ERRANCE

 

 

"  Chaque instant de la vie est un Léthé qui nous sépare de ce qui fut

André SUARES

 

La brise et les flots voyagent et s'en reviennent chargés de messages. Rejoindrai-je à leur bord la destinée du Dauphin dont les jeux souverains  virent à la fuite éperdue ?  

 Un Cormoran, craintif, pare son île, l'espace d'une brève escale et nous  regarde voguer, glisser  sur les fronces de l'azur. Instants d'ailes furtifs à partager ensemble.

Comme une paréidolie, allégorie  à l'innocence, un rocher fige  à toujours le  visage d'un enfant regardant, implorant  le Ciel. 

Au loin, les monts de l'Île-soeur émergent de la brume solaire. Une proximité qui nous distance et nous absente tant, déjà !

 Errance sur  la Grande  Mer de l'Intranquillité ;   Mal de Terre oblige,  malgré l'été et ses lointains délices...

Il est des horizons sombres que Mare Nostrum  abîme malgré elle,  en déplorant  que ses lumineux desseins de vies pacifiques aient été  et sont  trahis, souillés, meurtris, endeuillés ! 

J'ai dans le coeur qui bat,  le rappel irrévocable  des abîmes aux déshérités de la Terre qui fuient  la torture, le marché aux esclaves, l'extrême pauvreté, la violence, la faim, l'épidémie.

Un exil, une tragédie que le Grand Bleu léthéen  à jamais réfugie pour abréger la souffrance, la désespérance, le Mal aux Mondes des condamnés de l'opulence, de la cupidité  et du déni

 

- MARIN - 

Mal de Terre  Mal aux Mondes 

 

________________________________