Pipin_Slim_et_Tobias

...

Du sable, anodin, grains parsemés aux confins de l'érosion de la roche, du granit descendu des sommets, de toute métamorphose. Quand nous décidons de nous confier à la mer sur nos petits esquifs, nous foulons  en marchant, en regagnant la passe l' étoffe bruissante des marées. Le simple regard balayant la grève n'embrasserait pas une telle multitude! Il me fallu un cliché pris au Macro pour prendre conscience de la vie foisonnante que la tempête étala sur la plage et les rivages. Une myriade de petits coquillages et leurs hôtes disparus posés pêle-mêle sur le sable fin, roulé. Diversité aussi étonnante que humble qui souligne les limites de l'azur et des flots. Jusqu'à quand la mer fera-t- elle aux rivages l'offrande de ses joyaux de vies, leur confira-t-elle les témoignages irréfutables de son immense prodigalité où chaque animal, chaque plante participe de la vie éternelle


???

16_01_2010