HUMAN__YANN_ARTHUS_BERTRAND

 

Regardez la Mer, l'Océan en peinture  se mouvoir et fluer ! Impérissable, inextinguible scansion que ce champs aux étoiles sans nombre qui nous parle d'infini, de vérité, d'amour et de vie ! Ô Ciel, à portée de la main, de l'étrave, que mon coeur caresse aux confins de la glisse qui déjà fonde l' Eau-Delà qui attend patiemment

!... 

 « Dieu a créé, formé l’être humain d’après la structure de l’univers, d’après l’ensemble du cosmos ». 

Hildegarde de BINGEN 

 

HUMAN 

 

Oui, la Mer, l'Océan nous regardent faire et agir ici-bas, de si haut ! Il est des Femmes et des Hommes qui en révèlent les splendeurs, les féeries quand d'autres s'évertuent à détruire, bouleverser  toutes les  harmonies, la mugnificence, la sidérale beauté des grands espaces.

Un ailleurs étrange, un autre ciel où seuls Dieux et  Saints s'invitent pour conjurer le sort des naufargés, des aventuriers, des pèlerins de l'azur.  

Le phare veille toujours, en sursis, rivé sur son piedestal. Feu, sentinelle dans la nuit et la tempête, ultime et providentiel visage de la bonté ! La lumière pour guide, une lueur aux confins de " l'enfer des Enfers ".  Ainsi  du terme de la Baie des Trépassés, par-delà les courants et les écueils du Raz-de-Sein, vers l'Iroise et sa moire légendaire, loin  de la Terre, vers Ar-Men, la Pierre.

Dans ce dédale et ce labyrinthe mouvants que les flots affolent, l'infiment petit se recueille au plus haut des cieux  et brille de tout un feu de foi  et d'amour.

Le silence est à ce prix, lancine, en conscience, comme un don aux vastités mutiques ! Une révèlation au faîte de la haute tour  nous exhorte à  conjuguer l'humilité. Aux ciels exaltés de pureté, à la vérité des grands espaces qui nous fondent et qui nous destinent

MARIN 

2 ème Ecriture le 26 Mai 2021

 

_________________________________