DSC07312

 

 

 

SUR LA MER LE LEVER DU JOUR



Le jour émerge à l’horizon comme un nageur
tirant sa coupe
À travers la mousse des vagues
Et la crête des dunes délayées
L’aube avance à travers les détours
Les mains de lumière en cadence
gagnent l’espace tout autour
Sur la tête de l’homme
Et celle du poisson
Entre ces deux couleurs qui maintenant se joignent
L’air est limpide et lourd
L’eau est mouvante et molle
La forme de la main se perd
dans la mer et dans l’herbe folle
Sur le même pli de terrain
la tête éclate au jour
Sous le bâtiment neuf mal soudé à l’amarre
Son flanc gonflé d’espoir et de vent
Contre la rangée d’arbres
Les vagues remuent tout le temps
Les branches pressées s’interpellent
Un point se meut sur l’eau
Comme cette hirondelle
qui s’est piquée plus haut
Et dans un coin de cendre laissée par le soleil
La fenêtre mal dessinée au bord du ciel

§

 

Pierre REVERDY 

Sources du Vent -  1929 - 

Ed : Gallimard / Poésie ( 1971 ) 

Page 131_ 132