Comme un aller et retour à l'orée du monde du silence.
Lancé à travers l'espace, en apesanteur, en somme, astronaute ...
Le recul de la mise en orbite terrestre en moins ! Mais je confirme comme un manque, abyssal ! 
Le vent blanchit l'horizon et plonge aussitôt la mer dans un clair - obscur étamé, lamé, bleu-nuit.
Le froid se devine, presque palpable. Il nous revient de très loin. La mer, encore chaude, engendre le déluge ...
La rafale est lourde et le sursaut, bien involontaire, imprévisible, au plus bas .
Quelques oiseaux volent, effleurent le tumulte des vagues, des rouleaux ; uniques signes de vie au coeur des moutons.
Que reste-t-il de cette échappée si ce n'est le faix de la mémoire et des amers orphelins ?
!
 
- MARIN  - 
Poèmes de l'Intranquillité 
1 ère Ecriture, le 04 Janvier 2021 
___________________________