BACK__WINDSURF____VERS_PIERRE___EAU____CRIS__SOLO

 

 

La roche grenue  cède
aux sels des vents lourds
aux  lames traversières
qui vont ouvrageant
inlassablement
un sublime présent
Ces métamorphoses
dont on emprunte le cours
Ainsi des plus simples choses
qui s'ignorent

Au-delà d'un cap dans la mer
voici l'immense dédale
et ses chenaux secrets
draînant les courants
entre secs et hauts-fonds
que le flot irisé ravit
Les éléments 
mettent  à nu les os de la terre

Des îlets jalonnent
un terrain d'aventure
féerique    Les jours de tempête
Les pierres rondes
que les vagues déplacent
grondent au rivage
comme la crue déchaîne
le torrent impétueux

On entend les coups sourds
de la forte mer
martelant ses îlots
submergés d'écume
aux voiles d'embrun immaculées
qui bruissent
en irradiant  la pluie

Découvrons la nature
comme on côtoie les origines
en musant
à l'orée de l'automne
dont  les premiers grains
et  l' équinoxe battent
dolentement les rivage

Le sable des dunes
lentement recouvre
le galbe d'un croissant
L'empreinte de l'oiseau
les dessins de la marée
que la lune lisse
sur la grève
signent un soupçon de vie
sacrent le silence

Encore une lunaison
et ces lieux austères
accueilleront les charrois
tumultueux de l'hiver
sous le soleil bas et aveuglant du Solstice
Par les froidures bleutées du Ponant
Alors       je retournerai

Les nuages courront le flot
et les crêtes fumantes
leur donneront l'accolade
en dévalant les profonds sillons
des houles lointaines
et croisées           
entonnant ensemble  le même chant

Je me confie  à l'Azur à l'Ether
En épauler l'onde raide et rapide
si près du trait ciselé des côtes
relève du pari  de la mise insensée
m'octroie la quintessence
des grandes solitudes marines

Les tombants ocres
d'une île éminemment pétrée
figent l'horizon
que sillonne le vol libre
de tous les oiseaux
jouant indéfiniment
à raser la lame
à souligner la risée et la rafale
sur fonds d'arc-en-ciel
et de tourbillons albâtre

En cet univers d'eau et de pierres
jetées    çà et là     chamarré
d'encre et de satin blanc
l'on perçoit comme une longue plainte
le souffle de l'infini
qui s'éprend
qui répond à l'appel de l'éternel

 

§

 

MARIN -  

Bordée d'eau et de pierre - 

 2 ème Ecriture le 24.09.15 

3 ème Ecriture le 24 Septembre 2022

 

PIERRE_EAU_