BORDS_DE_FOLIE_

 

 

 

Aller 

Va    où les vents traversiers te mèment 

Marin 

à l'orée de l'onde massive

là où naissent les  vagues fumantes

Avec elles   

 élonge  les tours  minérales de la clarté 

 

Un  Ponant   bleu-roi     souffle   violamment 

Souque   Marin   choque   lof   

L'abattée fulgure 

le  Puffin Cendré 

ton compagnon d'aventure

 

La rafale est porteuse

Votre  erre  côtoie la folie 

de ces  bordées brumeuses

L'embrun poudroie  comme il  odore

le nard des maquis de Phénicie

 

Sains alcools de nous  en -  volés

  Fais - toi rêver    Marin

Sublime le Grand Bleu  

Regagne cet  Eau-delà

Le numineux d'une thébaïde liquide

qui nous absente  du confinement vil 

de toutes les tragédies 

 

Que tes mots perdurent 

qu'ils soient lourdement grevés de peine

 de tristesse

je l'entends

Marin

depuis nos blanches  solitudes 

les grands espaces des souvenirs  et des  brisants

 

Sursis     survie  

Qu'importe le donneur de mort 

l'éceuil 

quand ils  caracolent 

au chevet des vérités  blessées 

au nadir de l'Amour 

 

!

 

-  MARIN -  

Poèmes Orientés 

A Bord de la Folie 

 

BORDS DE FOLIE

 

________________________________________________