L_ONDA_SANTA_

 

 

ARMAND AMAR 

 

 

Vague  allégorie  sombre
Comme le lointain visage
D'un manque        de l'absence
Que de tendres boucles
Cernent en divaguant
Et que révèle l'écharpe
Lustrale des îles     A l'aube

Livrées obstinant les vents
Aux accroche-coeurs
Charmants et caressants
Des camées et des psychés
Légères qui palpitent

Un reflet
Un souffle négligemment
Apprêtent une jeune vague
Depuis le large     à la croisée
Probable d'une traversée
L'un à l'autre    uniment
Nous aura présentés

Inaccessible et absente
L'aimée vogue en dansant
Une folie sur l'Océan
A l'onde elle s'assemble
Dans la souvenance voilée
De l'embrun     Au galbe
Qui se couche sur l'azur
Comme le grain à l'horizon
Et qu'un  songe   étrangement anime

C'est là-bas que je viens
Toutes les fois inespérées
Les retrouver      Elle en vain
Toi pour ultime délire
Par-delà les vastités
Où combler de bonheur
Le néant qui nous délivre
Le vertige de ces mots
Entés qui me hantent

Et nous allons   délurés
Mon allégorie   ma belle sirène
Comme l'aire des vallées
Transcrire à l'encre bleue
D'un sillage les pensées
Transcendantes d'un sourire
Les accords d'une offrande
Que l'Eau-delà octroie
En guise de dive ivresse
Sur la voie de Révélation
De la beauté ou de l'amour

Mais pourquoi d'y revenir
M'afflige et m'achève
A l'aune d'un désir obscur
Perpétuellement inassouvi
Si ce n'est pour unir
Les larmes d'un A-Dieu
Sans autres promesses
Que l'effroyable labyrinthe
Où nous panser en boucles
Où nous nous serions manqués
Sur les quais d'un même port

Comme tu étais vague
Inaccessible et vaporeuse
Aurore d'un dessein
Au petit matin clair
Que les ailes de l' Ether
Et des passions absolues
Assouvissent et étreignent
En gage de liberté rare
Si belle et absinthe
De solennité   Insondable
Je t'évoquais destinée

Mon antidote à la douleur
Du silence de la mer
Mon amer là-bas
Qui dérive pour l'éternité
Aux rivages par myriades
Des métamorphoses

La longue nuit de l'hiver
Recompose le jour
Et la mer   Comme un peintre
Pense sous le flot
De ses vagues amantes
A toujours marie
L'harmonie à l'instant
L'être et le néant
Où je meurs d'aimer
En gisant ma vie
Sur l'éternel 
Par-delà l'euphorie safre de l'amer

 

§ 

MARIN - A bord d'une Folie, vers mon Allégorie, précédant l'essence ...

 

 

L_ONDA_SANTA_II_