L_EUROPE_POLLUE__L_AFRIQUE_

 

 

 Outre les carburants sales, les vieux diesels,  ( Berlines, camions, cars, engins de chantier, etc ...!   partent à l'assaut de l'Afrique, depuis un réseau de contrebande officielle et légitimée ! Bravo LAREM,  pour ce marché de la honte. De surcroît, considérons  l'impact carbone d'un tel convoyage maritime en direction de maintes destinations africaines !

...

Michel HOUELLEBECQ fait le Buzz ! Il y a longtemps que l'opinion  attendait son nouveau roman au nom non moins énigmatique d'une hormone de jouvence très particulière ; l'auteur  aura au moins eu le mérite que l'on s'y penchât de plus près pour  éclaircir les horizons de la sérotonine, de la dopamine, des systèmes très sympathiques et para-sympathiques. Il convient de le lire, car MH ne fait jamais dans l'habituel et le commun. La situation actuelle aidant, le roman ancré dans la réalité, valant dialectique infernale, connaîtra, avec un zeste de cul, de philosophie et de télé-réalité :  le succès !... Nues  climatiques dans un ciel économiquement généré.

Pendant ce temps, l'Europe refile  en douce et en catimini, - la France  exporte,  entre deux  Samedi aux  Gilets Jaunes - ,  vers le  continent africain,  leurs  vieux diesels et  plus vieilles bagnoles toujours  roulantes !

Quelle honte, quelle infamie, quel scandale de la part des donneurs de leçons, en hauts lieux, des affairistes en cols blancs qui spéculent sur la crasse et les poussières d'une ère de vendus, la mort des humains moins fortunés, après les avoir  pillés et dépossédés de leurs matières premières depuis la colonisation, voilà que la France et les autres pays  très écolo fourguent aux affairistes non scrupuleux des pays africains les rebuts de l'ère industriels.

A cela, plusieurs options payantes  se profilent. Les  cancrelats aux commandes les  ménagent et  les orchestrent à des fins de bénéfices funestes. Ils  organisent, légitiment, autorisent les circuits de la vente ignominieuse, tirent partis et profits de véhicules voués en Europe à la casse et sans valeur marchande, invendables,  pour les monnayer en tirant les prix, via intermédiaires et sous-traitants locaux, selon des marges respectives très juteuses.

Ainsi, les pays d'Europe déplacent-ils  la pollution ailleurs, à des taux aggravés, préjudiciables et impactant toute la planète, avec l'absolution de LAREM et de ses députés qui, la mine suffisante, imbus d'eux - mêmes, intransigeants  et si sûrs d'eux  depuis leurs strapontins, soulèvent le peuple  en qualité de fondés de désordres et de  manipulations insupportables !

Mais où est-on ?  Que laisse-t-on faire lorsque  l'état brandit  une prime à la casse  concernant des  véhicules réformés, ces primes dérisoires  pour de l'occasion, véritables pompes à fric futures entretenant les rouages de l'arnaque et du vol organisé.

Et les salaires demeurent calamiteux, un pouvoir  d'achat des masse verrouillé à la fois par l'état et le  patronat, une aumône perpétuellement  consentie par  une élite muette sur le front des revendications légitimes.

Immenses tragédies à venir pour l'Afrique qui verse dans le sauve-qui-peut économique, trouvant là, désespérément une manne immédiate mais à court terme plus que létale.

Oui, on peut faire le buzz et " se la  jouer risquée sur la vie !  "  Mais  l'existence sur la planète concerne  et engage chaque  individu, qu'il fût sur une Île de l'Océan Indien ou vers le delta du Gange, en Casamance ou au Cap, l'être humain est désormais lié à une destinée collective irrévocable.

Alors, ne laissons pas l'Etat  commercer ainsi, via les réseaux bancaires et commerciaux affairistes, assurer doublement du Fric sur le forcing aux voitures propres chez lui  tout en revendant dans les pays du Sud  des unités dangereuses et, en surcroît, sur fonds de taxes englobant  les énergies sales et fossiles, au nom de la Transition et des impératifs de l'urgence climatique.

Univers et mondes d'hypocrites, vous offrez aux Pays d'Afrique un cadeau empoisonné. Les biens   que les nantis  ne veulent plus, quand ils ont la possibilité de rouler  luxueux et  dispendieux, refilés aux  pays en voie de développement, alors que sous les Tropiques et l'Equateur, les mondes s'aphyxient désormais plus vite, entraînés qu'ils deviennent dans le cycle  infernal du modèle et de la croissance mondialisés... Nécessités  et  asservissement  obligent.

C'est  tout simplement à gerber, Mrs les ministres, de la finance à l'écologie, oui !  c'est là  honteux de laisser vendre les rebuts de l'Europe, après avoir  lancé des cocoricos  et versé des larmes de crocodiles lors de la signature, en décembre 2015 des Accords de Paris ... Venez encore invoquer l'urgence de la Transition, lorsque votre pays  exporte sur tout le continent Ouest Africain des véhicules dont les taux d'émissions  frisent l'attaque chimique.

Pendant  ce temps, le Canada et ses entreprises très aurifères partent à l'assaut des Mines d'Or africaines, courent sur les brisées de Jupiter en Guyane, en foulant aux pieds et avec les gigantesque godets des caterpillars la biodiversité  floristique et faunistique  du poumon de la Terre. A LAREM, le fric aurait encore moins d'odeur 

!