VIETNAM_

Le VIETNAM - Paquebot des Messageries Maritimes que nous prîmes, à bord duquel nous vîmes le monde à sa façon, lors d'un voyage nous rendant de Saïgon à Marseille, plus de trois semaines durant, essuyant une queue de Typhon, au large du Détroit de la Sonde ... J'avais tout juste 7 ans, la roue a tourné, le bateau, après plusieurs baptêmes, est retourné dans le vaste cimetière marin des épaves, bien triste à voir, qui comme nous aura plus que vieilli, et ainsi,  de mourir aux souvenirs qui reviennent en vagues.

Marin

 

 

Tout seul, sur le quai désert, dans ce matin d’Eté,

Je regarde du côté de la barre, je regarde vers l’Indéfini,

Je regarde et il me satisfait de voir,

Petit, noir et clair, un paquebot qui entre.

Il vient là-bas très loin, bien net, classique à sa manière.

Dans l’air lointain il laisse derrière lui l’ourlet vain de sa fumée.

Il vient, il entre, et le matin avec lui, et sur le fleuve,

De-ci, de-là se réveille la vie maritime,

Se dressent les voiles, s’avancent les remorqueurs,

Surgissent de petits bateaux de derrière les navires qui sont dans le port.

Il fait une vague brise.

Mais mon âme à moi se tient avec ce que je vois le moins,

Avec le paquebot qui entre,

Car lui se tient avec la Distance, avec le Matin,

Avec le sens maritime de cette heure,

Avec la douceur douloureuse qui monte en, moi comme nausée,

Comme début de mal de mer, mais dans l’esprit.

Je regarde de loin le paquebot, dans une grande indépendance d’âme,

Et au fond de moi une roue comme à tourner, lentement.

 

§

Fernando PESSOA  - Ode Maritime (Extrait, Alvaro de Campos)