REVOLUTION_1848__DEJA_

 

 

Dans ses Souvenirs,  Alexis de TOCQUEVILLE rappelle le discours qu’il tint devant les députés le 27 janvier 1848 afin de les alerter sur le climat délétère :

«  Est-ce que vous ne ressentez pas, par une sorte d'intuition instinctive qui ne peut pas s'analyser, mais qui est certaine, que le sol tremble de nouveau en Europe ? Est-ce que vous ne sentez pas... que dirais-je ?... un vent de révolution qui est dans l'air ? […] Je parle ici sans amertume, je vous parle, je crois, même sans esprit de parti ; j'attaque des hommes contre lesquels je n'ai pas de colère, mais enfin, je suis obligé de dire à mon pays ce qui est ma conviction profonde et arrêtée. Eh bien ! ma conviction profonde et arrêtée, c'est que les mœurs publiques se dégradent ; c'est que la dégradation des mœurs publiques vous amènera dans un temps court, prochain peut-être, à des révolutions nouvelles. Est-ce donc que la vie des rois tient à des fils plus fermes et plus difficiles à briser que celle des autres hommes ? »

 

 

 

Alexis de TOCQUEVILLE / 25 Février 1848 

 

 

 

L'OPA  SUR LA VIE 

LA REPRISE  EN MAIN  PAR L'ETAT DU  RÉGIME SPÉCIAL UNIQUE DES RETRAITES

DE L' INÉGALITÉ  SOCIALE 

 

***

 

Elle aura été enclenchée avec la première réforme sur les retraites, sous le règne de Sarkozy  1 er ! Aujourd'hui, alors que tous les présidentiables se targuaient de ne  jamais revenir sur les acquis sociaux et la Retraite à 60 Ans, - exceptés les régimes spéciaux  qui absentent plus tôt les salariés, à très juste titres, Sakozy III allias le Macronien rallonge l'addition, prétend rénover, réformer un outils qu'il convenait  d'optimiser en  misant sur  l'effort national partagé : la lutte contre le Chômage et,  surtout,  le rappel de l'immense manne de l'évasion fiscale, qui perdure, en toute illégalité et impudence ; une réserve de richesse colossale laissée pour solde de tout comptes très  glauques et tendancieux.

Sous un fallacieux prétexte de clarté, de simplification et  surtout, de conjoncture, l'actuel gouvernement dit jouer la carte de l'équité, de la justice sociale,  du sauvetage  d'un régime  obsolète et dépassé ayant pour finalité l'équilibre  des comptes publiques. L'âge pivot et / ou d'équilibre assurant le minimum vital ou l'aumône - vieillesse- garantie ! Un nivellement par le bas  inacceptable autant qu'insultant

NON

Car le moyen de s'enrichir sur le dos des travailleurs est bien de faire accroire la nécessité d'un système unique tout en s'appropriant les acquis de tous les régimes ainsi confondus en un seul.

!

Gageures, duperies, tromperies, mensonges et techniques  d'enfumages relayéS par une partie de la presse à la solde du dominant, de la vieille reine et de  son jeune mentor ! Une situation délétère, source de graves tensions à venir. Une réforme illisible avant même que la loi et ses décrets ne soient promulgués ! Aucune prospective, aucune simulation  actuelle n'est possible, tangible  ; les technocrates ont mis la charrue avant les boeufs afin de servir le patronat sur un plateau qui penche dangereusement. La population trinque et accuse les coups portés par l'ultra droite des droites libérales ! 

Les comptes n'y sont pas, n'auront jamais été au plus mal, alors que des salariés, depuis 2003, pourront avoir engrangé  de 7 à 10 années supplémentaires de travail, pour des secteurs d'emplois pénibles, reconnus comme tels depuis toujours.

L'actuel gouvernement comme les précédents se basent sur une donnée  évolutive qui  stagne déjà, qui régressera  aussitôt quant aux nouvelles conditions globales de vie  sociétale dégradées,  à savoir :  l'allongement de la durée  moyenne de l'existence ! 

La population active, les retraités, les demandeurs d'emplois, les personnes en situations précaires vont payer très cher les bévues, l'incurie, la responsabilité  engagée des technocrates  affairistes au pouvoir.

 

LA DESINFORMATION  ET LA MANIPULATION DES MASSES

 

Mais revenons  à la source et au noeud gordien du  " problème ", à savoir ce prétendu  allongement de la durée de la vie et, de là, du recul de  l'âge pivot du départ   en retraite !

Basé sur des moyennes et des statistiques manipulées, à qui l'on fait dire tout et n'importe quoi pour justifier de la nécessité absolue et de l'urgence à agir vite pour sauver le système en lui-même,  voici tout le nouveau régime unique  clamant haut et fort ses principes d'inégalités fondamentaux.

Une personne commençant à travailler jeune, à 18 ans, par exemple entrera  en retraite  après 46 années de cotisations tandis que la cadre, commençant  à 24 ans, outre l'écart de pension colossal qui les caractérise via le système à points, n'assumera que   d'une rallonge  de  6 ans...

N'oublions pas que plus de 5 Millions de personnes vivent un chômage total et /ou partiel et que c'est par là qu'il convient de changer les choses, de traiter  ce terrible état de dépendances  et de fragilités sociétales.

N'oublions pas que l'âge  légal de la retraite passe de 60 Ans  à 64  Ans et rien ne nous dit  qu'il n'évoluera  pas encore à la hausse, selon les nouvelles statistiques de  l'allongement de la durée de la  survie  assistée à outrance.

On ne peut accepter les termes d'une  pseudo vérité ayant valeur absolue de diktat  sur l'existence de tout un chacun.

DE L'EGALITE DES CHANCES 

 

Ne jamais oublier que nul demeure égal face au destin. Laissé, soumis aux aléas de la vie et dieu sait si ces derniers sont légions et divers, l'existence reste  une aventure  à la merci  de l'imprévu, de l'accident, d'une génétique défavorable, d'une  complexion  amplement grevée  de tous les nouveaux maux d'un monde pollué, anxiogène, impitoyable, exposé à des risques majeurs au quotidien.

Les hommes ne vivent plus les mondes de la même façon, souvent à leurs désavantages, d'une part,  et, d'autre part, c'est ôter  au vivant une option  immense de liberté dans la mesure justement où la trajectoire de tout un chacun se révèle  d'emblée tributaire d'un  modèle de société sans ménagement, de plus en plus inaccessible, invivable, avec un lot systémique de  privations insupportables

!

UN PEU DE DECENCE  SVP 

 

A la fin d'une vie de labeur, de galères, de petits boulots, d'angoisses  du lendemain, vous Ministres qui faites et défendez les Loi, vivriez - vous avec ces 1000 Euro par mois, une somme que vous brandissez comme la panacée et dont vous vous enorgueillissez à outrance ?

Parlez - nous de ces milliers de SDF dont une grande partie meurt dans les rues ! 

Faites le bilan de ces centaines de millions de repas distribués par les Resto du Coeur ! 

Etablissez le " budgématic "  d'un salarié à 1000 Euro / mois et constatez ce qu'il  peut lui revenir, une fois le Vol de l'état opéré sur sa paie

!

 

A SUIVRE 

 

 _______________________________________________________