin, avec un vaste pied de pilote dirait les marins, un imposant domaine tampon qui assure à la fois sécurité mais également  une  seconde chance  à la mer et aux océans de recouvrer de nous rivages ! Nous les laisserions alors vierges, intouchés, aux ravissements de tous et des la faune marine. C'est possible ! Arguons du fait que nous ne saurions réitérer les erreurs du passé.

Les prévisions sont alarmantes et l'on sait désormais que tout est lié ! De la molécule à l'espèce, de l'air à l'eau, des fleuves à la mer, des sommets aux grandes profondeurs, le moindre accroc à la biodiversité, aux grands équilibres de la planètes affecte et impacte la chaîne alimentaire dans son ensemble.

Alors, si l'on ajoute à ce sombre tableau ce que nos sociétés industrielles rejettent de déchets, de substances, de micro-particules, de molécules de synthèses qui s'entent  irréversiblement sur le substrat et la cellule vivante, nous précipitons notre perte.

Devons-nous assurer et  optimiser cette fuite en avant à travers  l'acception d'une pseudo évolution, d'un progrès qui en définitive  vaudrait blanc-seing pour tout éradiquer, bouleverser, détruire ? Non, là n'est pas la voie, bien au contraire.

Force est de constater que les initiatives privées, isolées, les coups de génies en matières  d'énergies propres et de développement durable supplante à ce jour les politiques étatiques ! Les gouvernements ne parient pas assez sur l'avenir, se fourvoient dans les dédales de la macro-finance mondialisée, des systèmes plus soucieux de pérenniser les profits que la prospérité future.

L'homme, les dominants , le système asservit dès lors  qu'il n'engendre ni mesure, ni sobriété comme le dit avec clairvoyance Pierre RABHI

!

le_cadavre_dun_dauphin_a_ete_decouvert_hier_matin_sur_la_plage_de_la_digue_nord

Les Plastiques, l'Acidité croissante des eaux des mers et des océans rivalisent avec les émissions de gaz  à effets de serre et les particules fines ! Nous, Interface cosmique,  entre deux univers  azur, nous nous apprêtons à bouillir, à connaître les tourments d'une gigantesque cocote minute ! Dans ce cas précis, hélas ! point de  soupape ni d'évent salutaires... G7 - G8 - COPS  et ACCORDS  INTERNATIONAUX :  

CUIDADO

 

EN GUISE DE CONCLUSION  VOICI  UN POSTULAT  DE  DÉPART 

 

Personne ne peut présumer de l'ampleur de la montée des eaux ni  de échéancier que merset océans nous accordent ; 

Personne ne peut se prononcer sur la courbe ascensionnelle de la montée des températures ; là encore, écarts, progression et échéancier demeurent énigmes,  complications incontrôlables ; 

Personne  ne peut se prononcer sur la durée de survie des glaciers, de la Banquise, de l'actuel état  de latence du Continent Antarctique, surtout dans sa partie Ouest.

Ce sont les seules certitudes que nous ayons. La dette est quasi insolvable ! A de telles échelles, l'homme est bien un " CIRON " guerrier et  un minus, une tique ! 

 


UN SAINT BOL ECO-LOGIQUE !...

DSC07317

 4 Sacs poubelle de 130 Litres remplis à ras-bord de matières plastiques : du sac  au bidon ;  sans oublier les boulettes de bruts. Nous sommes au coeur d'un Parc Marin et  d'une Réserve de niveau International. Quelques centaines de mètres de côtes livrent en surface l'arrivage de l'hiver. Île de CORSE ...

La Méditerranée reçoit chaque année des milliers de tonnes de déchets Plastiques. Plus de 10 Millions de tonnes résident désormais dans la Grande Bleue !

 DOSSIER SANS  EFFETS DE COMS  A SUIVRE

 

ENVIRONNEMENT / AUX   ÉLUS 

 

L'ETAT DES LIEUX 

 

Tandis que vers les plages  aseptisées à mal _ urbanisées, arasées mécaniquement, dépossédées  totalement de leurs substrats naturels à coups de pelleteuses aveugles,

lissées et soignées à souhait  pour y étaler le beurre estival des cosmétiques,

aménagées sous la forme d'un  ensemble hybride et laid comprenant :

- Un tiers de  parking sur Tuf  et blocs de pierres - Un Tiers béton  à même la dune, -  Le dernier tiers étant réservé aux baigneurs...

Ailleurs, vers la côte sauvage, authentique, on dit encore :  préservée, un tout autre scénario témoigne de l'invisible pernicieux, de ce que l'on ne veut pas voir ou que les cartes postales cachent si bien, surtout  lorsqu'il s'agit des vues d'avion.

 

DSC07296

 

L'arrivage du petit matin : une bande de plusieurs kilomètres de longueur  de  plastiques, tous les jours, dessinent les marques de la marée... 

 

UNE MAREE PLASTIQUE 

 

Un mal, un poison qui rend compte à la fois de l'immense pollution de la Méditerranée et des océans mais également de nos côtes, toutes nos côtes. Ce fléau affecte  la biodiversité, la faune, la chaîne alimentaire ! La Méditerranée est en réel danger !

*

Nous étions la veille sur la côte orientale de l'Île de Corse ; un cordon sablonneux s'étend sur plusieurs kilomètres. La marée toute relative y avait déposé un liseré interminable, une bande d'environ 15 cms de large composée de matières plastiques déchiquetées, broyées ; spectacle répugnant, angoissant ... Un cargo, sans doute, ayant passé ses ordures à l'hélice ! Le haut de la dune en était envahi ! 

Les origines de ces déchets sont nombreuses. Ils nous parviennent  via les fleuves, les cours d'eau, les crues d'hiver, les courants de la mer qui les déplacent au gré des vents.

**  

Sur la Côte Occidentale, très rocheuse et découpée, la moindre petite  anse, anfractuosité est saturée de  dépôts en tout genres. Les vents forts poussent les polystyrènes et les polyuréthanes dans l'épaisseur du maquis et des algues par quantités inquiétantes.

Nous avons tenté de nettoyer en surface les éléments visibles. Rappelons que nous sommes en zone Réserve, Parc Marin International...! 

Quelques centaines de mètres de  littoral auront  suffi à remplir lourdement  près de 300 Litres de déchets plastiques et mousses industrielles. 60 Kgs de particules fines, du bouchon au bidon.

Plus grave encore, ces déchets sont passés à  la meule dans les zones de  rochers, de galets et colonisent, concassés, avec une granulométrie diversifiée les dunes et bans de sables.

Nous déplaçons quelques blocs : ce qui était invisible se révèle à nouveau, par strates ! On y retrouve du  plastique sur plusieurs étages, en couches ; idem sur le sable, encore davantage  sous les  amas de posidonies !... Quant aux boulettes de brut, d'hydrocarbures : n'en parlons pas, c'est terrifiant ...

Ainsi, des centaines de Kilomètres de côtes reçoivent les déchets en provenance de la mer  et des terres. L'eau ne connaît pas les frontières. Elle finit toujours par ramener au rivage ce qui ne coule pas immédiatement.

L'enjeu est très grave, il est urgent d'agir, de prévenir ! Ce modeste billet sur un blog est symbolique. Mais il vaut  tout autant que l'expédition dès lors qu'il contient les germes  de l'action, sur le terrain et non les déclarations d'intentions  des politiques en la matière.

DES MESURES 

-  Taxer le monde industriel, les entreprises  au prorata de leurs  quote-part d'émissions d'emballages plastiques et polluants ;  

- Taxer les navires qui empruntent les zones maritimes, De surcroît à proximité des Parcs Marins et Réserves Naturelles ainsi souillées ; 

- Mettre en place avec ces fonds une véritable logistique de campagnes de  nettoyages réguliers et systématiques des rivages impactés ; 

- Remonter à la source du stockage des déchets afin que les vents et les crues ne les essaiment plus à travers la nature ou vers la mer ; 

- Prévoir au niveau communal et intercommunal  un dispositif d'intervention qui permette, après l'hiver, un déblaiement des derniers arrivages de déchets, un contrôle des cours d'eau et rus.

- Créer un Pôle Insulaire d'actions spécifiques DÉCHETS  plastiques rejetés en mer susceptible d'éviter l'entassement et les dépôts dont les masses s'élèveraient  à des milliers de tonnes autour  de notre terrtoireinsulaire  ; nous en aurions la matière, sans aucun doute, hélas ! 

- Créer  deux  pôles Méditerranéens Nord et Sud où concertations, efforts et politiques  communes seraient en mesure d'endiguer  le

FLÉAU PLASTIQUES ET DÉCHETS EN MER MÉDITERRANÉE

 

CONCLUSION

 

Quelques heures de quête "  Déchets Plastiques et Mousses de la pétrochimie "  : des centaines de briquets, de bouchons, de bouteilles, tous les emballages,  des mousses polyuréthane, des chaussures, des morceaux de plastique broyés, des aérosols,  des câbles, des restes de filets, etc !... La liste ne pourrait  être exhaustive, cela n'en finit plus. Incrustés dans la  végétation, coincés dans les  rochers, pulvérisés en  miettes, ces déchets font désormais partie du  milieu marin, de la vie marine, ici, sur notre Île comme partout dans le monde : 

C'est insupportable et de plus en plus alarmant ; RIEN n'est encore fait  à ce sujet, la colonisation PLASTIQUE prend une ampleur inégalée

§ 

Gjorghju d'OTA 

Pour 

CORSICA...GO56 & L'ENVIRONNEMENT 

 

SIDÉRANT VISAGE DE PIERRE !...

 

NE_RETOURNEZ_PAS_LA_PHOTO_ET__SCRUTEZ_

Ne pas retourner le cliché, regarder et agrandir  

Il sentit près de lui comme une étrange  présence, un regard pesant que destinaient  les premiers linéaments de la roche, à l'orée du ciel animé. Au fil de ses nombreuses bordées, il devinait l'esquisse d'un visage ou du moins une forme anthropomorphe épurée d'un autre temps, première, pour ne plus jamais dire primitive ou sauvage...! Une figure de style qui eût inspiré les plus grands du cubisme, des surréalistes !

Mais il  fallu aussi au découvreur, à l'inventeur renverser la tête, afin d'orienter en terrien qu'il fût,  l'expression d'un faciès de pierre absolument insolite et si vrai.

Une figure  aux traits figés dans la masse et les plis des roches convulsées se cachait, se perdait dans les confins de la verticalité, de la supplique, de la méditation ! Tel le Bouddha, l'éfigie d'une reine des lointaines contrées africaines endormie et sereine, l'être de pierre cyclopéen  défiait  comme elle reléguait l'audace temporelle et le néant !

Le ciel lui accorda un délire transmué, l'issue d'une autre dimension.

Le survol de l'image, une fois rendue sur le petit écran, lui confirma la certitude d'une apparition, d'un pérennel dessein, sans aucun doute, dont la gravité mutique veille sans fin sur la mer, espérant l'autre Ciel.

Bien sûr, il conviendra de confiner cette interprétation fantasque au rang de la paréidolie, de la folie ; le hasard faisant bien les choses, comme la nécessité d'ailleurs qui suffisent parfois à expliquer avec impudence la création de l'univers...

Mais accordons à ce profil l'aura  du mystère dont il s'entoure et qui dépasse la raison raisonnante de nos chers philosophes, le mythe et la fable de nos ecclésiastiques ! La Nature-artiste ainsi et si souvent opère ce que d'aucuns, antan, appelaient " miracles ", par défaut d'autres éléments fédérateurs et tangibles  !

Mais qui pourrait  dire, expliquer, avancer quelques arguments  rationnels et étayés  qui eussent éclairé, élucidé la quasi perfection de ces formes fortuites. Il eût fallu  tourner dans les airs, la tête dans les étoiles, et  témoigner sur le vivant avec force réalisme de cet ovale dont la complexion humaine sidère le penser

MARIN -  Entre Folie et Paréidolie - 

KALÉIDOSCOPE MINÉRAL !...

 

DSC06930

 

KALÉIDOSCOPE MINÉRAL


Une pluie de météorites aurait pareillement criblée un cap
plongeant sur la mer.
Elle n'aurait alors laissé qu'un vaste champ hérissé d'écueils.
Par centaines, îlets, îlots, blocs de pierre émergent et parsèment
les prairies claires d'un azur tant chéri.
Nous progressons lentement, au diapason
de la brise marine qui vient de se lever ridant à peine
la surface d'une eau dense, d'encre.
Le bateau semble décoller en survolant les hauts-fonds,
les nombreux secs éparpillés.
Vers les tombants, les adrets inondés de soleil et l'épaisse végétation,
les versants révèlent d'étranges surprises.
Subreptices, voici tantôt un visage, tantôt le rictus d'une bête féroce
surgissant d'un immense kaléidoscope minéral.
Une composition qui oscille entre figements et sculptures éphémères, fugaces.
La lumière du petit matin est crue.
L'air profond exacerbe ombres et contrastes.
Il nous faut être vigilants et saisir à la volée l'expression précieuse de l'éternel.
Nous ne faisons que passer, humblement saisis.
Les colonies de goélands leucophé, les cormorans
demeurent tandis que les migrateurs s'accordent avant ou après les couvées
une escale bien méritée ; ils seront discrets, tolérés, tout juste arrivés d'Afrique.
Tout semble convenir d'un sublime dessein,
d'une intelligence perceptible et mystérieuse à la fois.
Les fonds marins irradient de clartés, de bleuités, de camaïeux.
Allant par ce dédale d'écueils mordorés et la luminance des fonds de sable rose,
la mer revêt les teintes rares du béryl, d'un vert tourmaline,du cobalt.
Pas un bruit ne vient écorcher le choeur des goélands. Les nichées
abondent. Les petits à la robe duveteuse et grise osent l'aventure
et courent le sablon réfringent, amorcent quelques becquetées aquatiques,
attendent le retour du butin dans un tumulte d'ailes et de longs cris langoureux.
Les îlots vont ainsi à la semblance d'une barque de pêche
auréolée d'oiseaux en quêtes de subsides,
de restes jetés par les pêcheurs sur le retour.
De ces longs moments passés à contempler les actes d'un sublime théâtre
il me vient la certitude de côtoyer les pans d'une vérité
irréfragable. Les faits, les commandements naturels, le hasard des
déambulations et l'extrême beauté des rivages confinent au respect,
à la stupéfaction. Témoins de l'éternel, quelle étonnante statuaire
minérale, quel fantastique bestiaire pétré déroule le cours abyssal
des ères géologiques et les  logiques d'un alphabet tutélaire.

!

Prose Marine - Marin - De Passage

 

 

DSC06934

 

Posté par marin56 à 07:41:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

ENFIN SPEED LOOP EAU PLATE !...

SPEED_LOOP_PAUL__NO__TRIBORD_

RIDER / P-NO / Quad  Waveboard 83 L _ 4.5  M2 

 

Enfin, nous postons une petite étude qui ne sera pas dénuée d'intérêt !  Un SPEED LOOP TRIBORD, sur plan d'eau Extra-Plat, Waveboard, pour le Site Web 100 % WAVESAILING INSULAIRE.

Nous l'attendions, afin de vous faire profiter d'une Analyse  à la fois très tendance, spécifique, concrête, sur le terrain, loin des Staps, cela va de soi ! Ici, point de paperasse mais un feeling et une maîtrise rares. A côté, les jeunes prennent de la graine et se motivent à ' D' Onf ! Merci à P.NO de nous autoriser ce post, sur ses ( ces ) images, saisies au vol.

Nous pouvons  dire d'ores et déjà que l'instant  Starter du Move,  le déclenchement de la rotation est  impressionnant tant l'aspect  placement du couple Rider / Matos et la dose de tonicité  s'affichent en direct. Il envoie, pose, parfois Planning !...

Freestyle, oui ! Mais bien davantage, car le Rider  est plutôt VAGUES, c'est à dire friand  des Late Forward Loop  qui font des envieux, hauts, entre d'autres Moves.

Le Chronophoto, les prises de vue du photographe ne sont  pas la panacée mais ils font référence.

 

Pour cela, dégageons ce que l'oeil averti de l'observateur capte au coeur de l'action : 

 

_ Vitesse Maximum et double appel de saut. Le premier, qui est juste " préparatoire " ,  introduit le second, décisif. Allure :  Travers  à  Petit Largue ; 

_ L'appel  est bien vertical, le jump décolle  franchement ; 

_  De suite et parfaitement synchronisé, très tonique, d'un bloc orienté,  on trouve  simultanément : 

* L'Abattée, franche, Board très près des fessiers, le corps encaisse en  restant reculé, derrière, du moins, le gréement qui se projette le laisse apparaître très nettement ...

** Mains écartées, ( Arrière décalée ),  et bordées ; 

*** Gréement sur l'Avant, que la main  avant, elle aussi décalée vers l'Arrière, pousse, ce qui amplifie le couple de rotation, ( point très important ) ! 

_ Le Rider reste ainsi proche de son Matos, le regard fixé là où il décide d'être emmené...

 

DANS LA FOULÉE - LE TEMPS DE ROTATION

 

_ Son  Appui Spatule,  très furtif,  est plus un repère autour duquel enrouler le Move, effacer le Gréement dans une ellipse  très couchée ; 

_ L'inertie est telle que le Rider poursuit la Rotation , l'ensemble  Corps / Matos restant   totalement aérien ; 

_ Ce qui l'emmène à boucler  le tout et à poser, toujours avec énergie, groupé, très vite  placé  et revenu au-dessus de son flotteur.

La vitesse d'excecution  est donc remarquable, plus efficace d'autant que le Rider  en oriente les sources d'énergies, soit : 

* Transformation de la Vitesse linéaire en composante verticale ; 

** Simultanément, création d'un couple de Rotation que le vent décuple capable de générer sustentation et célérité de celle-ci.

 

Pour

CORSICA...GO56

PAUL_NO__SPEED_LOOP_TRIBORD_II_

SHOREBREAK BLUES ! ...

IMG_6274

 

" SHOREBREACK _BLUES  " 

Cela pourrait être le titre d'un Blues. La mer, bleue au large, prend au rivage  des teintes minérales. Le soleil levant dore une fresque à nulle autre pareille ; le  vert tourmaline des vagues nous fait tourner la tête. Vertiges, vestiges  d'une céleste composition dont la grève  rend l'écho mélodieux, immuablement, déploie les ailes de l'éternité.

La dune est un joyaux. Quant aux rouleaux, ils affichent l'orbe parfaite coiffée d'ivresses marines que le vent semble retenir à l'acmé de l'harmonie. Cela ne saurait être l'été mais le coeur de l'hiver revêtant les îles de son dense manteau gris. Les vagues, dans leur éclatante blancheur, figent comme elles glacent la précieuse clarté du petit jour 

!

 

"...  Ce que j'apprécie à travers  ces partages, c'est le hors piste du nomade, du pèlerin, du hauturier parti à la rencontre du temps, des liens, d'une histoire. Un tout qui s'inscrit dans l'éternité, retrouvant en chemin, sur le sable, entre les vagues de merveilleuses empreintes... " 

Un jour, marin