Une chute au mauvais endroit et moment, pour avoir traîné un peu trop  à l'orée d'un Inside terrifiant !

Puis  le surfer se fait rattraper par la lame, dans la pente. Un mur d'eau  qui s'abat comme une avalanche, entraînant derrière elle une masse d'eau encore plus colossale qui le happera pour le projeter au fond et l'entraîner. Un volume d'eau souvent fatal quand le Surfer n'est pas muni du gilet de survie et  de la réserve d'air qui le fait remonter et  trouver la sortie plus vite.

Sous les eaux  brassées, tumul-tueuses, il fait nuit et, à ces profondeurs, sans surcroît d'air, impossible de s'orienter, de discerner le haut du bas, tant le corps suit et subit le cours du  chaos. Et si l'on s'en sort, il y a de la réserve, en amont, ces rouleaux qui ne cessent plus d'arriver, de forcer une précaire flottaison, en fuite  au coeur de la mousse instable, tourbillonnante.

L'homme devient sitôt  insignifiant  devant l'océan mais grand quant à son intention, ses projets, ses desseins qu'il partage avec les   plus hautes vagues du monde ; instants fusionnels.

Avoir été de cette partition océane en beauté reste le privilège d'un nombre  restreints d'hommes et de femmes, il faut le dire, hors du commun

!

LE SURFER PROJETE RICOCHE

 

§