GIEC_2021___COP_26

 

 

Avec tout le respect que nous devons aux travaux des Experts du GIEC 2021, 

conscients  de l'extrême sophistication et efficacité des moyens d'investigations en matière de  recherches, de mesures, de traitements des données actuelles  servant de référents et d'indicateurs mis à la disposition des Etats, des Gouvernants, des Décideurs de  ce monde,  

nous émettons de  sérieuses réserves  quant au chiffre  annoncé de 1.5 ° C de hausse moyenne  et actuelle des températures pour la planète, depuis l'avénement de la révolution industrielle.

 

GIEC_2021__COP26_II_

 

Si la moyenne arithmétique s'avère juste et tangible, on ne peut accepter le  fait  qu'il soit là une mesure acceptable, en mesure de caractériser et d'uniformiser une  réalité de terrain diverse, tout autour du globe.

Il s'agit d'un indice, d'une valeur, de palier, certes, mais plus enclin à parler ensemble qu'à révéler ce qu'il se passe dans le détail et partout, en tous points  du globe et de l'atmosphère, des mers et des océans

***

+ 1.5 ° C    

de hausse ne fait pas fondre les Islandis, le groënland, les  plus grands glaciers, les permafrosts, n'entraîne pas le velage des glaciers Arctique et Antarctique, la rupture de gigantesques icebergs et, aujourd'hui, la modification et la  cessation probables de grands   courants marins et océaniques

 

+  1.5 ° C         

de hausse ne provoque pas de telles étendues de sécheresse, pareils  incendies désastreux 

+ 1.5 ° C   

de  hausse n'engendre pas des poussées de Mercure à +++ de 50 ° C,  durant des semaines, fussent-elles  vers des zones sahéliennes, arides, au Maghreb

+ 1.5 ° C    

de hausse moyenne n'explique pas les +++ 20 ° C qui sévissent au-delà du Cercle Polaire Nord et Sud et qui  durent

+ 1.5  ° C   

de hausse ne  fond pas la Mer de Glace,  les glaciers des Alpes Suisses par centaines, ceux des Andes et de l' Himalaya

+ 1.5 ° C

de hausse n'engendre pas  de  telles zones mortes marines à travers le Monde

ETC 

LA_MER_DE_GLACE___EN__HIVER_

 

Selon les régions du monde, le changement des  saisons, les hémisphères, l'influence des courants marins réputés comme EL NINO -  LA NINA, - en mesure d'exacerber chaleurs et  vagues de froid par cycles -, les Vortex actuels,  n'augurent rien de bon et de rassurant.

Il est des contrées où les températures atteignent des extrêmes, dans la durée, l'intensité, le froid et le chaud, altèrent et dévastent la végétation voire la  géographie physique et le climat, de façons sévères et irréversibles.

S'il est donc une moyenne établie servant de référent aux experts et aux décideurs, qu'il soit au moins précisé, région par région, état part état, les ECARTS à la MOYENNE GLOBALE DE HAUSSE  des  TEMPERATURES , chaque année, saison par saison, voir pour les grandes villes ; les conclusions  seraient édifiantes mais aussi très utiles à la prise en compte par les politiques des terrifiantes menaces  qui pèsent  sur les sociétés et la  civilisation, la biodiversité dont  elles tirent les profits, - aujourd'hui -, la subistance : demain et les rares  occasions de survie, vers 2050 / 2100 ! 

Un ensemble de mesures précises,  irréfragables qui parleront  peut -être davantage  aux politiques arc-boutés, -  et vous le savez très bien, membres du GIEC -, sur leurs acquis et privilèges économiques, industriels, énergétiques, commerciaux et financiers.

Quant  aux 2 ° C,  cataclysmiques, certes, ils ne convaincront pas davantage pour  qui  entend maîtriser  avec impudence et prétention, dominance,  le cours  du temps.

Il est de votre  devoir de pointer ainsi, scientifiquement, avec force statistiques  détaillées, circonstanciées, circonscrites  états par états, les écarts terribles qu'il y a entre les pays, la géolocalisation, la période de l'année, l'hémisphère et, cela, tout en tenant compte de la normalité des phénomènes et des leviers  climatiques habituels qui auront garanti les grands équilibres atmosphériques - hémisphériques et polaires que nous connaissions antan, soit  des constantes durables du maintien  et des équilibres  tutélaires de notre climat mondial et, plus encore, le témoignage de la baisse de notre impact anthropologique sur  Terre.

A ce jour, il n'est plus possible  de se cantonner et de se référer à cet Indice de Hausse Globale, sachant  que des pays, des contrées  connaissent des pics, des vagues de chaleurs, des canicules durables dépassant très largement  les 10 °  C au-dessus de leurs anciennes moyennes, étalées sur des périodes anormales. Les tendances  vers les vagues de  froids  très intenses  sont bien entendues condidérées avec  gravité.

Ajoutons à cela les gigantesques incendies et leurs rejets catastrophiques, hélas ! naturels et, industriels, les grandes migrations saisonnières, la poursuite de l'industrie du charbon et des énergies fossiles sales, les déforestations massives, le manque total de politiques de la ville alternatives et vertes, l'acidification et le réchauffement des océans, des mers, l'asséchement des cours d'eau, ( raisons souvent humaines aggravant  les processus ),  etc ...

Les actuelles manifestations du déréglement climatique que le monde  traverse ne sont pas le fait  et la conséquence de ces 1.1 ° C de hausse moyenne, à considérer  telle une valeur témoin ou référente. Ce chiffre n'est pas éloquent, du moins pour les politiques aux affaires.

Le Réchauffement Climatique  fut longtemps une vue de l'esprit ! Un épiphénomène que l'homme sera en mesure de  contenir et maîtriser, quoi qu'il advienne ou en coûte. Aujourd'hui, l'homme contourne  les faits, persiste et  signe, s'inscrit dans quelques velléités de luttes garantissant  toujours la pleine croissance et le pillage des ressources, sans considérer les termes désastreux de cette prédation sur le vivant, d'un point de vue énergétique, en équivalent  carbone et rejets de GES, destruction de la biodiversité concomittante.

Il faut  bien admettre  que la réalité de terrain met en exergue un tout autre paysage climatique, avec des écarts dantesques, d'où les terribles incidents et  catastrophes naturelles auxquels nous assistons, de plus en plus violents, répétés, disséminés, étendus, ( Cyclone - Tempêtes lentes - Vortex et dômes de chaleur - Inversions des températures Pôles - Europe ) .

Nous entrons de plain-pied dans une ère marquée par l'avènemment d'un 

ACCIDENT CLIMATIQUE  MAJEUR

aux conséquences incalculables, terrifiantes, inimaginables. L'actuel aréopage politique mondial  aux affaires se conduit  avec irresponsabilité, incompétence, dangerosité, cultivant bien plus le sens des affaires que tous les champs de notre pauvre Planète Terre dévastée, sur le point de basculer tragiquement  dans une phase cataclysmique de déclin et de décadence, de conflits  et d'écocides

!

- CORSICA...GO56 - 

AU GIEC 2021    / A  LA COP26  2021  / AUX POLITQUES IRRESPONSABLES ET ECOCIDAIRES

 

 https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/changement-climatique-ce-qu-il-faut-retenir-du-sixieme-rapport-des-experts-du-giec-publie-aujourd-hui_4731447.html

__________________________________