Au coeur de la tempête, s'en remettre  aux mains de la nuit, aux tours des vents qui ouvragent à l'unisson de l'onde et de  chaque vague l'antre d'un temps sans âge ni durée ; ainsi des présents de l'azur, qu'enfantent les  éléments... 

 

 

 

Chateau_d_eau_d_eau__2_

 

 

Chateaux d'eau irréels, illusions perdues dont une lueur vague dans la souvenance ! Qui chevaucherait pareilles montagnes, emprunterait telles avalanches pour glisser sur la nuit, tutoyer l' éternel ? 

 

La rafale, reine vaporeuse par la nuit sans fond et sans âge dresse ses chevaux d'écumes. Les vagues  suivent, fidèles et vraies,  fascinent. Fards et cimiers d'écume rayonnent à l'infini. Sitôt couchées, les bourrasques effrangent indéfiniment la vaste pelisse aux étoiles que la tourmente éploie,
chamarrée d'or et d'émeraude. Et les brisants vont, impitoyables,  affolés, aux visions de cauchemars et de perpétuels naufrages. La tempête  gronde ! Pourquoi le mystère de l'obscur,  tant de Soleil mêlés ?  les abysses et la clarté ébouissante sous nos yeux presque  palpables ...? 

 

 

 

Tiendrai-je la lame et le flot, emporté par le 
souffle impétueux de l'hiver,  saluerai-je encore une fois  l'antre, l'emprise de l'ouragan lorsque la mer, aux échancrures des tombants erratiques des îles ressemble, et, se répercute, 
hérissée  au coeur de blocs fantomatiques ? Comment, pareil tumulte, si profonde oraison des ciels baignés de la lumière des dieux. Ces pans d'azur  y déploient
de ravissantes arcatures de pluie et d'embrun ? Alors, peut-être, à cet allant irisé, l'indicible attrait pour un monde si cruel et beau à la fois, sans émoi et où 
l'arche de la conscience effleure comme elle ceint  les cimes masquées de l'harmonie et de l'alliance ! La vie pourtant s'abîmerait à la seule paille de l'acier qui eût cédé par la 
force de l'onde. Quant à la raison,  par trop sûre : quel crédit  ? Je sais l'appel irrésistible, irrépressible la nuit en plein jour pour regarder encore plus loin que l'aube qui point ! et la mise est sévère, sans 
compromis qui vaille le risque, le grand amour de l'azur ; le sais-tu ? ... Mais de l'unissonance des origines, des splendeurs passées surgissant de nos lointains, de ces marines 
inondées de blancheur et aux festons de pureté dignes d'un  grand peintre ; Le temps d'un éclair, d'une révolution, et c'est l'âme que l'on cherchait qui se révèle aux charmes de l'eau 
et de ses appas. De là, comme par enchantement, les vents mélodieux se chargent de la solitude des nuages en multitudes ; légèreté 
s'auréolant, l'intervalle d'une absence, de folies et de mirages... L'existence, comme le temps que le regard circonscrit érige en dérivant une 
geôle à ciel ouvert, lancinante, envoûtante ... La bourrasque rugit, la mer se déchire et creuse l'ombre chagrine d'une pensée emplie d'écume, de longues traînées. Le grain blanc fuse qui 
l'accompagne comme le vol de l'oiseau, battant l'air d'un fouet aux lanières invisibles. Son étreinte se disperse comme tous les mots d'un 
vertige qui vainement tente quelque chose et s'apaise. La mer est d'encre. Elle décrit et délinée l'horizon des îlots dans leurs linéaments déformés, vaincus. L'horizon : illusion qui recule, sempiternelle désillusion, insaisissable souhait !... Immense marée, sans limites qui eût barrée la voie solennelle, voilà que tu m'emportes ! Et d'écouter un moment ton message, si clair, si puissant : 
_ Que ne serais-tu pas, toi, l'homme, ce conquérant qui entraves les flancs de la terre, osant défier l'horizon et ses messagères, qui t'empares de son regard sur l'océan du vide, d'un silence que tu ne comprends pas ? Les glaces  fondent par les 
brasiers d'une terre que tu réchauffes et sans frein, voilà que tu bouscules les rivages d'une noce millénaire ! ...
L'âge de la mer est un sursis, lente métamorphose du temps et de l'espace, frontispice sidéral du grand livre d'une planète au pouls 
que des lois insignes scandent par le flux des marées et la ronde des astres. Ainsi, quêtant le message des tempêtes, j'allais sans autre route 
qu'une seule pensée m'en remettre à l'aube du temps, le temps d'une nuit d'encre, écrire et souligner les mots sans fin, avides d'éternité ! 
Demain sera au calme du zéphyr, à la quiétude des ciels qui vont par deux aimer la Terre, à la souvenance bercée, au chant perdu des 
baleines qui nous revient du fond du coeur ! Ô Exaltation, humeur divine aux immenses élans d'un choeur qui entonne depuis l'infini les 
accords libres de l'Unique, de l'amour en leur point de rencontre : la vie, quelle qu'elle soit !
Et si tu demeures, plus fréquente et plus forte, dévastatrice par tes colères, il n'en serait point sans digne et noble dessein ! Aux sacres des 
éléments, le monde découvre peut-être le vaisseau sur lequel il vogue et avec lequel il devra, avec toi, enfin et toujours composer

 

 ...

 

 

1 ère Ecriture : Un jour de Tempête ! 50.06.3023

EN COURS !!!

MARIN 

 

Temp_te_

 La mer et ses vallons, fabulant les hauts plateaux, le canyon ; les lames ceintrent comme le fer à la forge des cyclopes dans les clartés aveuglantes d'un déferlement incessant ! C'est la Grande Bleue, antique, primitive ...